La leçon de Sempé « — couché ! »

     

Sa.13.8.2022

Moments de vie.

Je me suis levé avec « la tête lourde. » Je la garde en général toute la journée. Dire que j’en souffre serait exagéré. Je n’en ressens pas les douleurs d’un migraineux. Une sorte de fatigue seulement dont la base du cou porte le poids. Alors les yeux se voilent et l’esprit s’épaissit. Cette lassitude n’est pas physique, mais plutôt, disons morale. Comment ne pas être plombé tout je jour quand au réveil s’impose l’image de millions de musulmans fanatisés justifiant la fatwa de Khomeini ou « comprenant » la tentative d’assassinat de Salman Rushdie par un des leurs, hier, à New York. Ou quand les besoins alimentaires du ménage m’entraîne au marché de Gruissan gros d’une foule irrespectueuse et débraillée où même des mémés ont les cuisses tatouées. Quand encore, à la terrasse de la boulangerie, je dois supporter des autochtones causant des gestes et de la voix du sauvetage d’un béluga à la dérive dans les eaux chaudes de la Seine. « Scandaleux… Tout ce pognon déversé (!)… Et je t’en foutrai … » Le Président de la République en faisant évidemment les frais. À les entendre, il serait incapable de modifier le climat, d’empêcher la sécheresse et les feux de forêt, d’arrêter la guerre en Ukraine et d’attirer la pluie… Difficile de s’extraire de cette humanité ! J’ai pourtant essayé en me plongeant dans les pages du Monde. En commençant par la dernière. Celle de l’édito. Las ! « La France doit se préparer au défi du grand âge ». Et ce constat accablant : entre 2030 et 2050, les 85 ans vont croître de plus de 90%. J’en serai ! En page 15, cependant, un remarquable texte de Francis Marmande sur Sempé. Il est mort le 11 août, à 89 ans. J’aimais son élégance, son intelligence et son ironie douce-amère. Génial dans la satire, dans la saisie d’un geste, d’une attitude, d’un instant, il excellait dans le décalage entre personnage et nature, individu et foule, bêtise et ambition, notamment. C’était à sa manière un de nos plus grands philosophes. Un poète aussi. Il aimait les chats et le jazz. Comme Francis Marmande qui, autrefois, publiait des chroniques dans ce même journal, sur le jazz, précisément, et la tauromachie. Chroniques érudites et savoureuses dont j’ai encore la nostalgie. J’écris ces quelques lignes au moment où passe devant moi un homme âgé, en short, torse nu. Il est maigre, pâle et plissé. Indécent. Oui ! Rien n’est facile en humanité. Il faut de la lucidité, de la pudeur, de la sincérité et tenter de la vivre, malgré tout, avec élégance et légèreté.

     

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (2)

  • Avatar

    raynaud bonval joelle

    |

    Bonjour Michel
    Vous avez le meme prénom que mon frére,il nous manque.
    Vous etiez aux obseques de maman il y a un an,depuis je lis vos articles
    qui me font du bien.
    On se sent moins seul dans cette societe dont vous faites une analyse tres
    juste .
    merci

    Reply

    • Avatar

      Michel Santo

      |

      Bonjour Joëlle ! Si vous saviez comme votre commentaire me fait du bien à moi aussi. Parfois je me dis « à quoi bon ! … que de vanités… » Et puis le plaisir égoïste de l’écriture prend le dessus, avec le souci de mettre en mots des pensées inévitablement fugaces, et la vague prétention d’être lu par un esprit sinon bienveillant en tout cas attentif ou curieux. Vous savez Joëlle, j’ai connu jeune ado votre frère et vos parents. J’avais une affection toute particulière pour votre mère. J’en ai pris conscience le jour où je l’ai revu adulte. De très nombreuses années étaient passées… Merci Joëlle pour vos mots… Je vous embrasse ! Michel

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :