Chronique de Narbonne. Le FRAC s’expose au Musée d’Art et d’Histoire! Humeur (mauvaise)…

Tjeerd-Alkema-Alighiero


Le FRAC fait escale dans ma petite ville. Ce fonds voyage, en effet. Il dépose ses oeuvres au gré du vent. Elles provoquent un « choc culturel intéressant », nous dit-on. Ah! cet « intéressant ». Le mot le plus usité par les amateurs d’art contemporain. Creux, vide! Qui supplée à l’absence de pensée. Curieux ferait aussi bien l’affaire. Associé souvent à regard, cette autre « béquille » avant-gardiste. Une expo qui offre ce genre de cuistrerie au lecteur de l’Indépendant: « Ce qui intéresse avant tout cet artiste (Alkema!), explique Céline Mélissent du FRAC. C’est le déplacement du spectateur autour de son œuvre : c’est une anamorphose. Il faut se déplacer dans l’espace pour trouver le point où les formes se structurent et où une porte s’ouvre à nous » (1). En soi, un geste artistique ce point placé juste après FRAC. Déstructuré le discours! Comme si ce pathos outrancier, qui met en danger le sérieux même de la raison ne suffisait pas. Les mots volent au dessous de leurs sens, et les métaphores grincent. Ainsi de cette « cicatrice qui claque » aussi, à propos d’une Lady Liberty de Manuel Ocampo… Le langage saigne et l’esprit pleure!

(1) Article (ici)


Exposition du FRAC jusqu’au 10 avril. Musée d’Art et d’Histoire de Narbonne ouvert tous les jours sauf le mardi de 10h à 12h et de 14h à 17h jusqu’au 31 mai, puis tous les jours de 10h à 18 h jusqu’au 30 septembre.

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (5)

  • Avatar

    joel Raimondi

    |

    mais pourquoi le FRAC n’expose t il pas ses magnifiques oeuvres au fameux « art spirateur » ou au LAC ?

    Reply

  • Avatar

    MUHL Philippe

    |

    Le mieux est comme toujours d’aller voire l’exposition et de se faire sa propre opinion. La curiosité n’est pas un vilain défaut en matière d’art bien au contraire. Plus on voit d’œuvres d’art, plus on s’ouvre l’esprit, l’on affine son regard. On a même le droit de penser que certains se foutent de nous, l’essentiel étant de rester ouvert à toutes les formes d’arts. Quand on est passionné d’art on est jamais rassasié, toujours quelque chose à découvrir.

    Reply

    • Avatar

      Michel Santo

      |

      Ce billet d’humeur Philippe, n’est pas une critique de l’Art en soi, fut-il contemporain, mais du langage sur l’Art. Force est de constater que celui qui circule aujourd’hui est aussi pauvre qu’obscur. Au mieux!

      Reply

    • Avatar

      Alphonse MARTINEZ

      |

      C’est un peu comme le « bigos » ,quand on y a touché on ne peut plus s’en passer . Une invite pour les passionnés de l’Art à la Narbonnaise …

      Reply

  • Avatar

    baylac

    |

    Ah ah ah ,je ris …J’avais , je vous rassure elle n’est pas morte ,une connaissance ,pseudo parisienne, qui me disait : »Quand je ne suis pas convaincue, je dis « intéressant « …

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

  • Les Halles de Narbonne : « Plus beau marché de France ! »
                Je.6.2022 Les Halles sont à Narbonne ce que l’andouille est à Vire et la bêtise à Cambrai : sa carte d’identité hexagonale. Et l’été, nous […]
    Aucun commentaire
  • Parfois un cyprès pousse en toi…
      Me.29.6.2022   9h30, devant la petite porte de l’ancienne entrée du cimetière de l’Ouest, cet admirable cyprès qui toujours plus haut par delà tout oubli s’élance et s’étire jusqu’au […]
    Aucun commentaire
  • Un dimanche pas comme les autres…
    Di.26.6.2022 Quand je suis entré dans sa chambre, je l’ai trouvée assise sur son fauteuil lisant un de ces ouvrages à la reliure cartonnée d’une collection destinée aux enfants : « Le petit lion […]
    3 commentaires
  • Les Français au divan !…
          Ve.24.6.2022 Dans mon département, l’Aude, ses habitants se sont réveillés un lundi matin avec trois députés RN. Et depuis, comme partout ailleurs dans ce pays, sonne un même […]
    2 commentaires
  • Le jour du solstice d’été fut sans lumière…
        Entre le grau des Ayguades et la plage des Chalets, la mer grondait, l’air était poisseux et les nuages bas, noirs, bouchaient l’horizon et couvraient la Clape. Tout était gris. L’écume […]
    2 commentaires
%d blogueurs aiment cette page :