Contre-Regards

par Michel SANTO

Le sanglot de l’homme blanc européen .

 

 

 

 

images-copie-18.jpeg

 

 

 

 

 

 

Nouveaux drames humains en Méditerranée. Après le naufrage de ” Lampedusa ” où de nombreuses victimes venues de la corne d’Afrique ont péri noyées, celui d’hier encore au large des côtes de l’ile de de Malte. Des familles entières fuyant des pays en guerre, des états corrompus, la misère ou tout simplement désireuses de poursuivre leur vie dans ce qu’il leur apparait comme une terre d’abondance, l’Europe, ont terminé leur voyages au pays d’où l’on ne revient hélas jamais. Une tragédie devant laquelle aucune conscience ne peut rester sans s’émouvoir et sans voix pour en dire ce qu’elle contient de révoltant, d’insupportable et d’injuste. Mais ce qui est intolérable, comme on nous l’assène jour après jour, c’est d’en faire supporter la responsabilité première à  ” l’homme blanc européen ” et à son égoïsme meurtrier. Une responsabilité qui demeure pourtant , comme le dit si bien Jean-Baptiste Placca, journaliste, fondateur du magazine L’Autre Afrique, ” celle des dirigeants africains qui seuls peuvent, par un réel leadership, proposer à leur jeunesse, à leur peuple, cette vision qui pousse toute une nation à se surpasser, pour caresser l’inaccessible.Tous les peuples du continent, même de pays plus pauvres que l’Érythrée, ne choisissent pas cette voie désespérée qui engloutit dans les profondeurs de la Méditerranée. C’est donc la preuve qu’il n’y a pas une fatalité à vouloir toucher Lampedusa et mourir ” . En 1983, Pascal Bruckner publiait ” Le sanglot de l’homme blanc “, essai dans lequel il dénonçait,  à travers le tiers-mondisme, une tendance à l’autoflagellation qui, tout en flattant la bonne conscience de l’homme blanc, tendrait à dissimuler les vrais problèmes, l’esprit d’analyse étant remplacé par un sentimentalisme aveugle. Une idéologie qui tend à rendre les dominants d’hier responsables de toutes les souffrances des pays du Sud, que cette responsabilité soit ou non avérée ; comme elle diffuse en France même l’idée que nous ne finirons jamais, au nom de la défense des ” minorités ethniques “, de payer  notre ” effroyable dette ” à l’égard du tiers monde . Eh bien, au risque de passer pour un être dénué de tout sens moral, j’avoue, à contresens du pathos ambiant, mon allergie à cette tyrannie névrotique de certaines élites . J’ajoute , pour aggraver mon cas, qu’elle contribue, pour une part importante, au désarroi politique ambiant de françaises et de français qui, dans un mouvement symétrique,  se réfugient dans des postures collectives populiste et xénophobes. Inutile donc de préciser que je recommande, pour se protéger des ” gestionnaires ” de la mauvaise conscience de l’homme blanc européen, ce stimulant essai brucknérien.

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio