Contre-Regards

par Michel SANTO

Les Enfoirés, chasse aux sorcières en absurdie. Par Natacha Polony!

images

Retenu dans la presse, ce matin, cet extrait d’un article de Natacha Polony:

Il y a quelque chose de délicieux à observer le nouveau maccarthysme qui fleurit dans une société obsédée par les «dérapages», les «sorties de route» et l’usage du pilori médiatique. Avec le concours démultiplicateur de réseaux sociaux qui reproduisent à la vitesse de la lumière les opinions des procureurs improvisés. Mais il ne s’agit plus de débusquer les communistes en période de guerre froide. Non, le nouveau crime qui vaut excommunication, et qui est au moins aussi vague que l’accusation du sénateur McCarthy, c’est de se rapprocher plus ou moins d’une entité dévorante et indéterminée: la réaction. Dernière victime: le gentil par excellence, le chanteur consensuel du bovarysme contemporain et des rêves d’évasion, Jean-Jacques Goldman.

La polémique sur la dernière chanson des Enfoirés a ceci d’amusant qu’elle réunit dans la dénonciation lapidaire des «réacs» «antijeunes» (crime suprême), un JoeyStarr et un Jacques Attali. Aux antipodes l’un de l’autre? En fait, qui se souvient du formidable petit essai de Jean-Claude Michéa,La Caillera et son intégration (Climats, 1999), comprendra comment un représentant de ce rap qui a érigé l’imagerie de la loi de la jungle et de l’argent roi en affirmation identitaire peut rejoindre un des artisans de la mondialisation heureuse et dérégulée.

Vulgaire et antijeune pour l’un, marchant pour l’autre sur les traces du FN… Qu’est-ce donc qui a pu déclencher une telle artillerie? Une chanson pleine de bonnes intentions sur une jeunesse qui interpelle la génération précédente, celle, bénie, du plein-emploi (davantage la génération de Jean-Jacques Goldman et Maxime Le Forestier que de ceux qui les entourent), et se voit répondre par des vieux volontairement présentés comme un peu angélistes (et donneurs de leçons quand ils disent à ces «petits cons» de ne pas fumer) «faut vous bouger», «ce qu’on a, on ne l’a pas volé». Un peu de second degré, un peu de bons sentiments et tout le monde se réconcilie. Fallait-il vraiment en faire tout un plat?

Mots-clefs : , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise… (et d'ailleurs) : Cet homme va toujours ainsi…

Scène de la vie narbonnaise… (et d'ailleurs) : Cet homme va toujours ainsi…

    Je ne le connais pas. Il doit avoir mon âge. Disons qu’il est dans un temps où les nuits sont courtes. Quand je le croise dans la rue, il siffle. Des airs joyeux. De sa compositi[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : "La ville de demain se dessine à l'entrée Sud" ! Vraiment ?

Narbonne ! Municipales2020 : "La ville de demain se dessine à l'entrée Sud" ! Vraiment ?

  La Une de l’Indépendant de ce jour est consacrée à la visite, effectuée hier, du quartier en construction des Berges de la Robine par le président national de la Fédération Française du Bâtim[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Acte 2 de "mon" programme municipal…

Narbonne ! Municipales2020 : Acte 2 de "mon" programme municipal…

        Après un premier billet : "Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !" (ici), poursuivons donc notre réflexion sur les grandes options d’a[Lire la suite]
Des combats de pets sur les réseaux sociaux...

Des combats de pets sur les réseaux sociaux...

    Nicolas Bouvier, dans « Les chemins de Halla San », note que « les trois divinité de l'île de Chedju (Corée du Sud) s’appellent Ko, Yang, et Puh. Puh, comme on le devine à l’oreill[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !

Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !

    Laissons de côté, pour le moment, le nombre d’arbres ou de trottinettes par habitant (je plaisante), pour nous intéresser à ce qui me semble, s’agissant des politiques environnem[Lire la suite]
Dimanche : Quelques notes prises à la volée, et en passant…

Dimanche : Quelques notes prises à la volée, et en passant…

    Novembre ! Dimanche 17. Je déteste cette expression : "A ne manquer sous aucun prétexte". Elle clot toujours une invite à voir une expo, un film ; lire un livre, goûter un vin ;[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio