Contre-Regards

par Michel SANTO

Le Théâtre+Cinéma du Grand Narbonne et la Tempora du même : une mutualisation impossible ?

 

     

Samedi dernier, nous recevions, Jean-Claude et moi, à Radio Barques, madame  Marion Fouilland-Bousquet, la directrice du Théâtre+Cinéma Scène Nationale, du Grand Narbonne. L’occasion de faire le point sur la situation financière et l’état physique de cet équipement, comme sur la programmation de la saison en cours. L’information à retenir de cet entretien est un retour à l’équilibre comptable et la signature de la convention avec l’État et les autres partenaires du Théâtre : Grand Narbonne, Région et Département, principalement. Bien ! Ma chronique audio et l’intervention de madame Fouilland-Bousquet peuvent être réécoutées ici. Mais, si je reviens rapidement sur cette émission, c’est aussi et surtout pour émettre une remarque subsidiaire que nous n’avons pas évoquée à cette occasion. L’annonce publique, aujourd’hui, du programme de la “Tempora d’automne” du Grand Narbonne, m’en donne l’occasion.  Une Tempora  qui n’a cependant rien d’hispanique, notamment, programmatiquement parlant, et que les responsables du Grand Narbonne présentent comme un festival culturel itinérant entièrement gratuit. Ma remarque est donc la suivante : pourquoi ne pas confier à l’équipe du Théâtre la responsabilité de la programmation  de ce festival ? Est-il concevable, en effet, que ces deux évènements se recouvrant : la saison théâtrale et ce festival, leur gestion soient confiées à deux instances différentes du même Grand Narbonne ? Leur mutualisation – action souvent invoquée, mais rarement appliquée – permettrait de  réaliser, de fait,  des gains de toute nature. De plus, les élus des villes, hors Narbonne, qui, sans cesse se plaignent de “l’éloignement” du Théâtre et de ses équipes de leur cité,  verraient ainsi leurs “liens” se resserrer, pour le plus grand bénéfice de tous. Enfin, j’observe que cette mutualisation permettrait de régler un petit problème de “frontière” : l’Agglo a dans l’exercice de ses compétences la gestion des grands équipements culturels, mais pas l’animation culturelle ;  par contre, rien ne s’oppose à ce que le théâtre Scène Nationale déploie une programmation sur plusieurs sites du Grand Narbonne. Cela rapidement exposé, qui mériterait sans doute de plus longs développements – sauf à me démontrer, je prends le risque, le caractère farfelu (ce que je n’écarte pas !) de ces quelques remarques…

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

  Narbonne. Hôtel de ville.  Nous n’aurons jamais vu autant de « transferts » politiques croisés que dans cette dernière « campagne » des municipales. Impossible ici d’en dresser la liste c[Lire la suite]
Quelques notes prises  au fil des jours…

Quelques notes prises au fil des jours…

    Ai noté ceci : Le 4 février : Toujours du grand Jules Renard, dans son journal : «Il y a des gens qui, toute leur vie, se contentent de dire : « Évidemment ! Parfaitement ! C'est ho[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio