Contre-Regards

par Michel SANTO

Archive pour 6 juillet 2018

Il faut trouver 6 M€ pour “fouiller” l’exceptionnelle nécropole romaine découverte sur la ZAC “les berges de la Robine”, Narbo Via !…

   

   

Le Conseil Municipal informel de Narbonne du jeudi 28 juin 2018  a été consacré à la seule question de savoir si les fouilles archéologiques sur la parcelle déjà explorée où a été mis au jour une nécropole d’une “richesse” exceptionnelle devaient être poursuivies. Et à cette question, il fut répondu positivement (et pacifiquement, pour une fois !), majorité et opposition confondues dans un même élan consensuel. Reste cependant, à arrêter le plan de financement de ces fouilles complémentaires, évaluées à 5,9 millions d’euros (HT), une question, ou plutôt un problème autrement plus compliqué qu’une vague déclaration de principes. Car si l’État semble prêt à financer 50% de ces fouilles, le groupement Alenis-LRA (Languedoc-Roussillon-Aménagement), l’aménageur de cette ZAC, lui, doit trouver les 3 millions d’euros (j’arrondis !) qui manquent. En effet, comme le rappelle le président de la Chambre Régionale des Comptes dans son rapport de 2015, l’aménagement de la “ZAC Les Berges de la Robine” lui a été concédé en avril 2013 à ses risques et périls, pour une durée de 12 ans (soit jusqu’en avril 2025), de sorte qu’en toute logique c’est à Didier Aldebert, le PDG d’Alenis, d’assumer et de prendre sa part de risque [1] [2] dans une affaire où la Région Occitanie s’est déjà prononcée favorablement pour financer la sienne (la valorisation de cette nécropole apportant une valeur ajoutée considérable à son musée antique Narbo Via, en cours de réalisation par son opérateur Languedoc-Roussillon-Aménagement) Sur ce projet manifestement d’intérêt général le Conseil Départemental et la Ville devraient aussi être sollicités par le PDG d’Alenis pour boucler ce tour de table dont on peut espérer qu’il sera finalement aussi consensuel que celui fait le 28 juin en mairie de Narbonne sur la poursuite de ces fouilles. Ce que l’on pourra vérifier très vite, notamment à l’occasion des débats du prochain, et dernier, Conseil Municipal, juste avant la trêve estivale…

[1] D’autant que le diagnostic archéologique préalable aux travaux d’aménagement avait révélé l’existence d’une importante nécropole du Haut-Empire. On peut dès lors s’étonner qu’un “provisionnement” à la hauteur de ce risque ne soit pas inscrit dans ses comptes (700 000 euros seulement !) … Il est vrai que si cela avait été fait le prix des terrains vendus aurait été plus élevé…

[2] S’il existe bien une clause résolutoire dans le contrat de concession concernant son retrait éventuel dans l’hypothèse où des fouilles dépassant les 700 000€ prévus seraient constatées et imposées, le concessionnaire Alenis doit cependant apporter la preuve, pour l’activer, que ce dépassement ne permettrait pas d’assurer l’équilibre financier sur l’ensemble du projet d’aménagement de la ZAC…

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oubli !

Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oub

    Denis Carrière : café de la Paix. Capestang (34)    M. est un ami. Il me dit ne pas pouvoir rester assis à la terrasse d’un bistrot plus de 15 minutes ; et s’étonne toujours[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio