Contre-Regards

par Michel SANTO

l’invraisemblable et ruineuse guerre de l’Arena de Montpellier entre C.Delga et P.Saurel…

La société  d’économie mixte « Montpellier events », filiale de la Région Occitanie et de la Métropole de Montpellier  gère l’administration et l’exploitation de l’Arena et du Parc des Expositions de Montpellier, propriétés de la Région Occitanie, et celles du Corum et du Zénith, propriétés de la Métropole. Elle est aussi en très grandes difficultés financières depuis de nombreuses années.

En 2017, son déficit s’élevait à  2,2 millions d’euros : les équipements de la Région y participant à eux seuls  pour 3,4 millions d’euros, le bénéfice des équipements métropolitains limitant la « casse ». Je rappelle  pour la petite histoire que l’Arena et le Parc des Expositions furent parmi les premiers équipements transférés (avec toutes leurs charges d’amortissement et d’exploitation) par Georges Frêche, alors président de l’Agglo, à la Région, qu’il venait de conquérir. Aucune logique économique ou institutionnelle dans cette opération, mais une raison politique toute « bête » : alléger le contribuable montpelliérain et préserver son fief électoral en plombant le budget régional.

Depuis, dans ce contexte financier et institutionnel baroque, aggravé par la fusion des deux anciennes régions, les deux principaux actionnaires de « Montpellier events » : Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie, et Philippe Saurel, le président de la Métropole  de Montpellier, s’affrontent sans ménagement. Le second ne voulant plus payer pour la première, pour des équipements pourtant de nature métropolitaine… Pour sortir de cette impasse politico-financière, la Région Occitanie a donc décidé de résilier la délégation de service public (DSP)  la liant à « Montpellier events » pour la gestion de son Parc des expositions et de l’Arena. Une indemnité proche de 46 M€ sera  ainsi versée à « Montpellier events », qui, en outre , n’aura plus dans ses « comptes » le lourd amortissement de la construction de l’Arena, envoyé dans les caisses de la Région Occitanie !

Pour compléter cet obscur tableau, il faut ajouter à cette composition surréaliste, le naming d’Arena de 330 000 par an payé par Sud de France, autre filiale de la Région Occitanie, ainsi que le loyer versé par la  même Région à son propre parc des expositions de Montpellier où se réunit le Conseil Régional lors de ses sessions plénières (les hémicycles des deux hôtels de Région de Toulouse et Montpellier restant pendant ce temps… vides !).

Finalement, tout va bien dans ce joli monde régional où l’on se refile des gros équipements aux déficits lourds financés par des « filiales » publiques régionales, ou la Région elle-même. Le probable, dans cette affaire, est qu’à la fin de 2019, la Région et la Métropole géreront séparément leurs équipements respectifs (la formule Société Publique Locale est privilégiée) avec une structure commune (GIE ?) pour gérer les fonctions supports (administration, communication etc).

Bref ! on patauge dans l’inconséquence depuis les décisions prises en son temps par George Frêche, et on n’en sort pas. La seule issue logique était tout simplement de rendre la propriété de l’Arena et du Parc des expos à la Métropole de Montpellier. À elle, et à elle seule ! Trop simple, peut-être !

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Alain Bécil

    |

    « Aucune logique économique ou institutionnelle dans cette opération, mais une raison politique toute « bête » : alléger le contribuable montpelliérain et préserver son fief électoral en plombant le budget régional. »
    Quand on évoque cela avec les montpelliérains, ils vous traitent de parano, la vérité c’est que Frêche à largement pioché dans les poches de la région pour transformer Montpellier et lui donner du lustre faute d’autre chose . en tant que contribuable régional , la surdoué me reste en travers du gosier. Devoir encore venir payer les conséquences de la megalomanie montpelliéraine est inadmissible. Puisque la surdouée est devenue une métropole , elle n’a qu’a prendre en charge ses équipements, à moins que la grenouille n’ayant voulu se faire plus grosse que le boeuf n’ait plus les moyens. Brel chantait « faut pas jouer aux riches quand on a pas le sou »!!!!!

    Reply

  • Didier

    |

    Pour toutes ces opérations financières bidonnées, ces délibérations foireuses, ces marchés de DSP limites, je croyais qu’il y avait un contrôle de légalité du préfet et des décisions de la Chambre Régionale des Comptes. La réglementation a dû changer……

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Baromètre des Territoires 2019 / #Occitanie : le moral en berne !

Baromètre des Territoires 2019 / #Occitanie : le moral en berne !

    L'Institut Montaigne vient de livrer son dernier baromètre des territoires. Un coup de projecteur sur la région Occitanie y figure en bonne place. Et l'image qui apparaît, à mille lie[Lire la suite]
"Il ne hait pas les Juifs, il est seulement antisioniste" !

"Il ne hait pas les Juifs, il est seulement antisioniste" !

#Antisémitisme #Antisionisme.  Ah ! les pudeurs sémantiques de ceux qui nous expliquent savamment, ou bêtement, la différence substantielle entre antisémitisme et antisionisme, et qui feignent d’i[Lire la suite]
Grand Narbonne : De la glisse, du vent et des trottinettes…

Grand Narbonne : De la glisse, du vent et des trottinettes…

  Le Grand Narbonne a entrepris la promotion des « sports de glisse » sur son territoire et a décidé de soutenir financièrement des projets susceptibles d'accroître son potentiel naturel [Lire la suite]
Municipales 2020 à Narbonne : c'est parti pour Alain Perea et LREM…

Municipales 2020 à Narbonne : c'est parti pour Alain Perea et LREM…

Place de l'Hôtel de Ville de Narbonne. (Office de Tourisme) Pour ceux qui doutaient de la candidature d’Alain Perea et de LREM aux prochaines municipales, à Narbonne, l’équivoque est levée. Une lis[Lire la suite]
La légende des périphéries urbaines abandonnées par l'État…

La légende des périphéries urbaines abandonnées par l'État…

Le géographe Jacques Lévy est l’anti-Christophe Guilluy. Il met en avant l’ouverture à l’autre qui serait la marque des cœurs d’agglomération et montre que ce sont les contribuables des grandes vi[Lire la suite]
Madame Pinel et Monsieur Codorniou feintent la passe aux Valoisiens et retournent au PRG…

Madame Pinel et Monsieur Codorniou feintent la passe aux Valoisiens et retournent au PRG…

On n’est jamais déçu avec les radicaux de gauche. Sitôt partis rejoindre en catastrophe ceux de droite, en décembre 2017, en créant le Mouvement radical, social, libéral (…),*  au lendemain d’une [Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :