Contre-Regards

par Michel SANTO

Œnotourisme, la course mondiale à l’innovation

L’agence de voyage alsacienne LK Tours propose aux touristes de visiter les vignobles à bord d’un bus cabriolet. LK Tours

Coralie Haller, Université de Strasbourg

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Des vignobles vallonnés à perte de vue. Des propriétés de charme. Des caves fraîches où l’on déguste des nectars… le tourisme œnologique ne date pas d’hier. Nombreux sont les connaisseurs qui visitent régulièrement les caves afin de dénicher à bon prix les bouteilles qui, le temps venu, orneront leurs tables. Mais cet œnotourisme traditionnel est aujourd’hui en pleine révolution. Objectif : conquérir de nouveaux publics, plus jeunes, plus internationaux, susceptibles d’apporter aux régions viticoles des compléments de revenu particulièrement précieux dans un temps où la consommation de vin a tendance à stagner et où la concurrence s’exacerbe.

La défiance sociétale et démocratique des « jeunes » s’aggrave…

 

PHO0db77cd0-87b6-11e5-87a3-b1e86a6a0e98-660x455.jpg

   

L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, directeur de recherche au CNRS — en livre quelques résultats dans la revue Telos concernant plus particulièrement les « jeunes ».

D’emblée, l’auteur dément l’idée reçue selon laquelle chaque génération nouvelle serait porteuse d’une identité particulière radicalement différente de celles de leurs devancières. Une idée qui a sans doute une part de vérité s’agissant des modes culturelles, mais pas pour les valeurs qui sont des orientations beaucoup plus stables. Seconde illusion, sur le plan des valeurs, les jeunes seraient radicalement différents des adultes. Sur certains points, oui, mais pas de façon radicale.

Quels sont donc les traits saillants de cette édition 2018.

Tout d’abord, ce qui frappe et étonne, c’est que les jeunes se déclarent massivement plutôt satisfaits de la vie qu’ils mènent. Ceux qui se déclarent insatisfaits (en se plaçant en deçà de 5 sur une échelle de 1 à 10) ne représentent que 7% des 18-24 ans. « En réalité la jeunesse est de plus en plus polarisée entre les sortants sans diplôme dont la situation se dégrade d’année en année mais qui ne forment qu’une petite minorité de la jeunesse (13% des sortants avec le brevet des collèges au mieux selon le ministère sur les années 2013-2014-2015) et ceux qui parviennent à acquérir une qualification même d’un niveau modeste. »

Un relatif optimisme individuel de la majorité des jeunes qui se combine à une forte défiance à l’égard de la société et de ses institutions — comme pour les adultes ! Par exemple, seuls 30% des jeunes disent avoir confiance dans le Parlement (ils étaient 46% dans ce cas en 1981). Défiance qui s’exerce aussi à l’égard des individus : seuls 27% des jeunes (comme des adultes) disent « qu’on peut faire confiance à la plupart des gens », 72% déclarant « qu’on n’est jamais assez prudent quand on a affaire aux autres ». Un sentiment d’intégration sociale de longue date nettement plus faible que dans les pays de culture protestante, mais qui s’aggrave d’année en année.

Toutes les institutions ne sont pas néanmoins rejetées par les jeunes. En effet, parmi les institutions qui recueillent au moins 70% de confiance (une grande ou une certaine confiance), on trouve l’armée et la police ! Un résultat qui montre bien que l’image médiatico-politique de la jeunesse est complètement faussée.

À cette demande d’autorité s’ajoute une demande de protection. En effet, les autres institutions plébiscitées par les jeunes étant le système de santé, le système de sécurité sociale, le système éducatif. Une demande d’État qui ne signifie pas pour autant un rejet de l’économie de marché —l’idée de « concurrence » est plus acceptée que refusée…

Après les élections européennes, il est apparu que les jeunes politiquement mobilisés avaient indéniablement été attirés par le vote écologiste. Là encore, il convient d’être prudent, pour la simple et bonne raison que les jeunes politiquement mobilisés sont très peu nombreux.

De manière générale, sur le plan politique, les attitudes des jeunes suscitent de l’inquiétude. Seuls 43% des jeunes de 18-24 ans considèrent comme « absolument important » de vivre en démocratie. Et une forte minorité exprime un attrait certain pour les solutions politiques autoritaires. 8% des jeunes de 18-24 ans disaient en 1999 que « ce serait une bonne chose que l’armée dirige le pays », ils sont 20% à adhérer à cette idée en 2018 ; et 24% considèrent que ce serait une bonne chose (très bonne ou assez bonne) que « d’avoir à la tête du pays un homme fort qui n’a pas à se préoccuper du Parlement ni des élections ».

À l’évidence, les résultats de cette enquête mettent en évidence que la défiance sociétale chez de nombreux jeunes commence à atteindre le cœur même des valeurs démocratiques et républicaines. Il serait irresponsable de ne pas en prendre acte. Le temps presse pour tenter de l’enrayer…

*L’enquête est réalisée tous les neuf ans depuis 1981 (1990, 1999, 2008, 2018).

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

  74573225-9737-4312-ad86-2df24a0373cd.jpg

Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési).

Narbonne ! Une si belle place aussi grossièrement fardée !

     

C’était je ne sais plus quel jour de la semaine passée où un froid soleil magnifiait la place de la Voie Domitienne. Un couple dont la langue signalait une origine manifestement espagnole s’émerveillait à haute voix de son caractère italien et de sa minérale beauté. Leurs paroles, leurs « images », venaient naturellement  à moi qui les côtoyais tous deux, assis à la même terrasse. Rien dans cet espace ne venait troubler son unité formelle et symbolique. Il y régnait aussi une atmosphère féconde à la contemplation et à la rêverie.  Bref, la place était dans un état qui la faisait admirable, jusqu’à ce qu’apparaisse, un matin, une disgracieuse fontaine de pétunias posée sur un misérable tapis herbeux qui, depuis, la rend parfaitement ridicule. Ridicule et disgracieuse. Comment peut-on encore oser une telle esthétique de jardin pavillonnaire, bêtasse et vulgaire, au coeur patrimonial et historique de notre cité ; faire subir cette offense à cet emblématique lieu ? Nue, cette place ne demande qu’une chose : le rester. Son élégance, sa mesure, sa simplicité suffisent à son éclat. Que l’on ôte donc vite ce grossier apprêt qui attente à sa dignité et blesse la nôtre à la voir aussi vilainement fardée…

Ce matin là, dans le cadre de ma fenêtre, très haut dans un ciel couleur d’acier…

 

 

 

Ce matin là, dans le cadre de ma fenêtre, très haut dans un ciel couleur d’acier, des martinets  signaient de noires arabesques. Plus bas, des hirondelles virevoltaient jusqu’au ras des toits, tandis qu’une tourterelle  plongeait dans le feuillage d’un arbre à l’odeur lilas. Il tombait une pluie fine qui courbait la cîme du cyprès où niche un couple de verdets. La ville était encore plus silencieuse qu’à son habitude, à cette heure et ce jour là. Sur mon bureau étaient une grande tasse de café et un petit livre de Régis Debray : « Un été avec Paul Valéry », ouvert à la page 124. « Que serions nous sans le secours de ce qui n’existe pas ? Peu de choses, et nos esprits bien inoccupés languirraient si les fables, les méprises, les abstractions, les croyances et les monstres, les hypothèses et les prétendus problèmes de la métaphysique ne peuplaient d’êtres et d’images sans objets nos profondeurs et nos ténèbres naturelles. » Rien ne résiste en effet à qui fait preuve d’une intransigeante lucidité sinon cette part de  nous-même qui s’accorde au réel pour le sublimer… 

 

 

 

Articles récents

Au domaine de La Rochelierre, on cultive aussi un art français de la vie…

Au domaine de La Rochelierre, on cultive aussi un art français de la vie…

      Le domaine de la Rochelierre est situé au coeur du village de Fitou, entre mer et Corbières. J'y étais mercredi soir, répondant à l'invitation d'un ami. Si je connais son propr[Lire la suite]
Œnotourisme, la course mondiale à l’innovation

Œnotourisme, la course mondiale à l’innovation

Coralie Haller, Université de Strasbourg Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original. Des vignobles vallonnés à perte de [Lire la suite]
Pourquoi  cet acharnement sur le "cadavre politique" encore chaud de François de Rugy ?…

Pourquoi cet acharnement sur le "cadavre politique" encore chaud de François de Rugy ?…

Illustration : journal l'Humanité.  Je fais pourtant l'effort intellectuel et moral pour contrarier ma répugnance naturelle pour ce genre de chasse à l'homme savamment orchestrée par Médiapar[Lire la suite]
Une soirée au Café de la Paix, à Gruissan…

Une soirée au Café de la Paix, à Gruissan…

        C’est un café à l'ancienne en plein coeur du village. Son intérieur est celui d’un bateau. Sobre. Comme ceux qui naviguent au loin. Sa terrasse, à angle droit, s’étend s[Lire la suite]
Des "corbeaux", des amis et des hommes !

Des "corbeaux", des amis et des hommes !

        Notes : 1) Affaire" de Rugy. Vérifié dans ma vie professionnelle : on n’a pas d’amis en politique. Conséquemment la sagesse commande de ne jamais inviter à d[Lire la suite]
Je ne mange jamais de homard, mais fume parfois un bon "puro" !

Je ne mange jamais de homard, mais fume parfois un bon "puro" !

            En attendant la nomination de monsieur Edwy Plenel à la tête du ministère de La Vertu Publique, il serait judicieux de ne plus en nommer d[Lire la suite]
  
2006-2016 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio