Contre-Regards

par Michel SANTO

Arrêtés municipaux anti-pesticides et manipulation juridico-politique…

  XVMdcf02f5a-d3d5-11e9-ba83-e02d24940746.jpg  

Par une ordonnance du 27 août 2019, le juge des référés du tribunal administratif de Rennes a suspendu l’exécution de l’arrêté du maire de Langoët, arrêté municipal réglementant les modalités d’utilisation des produits phytopharmaceutiques sur le territoire de la commune, en raison du doute sérieux sur la compétence du maire pour exercer ce pouvoir de police spéciale.

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

     

C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. Une « course » vite empêchée, à la hauteur du restaurant italien, par la troupe descendante et compacte du Collectif Narbonne XXI.

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

       

19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l’est pas — au départ de la place de l’Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien. La première section, une centaine de mètres entre l’ancien palais épiscopal et la cathédrale Saint Just Saint Pasteur, est une suite de  boutiques — côté droit et côté gauche — aux façades et vitrines tristement banales, dont certaines vraiment moches. Il est vrai que le souci esthétique n’est  pas celui qui vient spontanément à l’esprit d’un commerçant de centre ville. Et pourtant ! Comment ne pas me dire,  et que je disais à un ami venu à ma rencontre alors que j’admirais les superbes et grandes vitrines de la boutique de Brise Sarda, que cette rue serait une merveille, si, à son exemple, ses voisins, comme lui, faisaient l’effort de magnifier leurs devantures. La sienne, en effet, sans qu’il prétende vouloir jouer “le galeriste”, offre généreusement à la vue des passants, de véritables petites créations artistiques ; comme celles de sa femme Camille, devant lesquelles, ce soir, je me suis arrêté : des compositions pleines d’esprit, légères et élégantes…

19 Octobre. Il faut vraiment être “cégétisé” jusqu’a la moelle pour croire faire avaler aux usagers de la SNCF et aux français que l’ensemble des lignes de France, la veille d’un départ en vacances, s’est trouvé « face à un danger grave et imminent. » Cette grève totalement irresponsable scelle, je le crains, la fin du lien particulier qui unissait encore les cheminots au reste du pays.

16 Octobre. Je n’entends, sur toutes les antennes, et dans la bouche des éditorialistes et “experts”, que des « mamans ! ». J’en ai les larmes aux yeux !

15 Octobre. Le tapageur concert d’indignation morale quant au sort fait aux Kurdes par la Turquie d’Erdogan, des Kurdes lâchés par les USA de Trump et ses alliés, n’est que la pauvre manifestation de notre impuissance à combattre seul auprès d’eux. Une manière de se donner bonne conscience qui frise chez certains “grandiloquents” l’indécence… Combien d’entre eux, qui voudraient, dans leur texte, que l’on fît la guerre aux Turcs, seraient prêts à la faire ? Mieux vaut se taire et souffrir en silence.

12 Octobre. Et toujours et encore cette course médiatique pour annoncer ce dont on ne sait rien ou presque *, qui, très vite, rassemble tout le monde sur ce presque rien, pour rétropédaler ensuite, sans gêne et sans se poser de questions sur ce que ces pratiques produisent comme effets dans l’opinion. Si informer c’est cela, alors tout est permis. Quand ? et qui dira que les médias (pas tous, c’est heureux) portent une lourde responsabilité dans la crise de légitimité de nos démocraties et la montée des populismes ?

*Ligonès retrouvé en Écosse !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l’eau !

     

Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proche de l’hystérie. J’ironise évidemment, tant cette annonce était, comment dire ! « téléphonée ».

Images liées:

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

 

Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « indésirables » qu’il convient donc d’éliminer, nous dit-il ; d’exporter dans d’autres villes que celles de l’arc méditerranéen. En Auvergne et en train ? Ou en face et par bateau ? Monsieur Daraud par contre aime baucoup les femmes. Comme cette dame Milanka, qui serait sa « seconde » et « son Nelson Monfort en jupon ». Une comparaison d’un sexisme grossier, insultant. Monsieur Daraud bât ainsi la campagne : il lessive, tord, essore… tient des propos outrageant ; sème ses idées : noires ! Comme son esprit, son humour et son programme. Monsieur Daraud est dans son rôle : il est le candidat du RN. Comment l’ignorer ?

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

   

     

« L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je n’avais pris conscience du nombre de visages qu’il y a. Il y a beaucoup de gens, mais encore plus de visages, car chacun en a plusieurs. Voici des gens qui portent un visage pendant des années. Il s’use naturellement, se salit, éclate, se ride, s’élargit comme des gants qu’on a portés en voyage. Ce sont des gens simples, économes ; ils n’en changent pas, ils ne le font même pas nettoyer. Il leur suffit, disent-ils, et qui leur prouvera le contraire ? Sans doute, puisqu’ils ont plusieurs visages, peut-on se demander ce qu’ils font des autres. Ils les conservent. Leurs enfants les porteront. Il arrive aussi que leurs chiens les mettent. Pourquoi pas ? Un visage est un visage. D’autres gens changent de visage avec une rapidité inquiétante. Ils essaient l’un après l’autre, et les usent. Il leur semble qu’ils doivent en avoir pour toujours, mais ils ont à peine atteint la quarantaine que voici déjà le dernier. Cette découverte comporte, bien entendu, son tragique. Ils ne sont pas habitués à ménager des visages ; le dernier est usé après huit jours, troué par endroits, mince comme du papier, et puis, peu à peu, apparaît alors la doublure, le non-visage, et ils sortent avec lui. »

  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio