Contre-Regards

par Michel SANTO

Archive pour décembre, 2018

Une promotion touristique du Grand Narbonne qui va “faire tousser” à l’Agglo !

Après le coup de froid  provoqué en son sein par l’inscription à son ordre du jour d’un deuxième projet de crématorium sur son territoire (voir mon billet d’hier), voilà que l’Office de Tourisme Intercommunautaire a eu la bonne idée – j’ironise : on comprendra plus tard – de se lancer dans une “campagne de parrainage météo sur France 3 Occitanie pendant tout le mois de Décembre ainsi qu’une action de promotion en direction des clientèles Espagnoles au travers d’un supplément dans La Vanguardia.”

Et de deux crématoriums ! avec celui du Grand Narbonne ? Au feu… aux fous !

Jeudi 6, le conseil communautaire du Grand Narbonne va examiner et délibérer sur de nombreuses “affaires” concernant la “vie” économique et sociale, notamment, de l’agglomération narbonnaise. Curieux et intéressé je jette un rapide coup d’oeil sur l’ordre du jour,  pour littéralement tomber – de ma chaise aussi, en l’occurrence ! – sur deux projets de délibération concernant la création d’un crématorium, et son mode de gestion (en régie !), par le Grand Narbonne, sur la commune de Montredon des Corbières.

Violents coups de pâles dans le bocal politique narbonnais…

C’est d’abord Codorniou, le vice-président de la Région, qui, ce matin, se fait « souffler dans les bronches » par Courteau, le sénateur de l’Aude, pourtant d’un naturel habituellement courtois. Le premier reprochant au second de n’avoir pas signé le « Pacte de Narbonne » sur l’éolien flottant conclu avec la Présidente de la Région madame Delga – on aime bien dans ma petite ville turbiner l’emphase et le ronflant !

Lettre d’un jeune ami – qui me veut du bien – sur le temps présent !

Bonjour Michel

Merci pour cette belle aventure qu’est ton blog. Je te suis toutes les semaines même si je n’interviens pas. Quelle drôle de situation en ce moment en France ? La démocratie est devenue un espace restreint, un espace en danger dans lequel nous balottons sans cesse entre les décisions gouvernementales et celles des gilets jaunes ?