Contre-Regards

par Michel SANTO

Yves Jeuland.Le Président de la Région Languedoc-Roussillon et sa Vérité.

19598983.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx  

Le réalisateur Yves Jeuland a filmé Georges Frêche pendant sa campagne régionale de septembre 2009 à mars 2010: son dernier combat électoral. Un documentaire admirable, fascinant.

Une leçon sur une des façons de concevoir et de vivre la politique qui tient toute dans ce postulat frêchien énoncé devant ses étudiants : « Les électeurs sont des cons. ». Et que son directeur de cabinet Frédéric Bort lui rappelle avec la fougue du courtisan (un dircab n’ayant d’autre fonction que de renvoyer à son patron l’image que se patron se fait de lui-même): « Il faut mentir, sortir des chiffres avec de l’aplomb, dire que vous avez fait le double, etc. C’est ça qui compte, c’est l’essentiel. En période électorale, n’importe quoi peut se dire et peut être accrédité de la même manière, alors même que c’est faux. »

 

Une leçon aussi sur les relations entre médias et politique. Ainsi ce moment où Jean-Pierre Elkabbach , la veille de son interview sur Europe 1 prépare avec Georges Frêche et ses collaborateurs les questions et les réponses : « Les réponses, il faut les ramasser. […] Il faut que vous m’en allumiez deux ou trois au passage. […] Alors, qu’est-ce qu’on va dire demain ? » . Mensonge et violence réunis dans une même complicité professionnelle.

Un documentaire au final qui montre dans toute sa nudité une forme de «vérité» politique. Celle qui se définie comme la poursuite de la guerre par d’autres moyens. Immorale  par essence! Qu’elle soit énoncée par des hommes (peu de femmes dans ce film !) qui se réclament de Jaurès et d’une Gauche humaniste, laisse un goût de cendre dans la bouche. Et démontre, s’il en était besoin, que, sous de  nobles valeurs ostensiblement affichées se cachent souvent, pour ne pas dire toujours, des poignards méthodiquement et soigneusement affûtés.

Une dernière leçon, enfin. Ce film, Georges Frêche, ne l’aura pas vu. Il est mort juste après sa dernière victoire électorale. Avant qu’il ait pu ériger, à Montpellier, comme il en avait manifesté le désir une statue de Staline. Staline qu’il lut dans sa jeunesse militante maoïste et qui disait : « A la fin, c’est la mort qui gagne. »

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Mais qui réfléchit aux conséquences de l'externalisation de ses "services publics" ?

Narbonne ! Mais qui réfléchit aux conséquences de l'externalisation de ses "services publics" ?

      Voilà, c’est fait ! Le siège du Grand Narbonne (et les services) va quitter le centre ville pour s’installer à sa périphérie (au sein d’une zone d’activités – et commer[Lire la suite]
Salut les copains !

Salut les copains !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : "Salut les copains !"           Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus. Tous les croquis et car[Lire la suite]
Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du rebelle »...

Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du

      Propos recueillis dans "Le Figaro" du jeudi 7 décembre par Vincent Trémolet De Villers. Extraits : La mort de Johnny Hallyday a déclenché une très forte émotion collec[Lire la suite]