Contre-Regards

par Michel SANTO

L’amputation nécessaire des Départements couvrant les Métropoles (l’exemple de la Haute Garonne)

 Pierre Médevielle, en haut, et Georges Méric…

Le précédent gouvernement avait prévu la suppression des conseils départementaux mais, pour des raisons bassement politiciennes – ne pas perdre les voix radicales (celles du parti de monsieur Baylet) : qu’il a perdues un peu plus tard et qui, lors de la présidentielle, s’en sont allées chez Macron – avait abandonné cet élément clef de sa réforme territoriale. Le résultat de cette reculade est que cette réforme présentée malgré tout comme de portée structurelle –  son objectif était de rendre moins opaque, moins coûteux et moins lourd l’ensemble constitué par les quatre niveaux de collectivités locales propres à notre pays, n’a, dans la pratique, fait que renforcer les dysfonctionnements constatés dans le passé – chevauchements de compétences, financements croisés, etc. Le comble de cette situation provoquée par une réforme désossée de sa partie la plus radicalement moderne, est illustré dans les territoires métropolitains d’envergure européenne, comme ceux de Toulouse et Montpellier, notamment. Dans ces périmètres, en effet, se croisent Conseils Départementaux et Métropoles sur des compétences identiques, ou très voisines, gérées par chacune des deux collectivités. Doublons, concurrence, bref ! bienvenue en “Absurdie” où se “régalent” nos élus départementaux, comme à Toulouse, où Georges Méric, préside le conseil départemental de la Haute-Garonne. Pas question  donc, pour ce notable socialiste soucieux de progrès – mais à la condition toutefois de ne rien changer à ses attributs, son prestige et ses pouvoirs –  de changer quoi que soit à la situation présente. Ce qui explique son coup de gueule lors du congrès des maires, ce samedi 6 octobre, au motif  que le gouvernement envisagerait la suppression partielle de son Département –  le périmètre de Toulouse Métropole et de ses 37 communes. Rien que de très logique et de bon sens, pourtant ; et qui permettrait, selon le sénateur “toulousain”de centre-droit Pierre Médevielle de mettre fin à « 30 ans de politique de saupoudrage… Nous avons des salles des fêtes neuves mais plus personne pour danser ». Pour ce dernier, en tout cas, pas d’état d’âme : il votera cette réformette de simplification quand elle sera présentée au vote des sénateurs. Reste à savoir ce que feront ses autres collègues. Iront-ils jusqu’à se rendre ridicules, comme le président du Conseil Départemental de la Haute Garonne, notamment, au point de s’y opposer ? Je n’ose l’envisager, quoiqu’en d’autres circonstances ils n’aient pas manqué de relever fièrement  ce défi…

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oubli !

Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oub

    Denis Carrière : café de la Paix. Capestang (34)    M. est un ami. Il me dit ne pas pouvoir rester assis à la terrasse d’un bistrot plus de 15 minutes ; et s’étonne toujours[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio