Contre-Regards

par Michel SANTO

Coeurs de ville : changer radicalement de politique !

 

Narbonne : place des Quatre Fontaines et alentour…

     

Fermeture de commerces ; nombre de logements vides, ou dégradés – alors qu’on nous répète en boucle que la France manque de 500 000 logements neufs par an – ; fuite des familles qui en ont les moyens vers la périphérie et ses maisons individuelles ; appauvrissement – les coeurs de villes moyennes sont devenus plus pauvres que leur environnement immédiat –  ; disparition de commerces de base – boucherie, boulangerie, équipement de la maison – au profit d’enseignes de tatouage, de vapotage, d’achat d’or, de ventes éphémères… – ; étalement urbain à la périphérie autour de grandes zones commerciales ; enlaidissement des entrées de villes… ,  ce portrait désolant des villes moyennes est aussi en partie celui de  Narbonne ; et si plus personne aujourd’hui ne le conteste , rien ne semble encore être vraiment entrepris pour remédier à cette situation*. Les élus locaux en parlent, certes, mais l’envisagent souvent comme un problème de commerçants, quand ils n’invoquent pas la fatalité. Alors que le phénomène est général et que les solutions sont structurelles. Il importe, en effet, et vite, de repenser globalement la ville de demain, d’en refaire un espace public de qualité en jouant sur tous ses usages : logements, transports, espaces de détente et de loisirs … avec une grande attention aux détails (espaces verts, trottoirs larges, couloirs pour les cyclistes, façades, devantures des magasins…) comme aux éléments identitaires et patrimoniaux. Cela exige évidemment un travail sur le long terme, un travail de couture constant et minutieux. De sorte que l’on peut considérer l’époque des ingénieurs et des grands aménagements – fleuris ou pas – finie, datée. Place donc aux maires « ménageurs » et aux  urbanistes-paysagers – Les prochaines municipales devraient être l’occasion d’opérer, enfin, ce changement radical de politique…

*Les élus seraient déjà bien inspirés de ne plus continuer à construire la ville en dehors de la ville, avec toujours plus de centres commerciaux, de zones d’activités, de rocades, de lotissements, notamment… ou de d’y déplacer des services publics…

   

La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les « Socios » et les « autres »…

   

     

« Sucette », le gourou des Socios du RCNM, a beau s’en « beurrer les noisettes », sortir la lame et pointer son équipe en lui retirant son aide financière, témoigne d’un curieux sens de la solidarité envers les dirigeants, les joueurs et les supporteurs d’un club vivant les affres d’une descente historique en Fédérale 1. Et ce, quatre jours seulement avant un déplacement difficile à Valence. Comme le dit la chanson : « ce n’est pas bon pour le moral ». Résultat : 49 points ! Une débandade que Jean Anturville, entraîneur de Narbonne, qualifie de « branlée ». Depuis les cloches sonnent dans les petites chapelles qui entourent le RCNM ; et chacune y va de son credo, on n’y pardonne rien : surtout pas les offenses, réelles ou supposées … Je ne dis évidemment pas que cette décision du patron des « Socios » explique cette lourde défaite. Mais comme ne pas comprendre qu’elle sème le trouble, instille le poison de la discorde. Au service de quoi et de qui ? Elle me rappelle d’ailleurs ce moment tragique dans l’histoire du Club où les « Narbonnais » (les grands sponsors aux moyens cependant faibles) sont sortis financièrement de la Société alors dirigée par les « Australiens » pour en prendre les rênes. On en connaît, et subit, le résultat depuis : pour une reprise gagnante, comme dirait l’autre, on espérait mieux que cette chute verticale, en effet. Mais comment pouvait-il en être autrement dans ce microcosme où chacun se croit investi d’une mission salvatrice, et passe le plus clair de son temps à « tuer » le malade.  Le RCNM aujourd’hui, va mal ! Il  se sait, comme tout organisme vivant, mortel. Personne n’en attend des miracles. Mais ne peut-on espérer de ses « partenaires » un peu de bienveillance ; de laisser aux vestiaires leurs petites vanités et stratégies de pouvoir ; et lui permettre de travailler et jouer enfin avec le sentiment d’avoir tout le « petit monde du rugby » derrière lui. Sans cela, en effet, à quoi bon survivre ?

 

Une prison à Perpignan, mais pas à Narbonne, ni à Lézignan…

 

Illustration / © France 3 LR

     

Fin de l’enfumage médiatico-politique sur l’édification d’une prison dans le Narbonnais d’abord, puis le Lézignanais ensuite. L’État vient de s’engager en effet, par la voix de la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, mardi 9 octobre, pour la construction d’un deuxième établissement pénitentiaire, mais  à… Perpignan.

Articles récents

Carnet du jour : notes en vrac…

Carnet du jour : notes en vrac…

  Ai reçu, hier, d'un ami progressiste, athée… et sanguin, un petit mot m'annonçant sa présence, à Noël et en famille, à Dieulefit, dans la Drôme. Ai vu à la messe du 20 heures, un jeune "Gilet Ja[Lire la suite]
No thumbnail available

"GiletsJaunes" : la confluence des générations…

Confluence Rhône (gauche) - Arve(droite), à Genève. Je donne ici l'analyse  de Jean-Paul Betbeze. Originale et loin du bavardage "d'universitaires-experts", par bien des aspects elle recoup[Lire la suite]
Enfin ! le sursaut républicain de 36 élus du Narbonnais…

Enfin ! le sursaut républicain de 36 élus du Narbonnais…

Le 9 Décembre, j'écrivais ceci sur ma page Facebook : "Dans ma petite ville de Narbonne, samedi dernier, des flammes devant l'entrée de la sous-préfecture – située elle-même face au commissariat d[Lire la suite]
LREM et les "Gilets Jaunes" : des "jumeaux" paradoxaux !

LREM et les "Gilets Jaunes" : des "jumeaux" paradoxaux !

Quelques remarques, en vrac, pour m’aider à comprendre quel sens à donner à ce mouvement dit des « Gilets Jaunes » ("GJ") 1) De la taxe carbone à la démission de Macron, ce mouvement de révolte, b[Lire la suite]
Donner aux citoyens le pouvoir d'évaluer la dépense publique de la Commune à l'État !

Donner aux citoyens le pouvoir d'évaluer la dépense publique de la Commune à l'État !

Comme dans toute crise sociale et politique de grande ampleur, les éléments d'une sortie positive, au sens d'un ajustement profitable à tous des rapports entre les citoyens et leurs représentants,[Lire la suite]
Gilets Jaunes : l'Aude en marche vers des solutions d'apaisements...

Gilets Jaunes : l'Aude en marche vers des solutions d'apaisements...

Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus. Tous les croquis et caricatures de Denis sont disponibles en cliquant sur Denis Carrière, en rouge, en haut et à gauche. [Lire la suite]