Carole Delga promeut, dans l’Aude, à Carcassonne, un Purple Campus (???)

           

Dans son édition du  12 janvier 202, L’Indépendant nous informe que Carole Delga, la présidente de la région Occitanie, « est venue prendre le pouls du centre de formation d’apprentis de Carcassonne, devenu avec celui de Narbonne, un « Purple Campus ». Purple Campus ?! Mais qu’est-ce donc que ce groupe nominal imprononçable en français par un Audois « moyen » – j’en suis ! – ; et encore moins en occitan, me disais-je.

Le journalisme est désormais devenu militant…

 
 
   
Le journaliste contemporain, comme l’historien ou le sociologue, notamment et surtout, considère que le cœur de sa mission est de traquer et dénoncer les initiatives et décisions d’un « pouvoir d’État » forcément pervers – car au service de « superriches » et d’une « élite mondialisée » – et de ce fait totalement incompétent, parce que illégitime, à prendre en charge et considération l’intérêt général – et celui des plus pauvres de ses administrés, en particulier.

Proposition de loi citoyennement délirante…

 

 


Proposition de loi citoyennement  délirante : 

Article 1 : Tout projet de loi présentée à l’Assemblée Nationale est en soi et pour toujours un acte dictatorial.
Article 2 : Conséquemment, toute loi adoptée par ladite Assemblée sera considérée comme définitivement inique.
Article 3 : Il est donc admis et justifié que toute loi peut (doit) être légitimement contestée et combattue dans la rue, et ce par tous les moyens non autorisés possibles.
Article 4 : Les forces de l’ordre mobilisées pour s’opposer aux violences de manifestants progressistes en lutte contre les dites lois sont parfaitement illégitimes – parce que foncièrement fascistes.
Article 5 : Le maintien d’une loi justement contestée et combattue dans la rue par d’honorables citoyens, ainsi que l’usage des forces de l’ordre pour qu’elle soit appliquée, sont la preuve que nous vivons en dictature (cf l’article 1).
Article 6 : Il s’ensuit que tout individu qui s’aventurait à critiquer les articles ci-dessus exposés fera l’objet de campagnes éthiques de harcèlement, d’injures et d’intimidations sans que leurs auteurs puissent être inquiétés.

Articles récents