Contre-Regards

par Michel SANTO

A chacun son métier!

 

imgres-copie-32.jpeg

 

On sait que la proximité physique de la presse régionale avec les élus dominants est une source de financement pour les premiers et un vecteur de communication pour les seconds. On sait aussi qu’une trop longue résidence professionnelle dans une même rédaction locale est propice à des relations électives et parfois, pour ne pas dire souvent, intéressées. On sait encore qu’il n’est pas interdit, bien au contraire, à un journaliste, d’avoir des valeurs sociétales et d’oser, quand il l’estime nécessaire, posément les exprimer. On sait surtout qu’il est très difficile, dans nos petites villes qui se croient grandes, à la flatterie des puissants de sereinement et dignement résister. On sait enfin qu’il est vain d’espérer de ce noble métier une incontestable objectivité. On sait, on sait… C’est ainsi ! Mais des journalistes le savent, et savent intelligemment et courageusement résister… Alors, alors il fallait oser, dans l’Indépendant de ce jour , sortir une pleine page en forme de Journal Officiel de Jacques Bascou et de sa majorité, ainsi titrée: « Des chiffres pour des êtres, c’est aussi cela le budget 2013. N’en déplaise à certains » . Le reste à l’avenant, d’une ostentatoire  et choquante complaisance ! Une « publi-promotion » gratuite et,  à l ‘évidence, en ce samedi saint de parfaite circonstance, savamment « inspirée ». C’est Patrick Nappez qui doit jubiler (chapeau l’artiste !). A se demander toutefois si le trop, comme en d’autres affaires, ne finira pas par rejoindre le rien… Qu’on ne se méprenne pas cependant sur ces lignes. Loin de justifier, par défaut, propos, attaques et propositions de ceux qui contestent Jacques Bascou et son budget, c’est, d’un journaliste, un peu plus de distance et un peu moins de complicité que j’espérais dans le traitement de cette actualité. Pas l’exposé d’un flatteur et ennuyeux dossier de presse. A chacun son métier ! 

 

 

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (1)

  • Avatar

    pibouleau

    |

    l Indépendant porte, de nos jours, vraiment mal son nom

    Qu’un non-journaliste (ce qui est le cas de M Santo) donne une leçon de déontologie

    a un journaliste professionnel c ‘est tout de même un comble

    certains hidalgo, (au petit pied) font dans le journalisme alimentaire qui répond au socialisme alimentaire grand bien leur fasse mais qu’on ne s’étonne pas apres que les vente de l’Independant
    sont orientés a la baisse

    Ce blog de Michel mérite une réponse des concernés. Question de dignité

    le journalisme paillasson honte de notre profession 

    Reply

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :