Contre-Regards

par Michel SANTO

Le temps change.

Je ne sais pas vous, mais moi, Copenhague, ras le bol ! Quant à  nos présentatrices météo et leurs « bilans CO2 » à vous pendre à la première éolienne venue, c’est bien simple, je ne peux plus les voir en peinture. Surtout verte ! Parce qu’elles en rajoutent les perverses. Tous les soirs ou presque avec leurs « c’est bon pour la planète » à vous faire passer des nuits blanches en compagnies d’ours polaires à l’agonie et d’esquimaudes en bikinis. Car la mer monte, les banquises «  fuitent » et les glaciers fondent, nous serinent-elles sur un ton d’outre tombe. Avec des chiffres et des courbes à l’appuie auxquels personne ne comprend rien et  qui vous plongent dans une forme d’idiotie animale habituellement constatée chez le militant en campagne. Qu’il soit vert, rouge, rose ou bleu !  C’était pourtant bien, avant, la météo ! Un moment de fraîcheur juste après des journaux pas du tout rigolos où on commentait la ligne de Catherine ou la robe d’Isabelle. Enfin ! la robe… Un prologue délicieux à de douces soirées. Qui réchauffaient les coeurs avant qu’advienne le GIEC et que change le temps. Ah! pourvu qu’il nous revienne…

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :