Contre-Regards

par Michel SANTO

Valérie Trierweiler a raison: on n’attend pas de François Hollande qu’il soit sympathique et populaire.

IMG_0519.JPG

Valérie Trierwieler a raison, on n’attend pas d’un Président qu’il soit sympathique et populaire. Il ne peut jamais l’être, surtout dans des situations économiques et sociales comme celles que nous connaissons. il ne peut et , de plus, ne doit jamais l’être , les promesses pour lesquelles les électeurs l’ont choisi étant pour la plupart irréalisables. D’autant que, le cadre, disons social libéral , ou libéral social, comme on voudra, une fois posé et revendiqué, ce n’est qu’une question de degré, comme seul « référent » de l’action de l’exécutif, le panier de mesures socio-économiques à mettre en œuvre pour résoudre les problèmes structurels du pays est limité et forcément impopulaire. Que ce soi pour la gauche ou pour la droite dite de gouvernement. Dans le cas de François Hollande, son impopularité, massive, est d’une autre nature. Elle tient moins à la politique engagée depuis l’installation de Manuel Valls à la tête de son gouvernement, qu’à « l’immaturité » politique de son propre parti et de ses alliés Verts, qui, selon la célèbre formule de François Mitterand, sont composés, sociologiquement, et majoritairement, de vrais petits bourgeois qui pensent en faux révolutionnaires. À sa personnalité ensuite, où l’esprit de synthèse qui, jusqu’ à présent en tout cas, dans l’esprit des français, apparaît plus comme la soumission à des rapports de forces politiciens interne à son camp, que la marque d’une réelle volonté de franchir les lignes idéologiques et culturelles qui brident la mise en oeuvre de profondes et réelles réformes de structure. Dans l’état psychologique, moral et social où se trouve la France, je ne vois pas d’autre solution, pour éviter une grave dépression politique aux conséquences incalculables d’ici 2007, qu’un passage en force au sein même de sa « propre famille » politique pour lui imposer un tournant qui la sorte enfin de son tropisme social-colbertiste, pour ne pas dire bonapartiste. Les positions de Cambadélis, qui ne cesse de cibler la ligne Valls-Macron, et la nature des débats au sein du PS, l’opportunité ou pas de primaires, ne lui laissent pas d’autre choix. Mais n’est-il pas déjà trop tard?

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (4)

  • POLO

    |

    Pragmatiquement, Hollande s’est abondamment servi des relations et du carnet d’adresse d’une journaliste de Match qui fait parti d’un groupe ou d’anciens Ministres de gauche et de droite peuvent aussi faciliter les contacts utiles.

    Reply

  • Ingrid

    |

    FH s’est servi de VT pour tout; et en premier lieu ( alors que nous savons qu’il fricotait déjà avec JG; et sans doute avec quelques autres à Paris ou en Corrèze d’ailleurs ) pour avoir un certain statut social pour la campagne, puis sa mandature:
    des Français conservateurs ( à droite comme à gauche ) n’aurait pas voté pour un homme célibataire.

    Quand on repense à ses mensonges tels ‘quand on rencontre une femme comme VT, on ne laisse pas passer sa chance’ !
    Cet homme est faux, c’est une vraie couleuvre….

    Reply

  • Polo

    |

    Ce sont les vipères qui piquent.

    Reply

  • claude

    |

    les hommes ont les femmes qu’ils méritent

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Salut les copains !

Salut les copains !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : "Salut les copains !"           Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus. Tous les croquis et car[Lire la suite]
Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du rebelle »...

Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du

      Propos recueillis dans "Le Figaro" du jeudi 7 décembre par Vincent Trémolet De Villers. Extraits : La mort de Johnny Hallyday a déclenché une très forte émotion collec[Lire la suite]
Toulouse et Montpellier ne partagent pas leur croissance en emplois avec leurs territoires environnants…

Toulouse et Montpellier ne partagent pas leur croissance en emplois avec leurs territoires environna

        Signé le 6 juillet 2017 le Pacte État-métropoles marque un tournant dans la réforme territoriale en reconnaissant aux métropoles un rôle de moteurs de croissa[Lire la suite]