Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne. Nos élus aiment les chiffres, pas les comptables…

ambition

Conférence de presse de Jacques Bascou rapportée par Laurent Rouquette dans l’Indépendant de Jeudi 18 Septembre (1). Titre: « Un budget sain pour le Grand Narbonne ». Soit! Mais on apprend dans le texte que ce qui est  présenté comme une maîtrise de la masse salariale est en réalité une absence de contrôle des charges de personnel. Curieuse maîtrise, pour un vrai relâchement! Elles augmenterons en effet de 4% – 1% pour le recrutement, 3% pour des hausses de traitement, mécaniques. Et Jacques Bascou de justifier ainsi cette hausse: « le personnel, ce sont des services au public qui ne peuvent pas être réduits de manière uniquement comptable ». Autrement dit, les services au public étant par nature en croissance constante, pour ne pas dire infinie; et les élus n’ayant pas de comptes publics à rendre à leurs administrés, n’étant pas des comptables, les charges de personnel ne sauraient qu’augmenter. Problème! Les communes membres du Grand Narbonne raisonnent de la même façon et augmentent elles aussi leurs dépenses de personnel, bien que les 3/4 des compétences et des agents qui vont avec aient été transférés à l’Agglo. Cherchez l’erreur! Là est le vrai dysfonctionnement. La Cour des Comptes ne cesse pourtant d’alerter sur cette dérive, mais rien n’y fait. Tout se passe comme si la crise des finances publiques n’existait pas. Ou plutôt n’existait que dans l’esprit de vulgaires comptables. Ceux de la Cour des comptes évidemment. Les politiques s’exonérant de ce souci, pour ne s’intéresser qu’aux seuls « besoins des populations ». Avec le résultat que l’on sait. Au plan national, et au terme, loin d’être achevé, de 30 ans de déficits budgétaires, le montant de nos impôts directs ne couvrent même plus le remboursement de la dette… Mais pour en revenir à cette conférence de presse et aux chiffres présentés eux de manière positives et forcément sans perspective comptable – un oxymore! – j’ai retenu, outre ces 4%, cette équivalence entre les 20 Millions d’euros injectés dans l’économie locale et 570 emplois. Équivalence à laquelle je n’ai rien compris. Je l’avoue! Par manque de connaissances comptables, sans doute. Serait ce donc que l’Agglo aurait créé, et /ou maintenu les-dits emplois; que le nombre de chômeurs aurait diminué d’autant, sans que Pole Emploi s’en rende compte? Et pourquoi pas, tant que nous y sommes, s’arrêter en si bon chemin et ne pas rajouter les 436 employés du Grand Narbonne pour mesurer l’impact de sa politique sur l’emploi local, ainsi que ceux des communes membres… Ah! ces chiffres, quand on les manipule sans souci comptable, leurs effets sont éblouissants tout de même. Aveuglants! Comme ceux du lancement par la Ville de Narbonne, en coopération avec la société Gérard Bertrand, d’une cuvée Narbo Martius. Une campagne de « com » (2) au coût affiché de 60 000 euros, mais qui revient probablement au double si on y ajoute les prestations internes de la Ville… Nos élus aiment les chiffres, pas les comptables!


(1) et (2) Articles de Laurent Rouquette

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraites » s’est faite sans que[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio