Contre-Regards

par Michel SANTO

À la bourse des valeurs, les troupes de chevaliers d’Apocalypse ont la cote…

 

   

Qui osera dire que la croissance va revenir, les problèmes posés par la COVID-19 résolus ; que les tensions mondiales, géopolitiques et religieuses… vont s’apaiser. Personne ! Un intellectuel, un expert, un homme politique ou un commentateur médiatique – c’est-à-dire faisant profession d’augmenter son audience publique – s’en dispensera.

Je ne boycotterai pas Amazon !

 
 
 
 
 
 
J’ai suivi le conseil d’Alain : je me suis levé plus tard que d’habitude. Alain est un ami cher. Nos chemins professionnels se sont croisés, un jour, dans un département voisin. S’il a fait une belle carrière dans le corps préfectoral et à l’Inspection Générale de la Culture, sa trompette et ses musiciens étaient en réalité sa vraie vie. Celle qui aujourd’hui lui fait parcourir le monde.

Scène de la vie ordinaire aux Halles de Narbonne au temps de la Covid…

 
 
 
 
 
 
 
Il y avait peu de monde dans les Halles, ce matin. Très peu ! Des dames surtout. Agées. Les plus jeunes étaient derrière leurs étals. Elles s’ennuyaient. Le temps était lourd. Il passait mal. L’ambiance était noire. Le silence gris. On aurait pu entendre le murmure des terminaux de paiement mobiles. J’ai acheté mon pain chez Anna. On ne voit que ses grands yeux bleus.

Mais qui est donc l’auteur de ce Hold-Up ?

À gauche Pierre Barnerias ; à droite Serge Abad-Gallardo

   

Étonnement, je n’ai rien lu sur ce « Hold-Up » tenté sur notre intelligence critique qui nous apprenne quelque chose sur son réalisateur – comme on le fait habituellement – ainsi que sur la composition de son oeuvre. Ce dernier point, il est vrai, ne mérite pas qu’on s’y attarde, tant les différentes séquences de ce film ne sont que des redites et l’ensemble une compilation de tout ce qu’on voit passer sur les réseaux sociaux et les plateaux des chaînes en continue depuis au moins 6 mois.

Articles récents