Contre-Regards

par Michel SANTO

Petit retour sur le dernier Radio Barques avec Didier Mouly, invité…

Dans la dernière édition de Radio Barques, sur Grand Sud FM, nous recevions, en invité, le maire de Narbonne, Didier Mouly. Pas de surprise au plan politique ! Il a toujours dit qu’il serait candidat à sa réélection lors des prochaines élections municipales. Mais en précisant toutefois, à cette occasion, qu’il ne ferait pas la même erreur – que je lui ai rappelée dans ma chronique précédant son intervention – d’oublier celles, concomitantes, au conseil communautaire du Grand Narbonne. On en connaît les conséquences politiques et les coûts sociaux, ici même souvent relevés – je n’y reviens donc pas. Parmi les divers autres sujets abordés, sur la salle multimodale (le dossier de son mandat !),  précisément, je me suis permis de lui faire observer que, contrairement à ce qu’il avait toujours affirmé : “la gestion de cette salle ne coûterait pas un sou aux narbonnais !”, c’est au moins, selon sa propre estimation, 600 000€ qu’il faudrait chaque année débourser pour satisfaire aux exigences de la future société exploitante. Un minimum ! Ce que j’avais fait remarquer à l’époque en montrant que ce genre d’établissement était “structurellement déficitaire”. La vérité des coûts de cette réalisation – dont le chantier continu malgré les divers recours : sur le fond du marché et le permis de construire – finit donc par s’exprimer au grand jour. Il était temps !  Cela dit, dans sa réponse à mon interrogation, Didier Mouly est allé un peu plus loin en précisant qu’il escomptait bien trouver des recettes pour compenser ces 600 000€. Lesquelles ? Du naming ! C’est à dire l’utilisation de cette salle comme support publicitaire par un “investisseur”, comme à Montpellier, par exemple (la Métropole a attribué au groupe d’aménagement et d’immobilier montpelliérain CGL, après Altrad, le privilège d’apposer son nom sur la façade du stade d’honneur du complexe de rugby Yves du Manoir.) Alors qui, ou quelle (s) société (s) narbonnaise  pour signer un chèque de 600 000€ ?

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Avatar

    cetace_jovial

    |

    Naming… Euh…Orano! Et Péréa nous a ramené 800 000 euros donc il en manque plus que 200 000…Narbonne avance c’est génial ! L’argent coule à flots ! Allez Monsieur Perea encore un petit effort, un tweet pour vos amus chasseurs qu’ils mettent la main à la poche….

    Reply

  • Avatar

    MARTINEZ

    |

    Le culte de la personnalité a un prix qui est financé hélas par le sacrifice des autres . Il est quand même lamentable que des élus puissent engager les finances publiques sans n’offrir aucune garantie et surtout et surtout ne rien assumer ,c’est l’exacte définition de l’irresponsabilité .Il faut que notre Maire accepte un débat public ,sans se défiler et nous expliquer certains gaspillages. Les Narbonnais ne sont pas des proies, ni des moutons destinés à la tonte. Trop c’est trop .

    Reply

  • Avatar

    Carlos alves

    |

    Cette salle va finalement finir comme tant édifice à Narbonne. C’est-à-dire inutilisé ou qu’à moitié. Rappel : la cathédrale dont la construction a été démarrés sans les accords et coopération des autorités de l’époque, la plais du travail dont le théâtre n’a jamais vu une représentation, l’aspirateur qui au lieu de recycler les déchets va acceuillir la police. Un projet pour qu’il soit mener à bien doit être reflechit du besoin à sa fin de vie pour le recyclage. C’est ce que l’on enseigne au colllège ! Oui au collège ! i

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales 2020 : Quelques remarques sur la polémique entre Bertrand Malquier et Nicolas Sainte Cluque

Narbonne ! Municipales 2020 : Quelques remarques sur la polémique entre Bertrand Malquier et Nicolas

    Bertrand Malquier accuse Nicolas Sainte Cluque de plagiat, le second prétendant le contraire. Le sujet de la polémique étant « l’aménagement des berges de la Robine » selon l’Ind[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

  Narbonne. Hôtel de ville.  Nous n’aurons jamais vu autant de « transferts » politiques croisés que dans cette dernière « campagne » des municipales. Impossible ici d’en dresser la liste c[Lire la suite]
Quelques notes prises  au fil des jours…

Quelques notes prises au fil des jours…

    Ai noté ceci : Le 4 février : Toujours du grand Jules Renard, dans son journal : «Il y a des gens qui, toute leur vie, se contentent de dire : « Évidemment ! Parfaitement ! C'est ho[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :