Les leçons à tirer de la « Convention Citoyenne pour le Climat »…

         

Donc, les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat, – qui, tirés au sort parmi des volontaires pour la plupart écologistes ou sympathisants, représentant un échantillon représentatif de la population française, – ont rendu leur verdict dimanche, dix sept mois après le début de leur mission, en attribuant un très médiocre 3,3 sur 10 au gouvernement s’agissant de la prise en compte, par lui, de leurs 149 propositions.

Que disent de notre rapport au monde ces nouveaux bénitiers à pompe…

 
 
 
 
 
 
 
J’ai lu, dans l’édition dominicale du quotidien l’Indépendant, que le président de l’Association des Amis de Notre-Dame de Marceille – une basilique de la Haute-Vallée de l’Aude – avait installé un distributeur d’eau bénite, afin que les fidèles puissent se signer sans risquer d’être contaminé par la Covid 19 ; ce qui serait un comble pour cet antique rituel de purification des âmes et des corps.

« La vanité et la crainte du ridicule sont les traits les plus saillants du caractère français. »

 
 
 
 
 
 
Dans « L’Âme Française ou la Mesure de l’Espace », l’un des grands chapitres de son livre : « Découverte de l’Archipel » (1932) *, qui commence à la page 61, Elie Faure note, dans un style généreux, pour ne pas dire gourmand, ceci – qui sont les premières lignes – :

Assise au bord de son petit lit, Émilienne pleure.

 
Émilienne et Manuel, son mari : sur ses genoux, Laurent…
   

Assise au bord de son petit lit, Émilienne pleure. Ses mains jointes sur ses genoux serrés, sa tête légèrement penchée et ses yeux remplis d’eau jusqu’au bord, elle me fait penser à une petite fille qu’on vient de réprimander. Tous les soirs, à la même heure, Émilienne est ainsi : une petite valise à plat sur le côté, elle attend celui ou celle qui viendra la chercher pour l’emmener « dans sa maison ».

Articles récents