Contre-Regards

par Michel SANTO

À la Maison du Banquet et des générations de Lagrasse pour des « Traversées d’un demi-siècle », autour de la revue « Les Temps Modernes » (2)

CollageIt


La suite du premier article de  mon ami Jacques Raynal, paru le 7 mai: 

il y eut aussi, et ce fut beaucoup dit, la découverte d’une fraternité, d’une solidarité loin des postures idéologiques. Ce fut là pour nombre de nos intervenants une sorte de révélation. Juliette Campagne nous raconta ainsi avec une émotion encore très présente et les larmes aux yeux la collecte organisée pour elle par les ouvrières de son atelier lorsqu’elle fut arrêtée et emprisonnée pour activisme. Pour une autre ayant, semble-t-il,mieux tourné la page, toute cette époque se ramène plutôt à une parenthèse, un caprice d’enfant gâtée qui jette sa gourme et s’encanaille un peu en quête d’émotions

fortes. Reste surtout le regret de s’être aussi lourdement fourvoyée et d’avoir perdu son temps. Pour un autre encore, ce fut le bonheur de l’apprentissage du travail manuel et de sa noblesse sous la houlette bienveillante d’un ouvrier plus âgé qui lui révélait peu a peu les secrets de son art, et ensuite cette satisfaction et cette fierté du travail bien fait. Assez loin là aussi des pseudos luttes de libération. Pour tous, en tout cas, reste le souvenir ineffaçable d’une expérience qui marquera durablement leur vie par la suite.

Restaient à essayer de définir les raisons profondes qui incitèrent ces jeunes intellectuels à se jeter ainsi dans une démarche tellement ingrate et si difficile. C’est ce qu’entreprirent Gilles Hanus, philosophe et Jean Birnbaum, directeur du « Monde des livres ». Ils évoquèrent, bien sûr, les éternelles aspirations de la jeunesse vers un idéal sublimé, et cela à toutes les époques, aspirations qui perdurent de nos jours et c’est heureux. La haine surtout d’un système dominant perçu comme oppresseur et aliénant, la révolte violente contre celui-ci et, plus subtilement, le ressentiment contre une partie de soi tentée par un certain conformisme ressenti comme déshumanisant  au sens métaphysique du terme. Cette recherche d’absolu , bardé de certitudes qui poussent aux plus grands sacrifices, mais surtout qui semblent donner et faire sens en transcendant le quotidien. C’est là-dessus, sur ce terrain  que s’aventura. Jean Birnbaum établissant quelques parallèles périlleux (et très polémiques comme on pense…) avec les jeunes occidentaux allant chercher au djihad, hélas, cette part d’eux-mêmes au-delà d’eux-mêmes qui , pour beaucoup les conduira aux dérives que nous connaissons….Birnbaum développe, par ailleurs ses thèses dans son livre « le silence religieux, la gauche face au djihadisme », qui devrait faire grincer bien des dents de ce coté là de l’échiquier politique.

Il ne faut en effet pas oublier que la gauche prolétarienne, théorisait et formulait l’action activiste même violente, l’insoumission et l’illégalisme (ce qui valut à nombre de ses membres de fréquents séjours en prison ). C’est après sa dissolution que quelques-uns de ses enfants perdus sombrèrent dans le crime le plus abject, comme on l’a vu avec « Action directe » en France, les « brigades rouges » en Italie où la Fraction Armée Rouge (Bande à Baader) en Allemagne. Cependant, au-delà de leur dogmatisme et de leur jusqu’auboutisme les jeunes gauchistes d’alors, même en se fourvoyant, exaltaient, malgré tout, les forces de vie, de joie et de liberté. Les éternels lendemains qui chantent ou tous les hommes seront censés vivre dans la justice et la fraternité. Nous n’en sommes pas là avec les apprentis djihadistes qui semblent, eux, n’avoir comme credo que mort et destruction pour établir leur monde parfait débarrassé de tout péché, dimension religieuse et messianique au sens le plus obtus du terme qui était totalement absente de la pensée des gauchistes d’alors.

Voilà, amis lecteurs, en gros la teneur de cette belle journée de samedi. Dimanche, nous eûmes le bonheur d’avoir Claude Lanzmann nous récitant (par cœur!) pendant une bonne demi-heure « La légende des siècles », quasiment sans trou de mémoire. À 91 ans !!! Ce sera l’objet d’un autre compte rendu.

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Coeurs de ville : changer radicalement de politique !

Coeurs de ville : changer radicalement de politique !

        Fermeture de commerces ; nombre de logements vides, ou dégradés – alors qu’on nous répète en boucle que la France manque de 500 000 logements neufs par an – ;[Lire la suite]
Mélenchon entre théâtre ce soir et télé réalité…

Mélenchon entre théâtre ce soir et télé réalité…

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : Mélenchon "Entre théâtre ce soir et télé réalité "       Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus. Tous les croquis et ca[Lire la suite]
Alain Perea se tire une balle dans le pied !

Alain Perea se tire une balle dans le pied !

  Narbonne, vendredi 23h 30   Depuis ce matin, Alain Perea se fait tirer comme un lapin sur les réseaux sociaux. À ses trousses, des milliers de "fusils" venus des quatre coins du[Lire la suite]
Vu d'Aude, monsieur Mélenchon, vous m'êtes apparu comme un homme sans principes et sans valeurs…

Vu d'Aude, monsieur Mélenchon, vous m'êtes apparu comme un homme sans principes et sans valeurs…

        Vu d'Aude, encore traumatisée par les catastrophiques évènements subis au début de cette semaine – une Aude, en certains de ses endroits, dévastée, où des famille[Lire la suite]
Dans l'Aude, le tragique et la douleur ont fait brutalement irruption…

Dans l'Aude, le tragique et la douleur ont fait brutalement irruption…

      Narbonne, le 16 octobre à 13 heures Depuis hier soir, ne me quitte plus ce sentiment du dérisoire et de l'insignifiance  de la "vie" politique telle que la rapportent [Lire la suite]
La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les "Socios" et les "autres"…

La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les "Socios" et les "autres"…

          "Sucette", le gourou des Socios du RCNM, a beau s'en "beurrer les noisettes", sortir la lame et pointer son équipe en lui retirant son aide financière, [Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :