Moments de vie. Un été, deux belles rencontres…

       

Ma.16.8.2022

Moments de vie.

Ce soir-là, il était 19 heures, environ. Nous étions seuls, assis côte à côte, sur une plage enfin déserte. La mer s’étendait au loin, immense et agitée au-dessus d’abîmes sans clarté. Une image insaisissable de la vie sous un ciel infini et serein. À cette heure, la mer change de caractère. Les dernières vagues s’étalent loin sur le sable. Leur souffle ralenti et s’affirme, devient plus mélancolique. Et l’attente du crépuscule plus pressante. Nelly est venue vers nous pour échanger quelques mots, des mots avantageux à notre égard qu’elle énonce de sa voix toujours douce et fraîche. Nous voir lui donne du plaisir, nous dit-elle, et son plaisir en retour nous fait oublier nos âges. Comme Laurence, qui, cet été, pour la première fois, vint, elle aussi, vers nous, avec les mêmes mots bienveillants. Toutes deux sont belles. Elles sont jeunes, élégantes, et pourraient être nos filles. Dans son dernier roman « Place de la Trinité », Alain Monnier fait dire à son héros qu’on passe sa vie à attendre. Un train, une lettre, un enfant, le lendemain, que la nuit tombe, l’année prochaine… Alors qu’il n’y a rien à attendre, et qu’il faut juste s’accommoder de nous-mêmes. Sans espérance démesurée, sans lendemain qui chante… Mais à la condition cependant de rester ouvert et disponible à l’inattendu d’un beau geste, d’une belle rencontre… Nelly, qui était à genoux dans le sable à nos côtés, s’est levé tout en nous demandant la permission de prendre une photo. Elle s’est placée derrière nous et a tiré ce cliché. Je l’avais en tête avant même qu’elle me l’envoie. Il dit tout précisément de l’attente. Vaine, infinie ! Comme la mer. Pourtant chaque vague est différente. Chacune a son propre miroitement. Comme on peut le saisir aux hasards du temps et de la vie, un été, dans une silhouette en mouvement, un regard, une voix…

 

Photo Nelly Vivancos

   

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (1)

  • Avatar

    Vivancos

    |

    Je suis certaine qu’à cet instant précis, la plus chanceuse est certainement moi même… une chance ou plutôt une évidence, cette rencontre, ce couple sublime, de deux êtres riches de sens, c’est très rare dans une vie. Et ce qui est rare est précieux … Merci Michel pour ces lignes magnifiquement bien écrites (comme d’habitude) et dites avec le cœur. Discuter avec votre épouse et vous est un moment suspendu dans le temps, une distorsion du temps et de l’espace. Un plaisir simple…

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :