Contre-Regards

par Michel SANTO

Ce qui n’est pas dit du tourisme en Languedoc-Roussillon.


Allez, soyons sérieux! sortons notre boîte à outils. Pour énumérer ce qu’on ne trouve pas dans le Midi Libre et qui, pourtant, est nécessaire si l’on veut vraiment comprendre quelque chose au  » tourisme « : son importance et sa place dans l’économie générale de la région:

1
)      Ce n’est pas une branche d’activité, mais un agrégat de branches d’activités: services ( commerce , hôtel, commerces, restaurants, construction…)

2)      Les entreprises de ses secteurs sont considérées comme relevant plus ou moins du tourisme selon deux critères : la localisation et leur activités. Par exemple un supermarché en centre ville d’Alès ne sera pas considéré comme relevant du tourisme alors que celui installé à Narbonne dans la  direction des plages ( et pas ailleurs ), oui… Un bureau de tabac et un restaurant de Gruissan aussi, alors que ceuxdu centre ville de Quillan, non…

3)      Le ratio: Revenus du tourisme sur Produit Intérieur Brut régional est un trompe l’œil . Il ne permet pas de mesurer la richesse apportée par le tourisme dans la richesse totale. Un exemple parmi cent, celui du touriste qui achète une bière 2 euros et qui, se faisant, finance le producteur de houblon, de levure; le fabricant de bouteille et de bouchons ( continuez la liste )… situés à l’extérieur de la Région . En réalité, il ne faudrait retenir que la marge de 1 euro du tenancier et non son revenu pour la rapporter au produit intérieur brut régional. Et à la condition  qu’il réside en LR et non en Andorre ( paradis fiscal de proximité )…

4)       L’effet d’optique produit par les chiffres et complaisamment diffusés par une presse paresseuse ou incompétente ( pas toute quand même ), les services communication des élus, et les Comités Régionaux du Tourisme ( dont les directeurs craignent de se faire virer…) résulte de l’énorme concentration dans le temps et dans l’espace des touristes : 1 200 000 personnes. Ce qui veut dire que durant les deux mois de la pleine saison, sur deux personnes résidants en Languedoc-Roussillon il y a un touriste.

5)      Depuis 15 ans, on entend le même discours incantatoire sur l’allongement de la saison, alors que les courbes de fréquentation sont quasiment identiques. Cet allongement, en effet, ne se décrète pas, surtout pour le tourisme de masse sur le littoral. Outre les caractéristiques climatiques, le comportement des touristes dépend de facteurs socio-culturels sur lesquels les opérateurs du secteur, régionaux ou pas, n’ont aucune prise : fractionnement des séjours, vacances scolaires etc… Par contre le tourisme urbain de proximité plus diffus lui échappe à ses contraintes…

6)      Les emplois créés sont saisonniers ou de courte durée. Les entreprises liées au tourisme raisonnant en emplois tendus les conséquences en sont: intérim … faible qualifications…  conditions de travail difficiles etc… 

 7)     Enfin, de l’autre côté de la balance, il y a les dépenses payées par l’impôt des résidents permanents, de la région et d’ailleurs, pour les réseaux et les infrastructures nécessaires au fonctionnement de ce secteur d’activités: eaux, assainissement, ordures ménagères; entretien des espaces naturels et des équipements publics etc…

Bon! pas trop dur? Ah! une dernière petite info.Impertinente. Les régions les mieux classés, quand on rapporte les emplois et les revenus liés au tourisme à leur richesse totale, sont… les moins développés. En France, c’est la Corse qui est en tête du tableau et notre région lui colle à la roue…

Le Midi Libre nous endort!


Chaque année, toujours la même Une. Et chaque année, toujours la même  » désinformation « . Car contrairement à ce que donne à penser ( j’écris trop vite! ) ce bandeau sur toute la largeur de la première page, le  » ticket  » de la démographie et de la construction n’est pas gagnant. Il est au contraire l’indice statistique d’une économie sous-développée ( faiblesse de son PIB et fort chômage; importants revenus de transferts et sous qualification des emplois ). Ajoutons que le 10 août 1959, et chaque année suivante jusqu’à ce jour, le Midi Libre aurait pu titrer de la même manière. La structure de l’économie du Languedoc-Roussillon et son évolution, en effet, n’ayant guère variée: la création d’emplois résultant de la seule augmentation de l’activité dans les secteurs des services à la personne et  du bâtiment. Evidemment, cela n’est pas très glorieux. Ni très vendeur. Pour nos médias régionaux comme pour nos élus. Qui, sur ce terrain à tout le moins, se  » donnent la main » pour nous plonger dans le rêve d’un Eldorado régional. Une façon de nous endormir…

La Poste dans la langue de bois…

La langue de bois est une forme d’expression qui,en politique surtout, vise à dissimuler une incompétence ou une réticence à aborder un sujet en proclamant des banalités aussi abstraites que pompeuses.Celui de l’opposition au changement de statut de La Poste offre un terrain d’excellence à ce genre d’exercice. Voici ce que ça donne après un petit montage de phrases toutes faites piquées ici où là, heureusement dans l’indifférence générale:  » je vais m’efforcer sans relâche pour vous, afin que vous appréhendiez au mieux le fait que l’hégémonie du profit au détriment de l’humain doit correspondre aux directives indispensables préalablement établie de poursuivre l’effort d’une réflexion sur la problématique de la légitimité du ni-ni en économie, évolution quoiqu’il arrive indispensable à la préservation de notre mode de vie. Où que nous mène la dualité de la situation conjoncturelle,en effet, la précaution essentielle de protection permet d’affirmer la prise de position résultante de solutions rapides correspondant aux grands axes sociaux prioritaires. »

Articles récents

Européennes, municipales  : les filets jaunes de la tromperie sont lancés !

Européennes, municipales : les filets jaunes de la tromperie sont lancés !

L'humeur du pays est jaune fluo ; la mienne est plutôt noire. Entendre des candidats, lors de la campagne présidentielle, expliquer qu’il faut une taxe carbone et les voir, aujourd'hui, lancer leurs [Lire la suite]
Petit retour sur le dernier Radio Barques avec Didier Mouly, invité…

Petit retour sur le dernier Radio Barques avec Didier Mouly, invité…

Dans la dernière édition de Radio Barques, sur Grand Sud FM, nous recevions, en invité, le maire de Narbonne, Didier Mouly. Pas de surprise au plan politique ! Il a toujours dit qu'il serait candidat[Lire la suite]
Les "lumières" indiscrètes de Jacques Molénat sur les francs-maçons du Midi…

Les "lumières" indiscrètes de Jacques Molénat sur les francs-maçons du Midi…

Jacques Molénat, qui vit et travaille à Montpellier, vient de nous livrer son dernier ouvrage : "Voyage indiscret chez les Francs-Maçons du Midi". Un milieu que cet ancien journaliste connaît bien[Lire la suite]
La presse ! Chronique d'une mort annoncée ?!

La presse ! Chronique d'une mort annoncée ?!

          Bernard Lecomte note dans son blog qu'aux Etats-Unis, sur les 3.143 comtés qui composent le territoire, plus de 2.000 n’ont plus de quotidien local,[Lire la suite]
Madame Delga nous offre un menu racoleur, lourd et indigeste…

Madame Delga nous offre un menu racoleur, lourd et indigeste…

      Il y a des jours où l’envie me prend d’envoyer à mes élus régionaux aux manettes de l’Occitanie une bien belle et bien grosse tarte aux pignons sur la tête (symbolique,[Lire la suite]
Le bal masqué des municipales à Narbonne sera aussi celui du Grand Narbonne…

Le bal masqué des municipales à Narbonne sera aussi celui du Grand Narbonne…

            Samedi, nous recevions à Radio Barques Édouard Rocher, le maire radical de Coursan, (en même temps de gauche et de droite, depuis la fusion du[Lire la suite]