Contre-Regards

par Michel SANTO

Le professeur et la burqua.




Dominique Rousseau est professeur des Universités. Il enseigne le droit. Il parle sur France Culture et ses « réflexions » sont régulièrement publiées par Libération et le Monde. Le dimanche, il dispose de trois colonnes dans le Midi Libre qui ne l’est pas trop, où il bâcle des chroniques (dans la dernière, cette perle parmi d’autres : « l’Etat veut une loi… ». L’Etat en lieu et place du gouvernement ou de députés de l’Assemblée !!!) qu’il termine régulièrement en « appelant » à la révolte du peuple. Pas dans la dernière de ce jour, où il nous assène à propos du port de la burqua : « Rajouter une loi serait aussi ridicule qu’interdire la mort par une loi. »  (Midi Libre du 24/01/10, page 8) Ainsi, pour notre expert, cette prison vestimentaire serait du même ordre qu’un phénomène naturel et irréversible. Une fatalité. C’est fort ! Ça sonne ! Et c’est c… Rappelons lui, quand même, à notre éminence professorale, que Badinter, lui, a osé l’interdire, la mort, quand elle était donnée au nom de la justice. Et que je ne vois pas pourquoi on s’interdirait le droit de légiférer contre ceux et celles qui ont décidé de « tuer symboliquement » un certains nombre de valeurs propres à notre démocratie. La loi n’est pas en effet qu’une norme technique, elle a aussi et surtout une portée culturelle et symbolique. Qu’il faut avoir le courage et la lucidité d’utiliser quand les adversaires de la République ont décidé de l’attaquer sur ce terrain là.

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oubli !

Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oub

    Denis Carrière : café de la Paix. Capestang (34)    M. est un ami. Il me dit ne pas pouvoir rester assis à la terrasse d’un bistrot plus de 15 minutes ; et s’étonne toujours[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Le dernier  "tango" de Monsieur Daraud !

Narbonne ! Municipales2020 : Le dernier "tango" de Monsieur Daraud !

  Narbonne. Hôtel de ville.  Jean François Daraud est la tête de file du Rassemblement National aux élections municipales. Loin du profil moyen des candidats de ce parti, le personnage bro[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio