Contre-Regards

par Michel SANTO

Archives de l’auteur

Bien belle soirée, hier soir à « La Grande Librairie » avec Asli Erdogan et Dephine Minoui.

 

Asli Erdogan et Dephine Minoui.

   

Bien belle soirée, hier soir à « La Grande Librairie ».

Busnel y recevait, entre autres, Asli Erdogan (1), icône de la résistance au régime Turc de son homonyme. Cette femme extraordinaire est restée 4 mois incarcérée pour délit d’opinion et repasse en jugement le 31 octobre en Turquie. Malgré les menaces qui pèsent sur sa liberté et même sur sa vie, elle veut revenir dans son pays pour affronter ses juges afin de pouvoir continuer, nous dit elle, à écrire dans sa langue et sur sa terre tant les deux lui paraissent indissociables…Loin de ses racines elle perd ses mots et ne peux concevoir sa création littéraire que dans son pays….Cela passe avant toute autre considération, fusse au risque de sa vie.

A la Maison du Banquet de Lagrasse, « Lazare, mon amour » |Contre-Regard.com

maisondubanquet


Il faisait bon l’autre soir à Lagrasse à l’ombre des vieilles pierres, il faisait doux, on était bien. Gwenaëlle Aubry et Léopoldine Hummel belles, droites, hiératiques, évoquaient pour nous la grande Sylvia Plath. Bastien Lallemand a la guitare ainsi que Maeva Le Berre au violoncelle ajoutaient encore a la magie des mots de ce texte superbe de Gwenaëlle «Lazare, mon amour».

Le maître et l’élève (Une relecture du « Premier homme » d’A.Camus)

Sans titre-2


Qu’il me soit permis de dédier ces quelques lignes a une institutrice (Pardon! Une professeur des écoles) qui m’est particulièrement chère et qui se reconnaîtra.

C’est une bien belle histoire que je voudrais vous conter ici. Une histoire si belle et si émouvante qu’on pourrait croire à un conte de fées, et pourtant, j’en témoigne, elle est parfaitement authentique.

Il était une fois, donc, puisque les contes commencent souvent ainsi, un enfant qui vivait difficilement un début de vie aléatoire dans un beau pays brûlé de soleil, de l’autre coté de la mer. Cet enfant était orphelin de père, pupille de la nation. Son père avait été tué en 1914 dans les premières semaines de la guerre, il était mort, là bas, dans un pays de boue et de grisaille, sur les coteaux de la Marne, loin, très loin de son ciel gorgé de lumière. On l’avait arraché a ses champs et ses vignes et on l’avait envoyé mourir là sans qu’il ait très bien compris pourquoi.

Réflexion sur l’écrivain et sa mère (à partir du « livre de ma mère » d’Albert Cohen)

www.pixelcreation    

« Chaque homme est seul et tous se fichent de tous et nos douleurs sont une île déserte »

C’est la première page du chef d’œuvre d’Albert Cohen que je viens de relire, et c’est les yeux encore rouges et la gorge nouée que j’écris ces quelques lignes.

Albert Cohen, ses phrases, si belles, si longues, si larges et lourdes d’infini qu’on s’y roulerait dedans comme dans une eau bienheureuse. Il nous le dit et il en pleure : « Les fils ne savent pas que leurs mères sont mortelles » Chant d’amour infini, ode à la mère, à toutes les mères mortes, ode à toutes celles que nous n’avons pas su ou pu aimer en retour comme nous l’aurions du, élégie de l’éternel regret lorsqu’il est trop tard.

Un silence religieux. La gauche face à l’islamisme…

maxresdefault (1)


Pourquoi le djihadisme semble-t-il être, désormais, la seule cause pour laquelle des milliers de jeunes soient prêts à défier la mort? La gauche, si fière jadis de sa tradition internationaliste (Prolétaires de tous les pays…) devrait s’interroger sur ce phénomène et se demander pourquoi ses valeurs qui entraînaient dans la joie et l’enthousiasme des millions de gens autrefois (en 36, en Espagne, par exemple ) ont pu ainsi disparaître corps et biens.

Articles récents

Les dessous de la rentrée politique de Jacques Bascou...

Les dessous de la rentrée politique de Jacques Bascou...

Rentrée de Jacques Bascou, après celle de Didier Mouly, dans le même journal, où il confirme paradoxalement sa sortie tout en expliquant que ce n’était pas lui qui avait quitté le Ps, mais son parti [Lire la suite]
Oui, la Salle Multimodale et le Parc des Expositions devraient être gérés par le Grand Narbonne…

Oui, la Salle Multimodale et le Parc des Expositions devraient être gérés par le Grand Narbonne…

    Plus on se rapproche des élections municipales, plus la réflexion collective, au sein du conseil communautaire de l'Agglo, comme chez les élus de la Ville de Narbonne, semble pro[Lire la suite]
Le tourisme de masse concourt à l'enlaidissement physique et sonore du monde…

Le tourisme de masse concourt à l'enlaidissement physique et sonore du monde…

            Les touristes sont venus plus nombreux encore que l'année dernière dans le coeur de ma petite ville ; et nos élus de vanter l'excellence de le[Lire la suite]
Après la rentrée des classes, celle de Didier Mouly et de sa multimodale salle…

Après la rentrée des classes, celle de Didier Mouly et de sa multimodale salle…

      Prenons date ! Didier Mouly l'assure dans "l'Indépendant" : la salle multimodale sera pleine 10 mois sur 12 : 300 jours par an. Remplie de quoi ? il n'en sait rien, mai[Lire la suite]
Un salon des seniors,  ricane la camarde…

Un salon des seniors, ricane la camarde…

        À l'exception de ceux de coiffure, ma petite ville n'est pas une ville de salons. Preuve en est son Parc des Expositions toujours vide – il ne fait le plein que p[Lire la suite]
Les "Pompes Funèbres" tenaient leur messe au Théâtre Scène nationale…

Les "Pompes Funèbres" tenaient leur messe au Théâtre Scène nationale…

      J'apprends que les "croque-morts" publics ont tenu leur messe annuelle au Théâtre Scène Nationale. Ne pouvait-on pas trouver équipement plus adapté à cette honorable corpor[Lire la suite]