Didier Codorniou rejoint Carole Delga dans son combat contre LFI et son populisme d’extrême gauche…

       

La présidente de la Région Occitanie a refusé de se soumettre à l’accord de dupes imposé par Mélenchon à ce qui reste de « frondeurs » dans son ex-parti – inutile à ce stade de se voiler la face. Son premier vice-président, PRG, Didier Codorniou la suit, qui diffuse sur les réseaux sociaux son appel à combattre cette capitulation historique devant un populisme d’extrême gauche aux accents autoritaires et mensongers. Et dans mon département, l’Aude, celui aussi de Codorniou, les choses, en surface au moins, sont claires – enfin ! façon de parler. Une seule circonscription a été octroyée par Mélenchon au PS ; et c’est la conseillère régionale Sophie Courrière Calmon, au profil pourtant droitier et macroniste, qui, de fait, a été adoubée par LFI avec l’incandescent soutien de sa fédération qui, autrefois, c’est-à-dire hier, soutenait hardiment Manuel Valls. Comme me le disait un proche conseiller de Carole Delga , au détour d’un commentaire sur Facebook : « ça sent le sapin ! »

       

Le sommeil des épaves…

   

Tous les matins ou presque, je fais un grand tour de ville à pied d’environ 4 km, en mode « balade » récréative et contemplative. Tour de ville que je boucle assez souvent d’ailleurs à la terrasse d’un bistrot dans lequel j’ai mes habitudes. Mais avant, je me serai toutefois arrêté de brefs instants devant les deux boîtes à livres des jardins dits de la « Révolution » et de « Bourg ». Comme aujourd’hui où, dans la caisse de la seconde, j’ai trouvé, gisant au milieu d’une vile paperasse, cette revue du PS de 2003 « Construire la gauche du XXI siècle ». Était-ce le premier et dernier geste d’un militant perdu refusant la tutelle insoumise sur son parti « signée » cette nuit ? Le moment en tout cas aura été bien choisi par ce malheureux « anonyme », me disais-je. Sur tous les panneaux publicitaires municipaux balisant mon parcours, en effet, était promue l’exposition photo de mon ami Patrice Strazzera : « Le sommeil des épaves ». – Je profite de l’occasion pour vous inviter à vous y rendre nombreux. Elle est magnifique !

     

Les socialistes audois se soumettent à LFI et à Jean-Luc Mélenchon…

     

       

Voilà qui est dit ! Les socialistes audois sont en accord avec leur direction nationale : soumission politique et programmatique à LFI et à son candidat premier ministre Jean-Luc Mélenchon ; tandis que dans le même journal, le même jour, Carole Delga, la présidente socialiste de leur Région Occitanie réitère son refus de toute alliance avec eux.

Vous avez dit arrogant !

       

La forme la plus vicieuse du mépris en politique est de s’adresser aux électeurs en les prenant pour des êtres immatures ou de sombres crétins. C’est le propre des populistes. De gauche et de droite. Faîtes appel à l’intelligence et à la raison de ces mêmes électeurs, et vous serez jugé, par les démagogues de tous poils, comme un individu hautain et arrogant. Un hommage du vice à la vertu, en quelque sorte.

 

 

 

 

Et si on limitait le vote des « vieux », qui votent trop et très mal ?

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Je lis « sous les doigts » de jeunes intellectuels de « gauche » : chercheurs et journalistes de la même génération n’ayant connu que les « dictatures » post soixante-huitarde sous la férule desquelles ils ont misérablement vécu, que les plus de 65 ans était la classe d’âge la plus inscrite sur les listes électorales (avec les très jeunes, qui le sont désormais automatiquement) ; qu’ils étaient aussi les champions de la participation et qu’ils votaient massivement « conservateur » – centristes, libéraux, droite nationaliste et extrême-droite mêlés dans le même sac. D’un côté, donc, des « vieux », passifs, égoïste et conservateurs ; de l’autre des « jeunes », actifs, solidaires et progressistes. Des « jeunes » étranglés financièrement par « les vieux » – les premiers finançant les retraites des seconds ; des « jeunes » entravés politiquement par les mêmes – les « vieux » votant trop et mal. Une situation scandaleuse, injuste, improductive et dangereuse pour l’évolution de nos sociétés, reprennent de concert aussi tous les battus – jeunes et vieux, d’ailleurs – des dernières élections. L’indignation est évidemment à son comble dans Libération et Le Monde. Dans leurs colonnes, les plus audacieux proposent d’en finir avec ce système électoral et politique inique : « un homme, une voix » et mettre enfin au pas cette engeance malfaisante de vieillards. Cela avant de les faire basculer, le plus vite possible, dans des fours et des fosses « aux regrets éternels ». Les plus modérés proposent cependant un droit de vote à 16 ans (pourquoi pas 13 ou 14 !), quand les plus forcenés suggèrent l’interdiction de ce droit à l’âge du départ à la retraite. Les « centristes », eux, plus « humains », insistent plutôt pour une pondération des voix : bonus pour les jeunes, malus pour les vieux. Je n’invente rien ! Tout cela peut se lire sans que personne s’en offusque. Demain, l’euthanasie générale et gratuite pour les « vieux » serait discutée et mise en circulation dans certains « cercles de réflexions » avancés, que je n’en serai pas étonné pour autant. J’ironise à peine ! Ah, zut ! Le temps me presse. J’allais oublier que je dois aller chercher mon arrière-petit-fils à la crèche à 11 h 30 et ma petite fille à l’école à midi, comme je l’ai fait pour son frère et sa sœur pendant des années. Ai-je bien fait les virements sur leur compte « avenir » aussi ? À vérifier ! Ne pas oublier enfin de faire ma déclaration d’impôts cette après-midi, surtout – je suis tellement distrait ! J’en paye et ne me plains pas. Demain, ou après-demain, j’irai voir ma mère en EHPAD…
« Pauvre vieux, va ! Dis-moi pour qui tu as voté ? Hein ! Dis-moi !… »
 
 
 
 
 
 

Articles récents