Contre-Regards

par Michel SANTO

Archive pour 28 mars 2019

Cesare Battisti ou l’honneur perdu de la Ville de Frontignan…

Fred Vargas en discussion avec Battisti à Frontignan

En 2004, lorsque Cesare Battisti* est arrêté à Paris et menacé d’extradition vers l’Italie où il avait été condamné par contumace à la prison à perpétuité pour meutres,  le maire de Frontignan, l’avait fait citoyen d’honneur de la ville avec remise de médaille symbolique. Pierre Bouldoire estimait alors qu’une extradition serait “une injustice. Il finira sa vie derrière les barreaux. Or, son procès s’est déroulé dans des conditions plus que douteuses”.

En juin 2011, quelques jours avant l’ouverture du “festival international du roman noir” de cette même petite ville héraultaise, dont l’invité d’honneur était alors Fred Vargas (qui toujours et toujours contre l’évidence a soutenu l’innocence de son ami italien), Cesare Battisti était libéré par la justice brésilienne après quatre ans passés dans ses prisons. Il revenait à Frontignan “par la grande porte, celle d’une prison qui s’est ouverte à l’autre bout de la planète”, se réjouissait, lyrique, la correspondante du Midi Libre…

En 2018, le nouveau président du Brésil, Michel Temer signe son acte d’extradition vers l’Italie. Et, en ce début d’année 2019, il est finalement arrêté en Bolivie et extradé vers l’Italie, où il purge sa peine. Il reconnaît finalement ses crimes et avoue avoir trompé les personnalités de gauche l’ayant soutenu.

Hier, mercredi 27 mars, l’écrivaine Fred Vargas, interviewée par l’agence de presse italienne, à Paris, a déclaré : “en tant que chercheur, je le considère toujours comme innocent”. “”Je n’ai aucune excuse à présenter”. Quand lui a été demandé si elle avait été informée des aveux de Battisti, Fred Vargas a répondu : ” Ses déclarations ne me font pas mal, elles me laissent indifférent. Il est possible qu’il ait ses raisons, peut-être qu’il existe des raisons, je ne sais rien, je le laisse libre de dire ce qu’il a choisi de dire “**.

Et vous, Monsieur Pierre Bouldoire,  n’avez-vous donc aucune excuse à présenter ? Considérez-vous toujours monsieur Césare Battisti comme un citoyen méritant l’honneur de votre cité… Au risque de perdre le vôtre !

*Je rappelle que Battisti, activiste de l’ultra-gauche, membre des “Prolétaires Armés pour le Communisme” (PAC), a commis en 1978 et 1979 deux meurtres et en a commandité deux autres. Après avoir fui la justice italienne, il s’est réfugié en France, où Mitterrand avait lui avait offert l’immunité. S’étant  fait connaître comme auteur de polars, menacé d’extradition, il avait fini par fuir la France pour se réfugier au Brésil.  Tous ces défenseurs, qui aujourd’hui  se taisent, s’appelaient, Bernard-Henri Lévy, Philippe Sollers, Danièle Mitterrand, Noël Mamère, Gilles Martin-Chauffier, François Guérif, Guy Bedos, Fred Vargas, Pierre Vidal-Naquet, Dan Franck, Miou-Miou, Lio, Jacques Higelin, Georges Moustaki etc.

** Voici, selon La Stampa, ce qu’a déclaré Battisti, après avoir enfin reconnu ses crimes : « Je n’ai jamais été victime d’une injustice, je me suis moqué de tous ceux qui m’ont aidé, je n’ai même pas eu besoin de mentir à certains d’entre eux. »

Articles récents

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio