Contre-Regards

par Michel SANTO

Alain Perea, député LREM de l’Aude, était l’invité de Radio Barques : Décryptage !

       

Samedi dernier, nous recevions, Jean Claude Julès et moi, sur Radio Grand Sud FM (Radio Barques), le député LREM de la deuxième circonscription de l’Aude, Alain Perea. Entretien qui a permis à nos auditeurs, s’ils avaient quelques doutes sur ses intentions politiques futures – celles concernant plus précisément les prochaines élections municipales [1] – de ne plus s’interroger à ce sujet : il désire – et le dit désormais clairement – « y jouer un rôle » – entendre le premier, évidemment.

À Narbonne, le PS déraille ! (?)

Les Facebook, Twitter, etc. étant désormais des vecteurs de flux « d’informations » massifs à la portée de milliards d’individus, pour qui s’intéresse à la vie politique, notamment, on ne peut, évidemment, y échapper – encore qu’il soit recommandé de  parfois s’en distraire. Je vais donc régulièrement sur mon « fil » d’information et, de temps à temps, lis les messages des militants, représentants et élus des partis en compétition dans ma petite ville, inscrits sur ma liste « d’amis ». Et ce qui me « frappe » depuis la cuisante défaite du Parti Socialiste est la manière dont ses troupes « communiquent » sur ces réseaux sociaux. Si je prends le seul exemple du conflit opposant le gouvernement aux syndicats de cheminots, je note de la part d’un candidat socialiste aux fonctions de maire de Narbonne, sa reprise de messages de « Sud Rail » – le plus radicalisé des syndicats – pour exprimer son opposition à la réforme en cours. Et il n’est pas seul, d’autres élus n’hésitant pas à relayer des « tracts » virtuels de La France Insoumise, sur ce sujet, comme sur d’autres. Le plus drôle, si je puis dire, est que ces mêmes élus « appartenaient » au courant Hollande-Valls sous la majorité desquels le transport ferroviaire a été ouvert à la concurrence. Une contradiction quasi existentielle dans laquelle je vois le symptôme du vide idéologique dans lequel se trouve le PS, ainsi que sa tentation de revenir à des pratiques anciennes en pariant sur le défaut de mémoire des Français. Or ce temps n’est plus ! Et courir derrière Mélenchon et ses alliés de l’extrême gauche, en singeant ou reprenant sa « com », à Narbonne et partout ailleurs, ne peut que conforter et légitimer ce dernier ; c’est aussi perdre toute crédibilité à se faire – sérieusement – entendre !

Jeudi soir, une minute de silence et une réunion du conseil municipal aussi…

     

Jeudi, à 18h30, j’étais à l’ouverture de la réunion du conseil municipal de ma bonne ville de Narbonne. Dans la salle ouverte au public, quatre personnes environ -– à l’exclusion des deux ou trois agents de la police municipale. Quand Didier Mouly, le maire, a demandé aux conseillers municipaux présents d’observer une minute de silence en hommage au colonel Arnaud Beltrame, le vide de cette grande « salle commune » m’est apparu soudain comme le symbole même d’un certain état, disons « spirituel », de notre société. Je sais que cette remarque peut surprendre certaines personnes, mais, en la circonstance, sans doute encore pris par l’émotion du sacrifice de celui qui désormais figure au rang de nos héros nationaux, c’est ainsi que « j’écoutais » ce moment solennel de silence. Moment vite suivi d’une courte déclaration de Didier Mouly, annonçant qu’il demandait à son adjointe, madame Rapinat, d’étudier sur quel « boulevard ou bâtiment public » inscrire désormais le nom d’Arnaud Beltrame. Initiative qu’impatiemment j’attendais…

Adresse au maire de Narbonne, ainsi qu’à tous les autres…

Le convoi funéraire d’Arnaud Beltrame, gendarme mort lors l’attentat de Trèbes, se rend aux Invalides, le 28 mars 2018 © agence Sipa. L’Opinion

Monsieur le Maire,

Je n’aurai pas la ridicule outrecuidance d’ajouter au beau discours du Président de la République d’autres mots que les siens quand il rendit ce matin l’hommage de la nation tout entière au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame ; un nom devenu désormais celui de « l’héroïsme français ».

Grand Narbonne : un petit coup de chaud à l’Agglo !

 

     

Coup de chaud à l’Agglo ! La raison de cette petite montée de température lors du conseil communautaire de jeudi ? Une délibération sur la création, si je puis dire, d’un crématorium. Vite retirée du vote par le Président Bascou, car il n’était tout simplement pas sûr d’avoir une  majorité pour la faire adopter.

Articles récents

Quand "l'immobilier" est en bonne santé les départements se portent mieux !

Quand "l'immobilier" est en bonne santé les départements se portent mieux !

      Les départements se partagent cette année 11,5 milliards d'euros de droits de mutation à titre onéreux (DMTO) [1] perçus en 2017. 1,7 milliard d'euros de plus que l[Lire la suite]
Alain Perea, député LREM de l'Aude, était l'invité de Radio Barques : Décryptage !

Alain Perea, député LREM de l'Aude, était l'invité de Radio Barques : Décryptage !

        Samedi dernier, nous recevions, Jean Claude Julès et moi, sur Radio Grand Sud FM (Radio Barques), le député LREM de la deuxième circonscription de l'Aude, Ala[Lire la suite]
Il y a une évolution matri… [de nos sociétés] à définir, selon Emmanuel Todd !

Il y a une évolution matri… [de nos sociétés] à définir, selon Emmanuel Todd !

        On sait l'attention portée par l’historien et anthropologue Emmanuel Todd à l’éducation, à la famille et à la religion pour comprendre les sociétés contempora[Lire la suite]
Frappes en Syrie : On a les convergences que l'on mérite !

Frappes en Syrie : On a les convergences que l'on mérite !

        Mélenchon, Besancenot, et d'autres, veulent que les luttes convergent pour faire tomber ce gouvernement, les voilà convergents avec Philippot, Boutin, Dupo[Lire la suite]
À Narbonne, le PS déraille ! (?)

À Narbonne, le PS déraille ! (?)

Les Facebook, Twitter, etc. étant désormais des vecteurs de flux « d’informations » massifs à la portée de milliards d’individus, pour qui s’intéresse à la vie politique, notamment, on ne peut, évid[Lire la suite]
Aux Bernardins, le Président de la République a-t-il "bafoué" la laïcité ?

Aux Bernardins, le Président de la République a-t-il "bafoué" la laïcité ?

          Hourvari ! Pétage de câbles, dirait plutôt mon petit-fils, sur les réseaux sociaux depuis la diffusion, hier, sur la « toile », non pas du discours [Lire la suite]