Contre-Regards

par Michel SANTO

L’histoire est tragique, nous l’avions oubliée…

Masques de théâtre tragique et comique.
 

En vrac !

Tragique. L’histoire est tragique, nous l’avions oubliée. La grande, comme la petite. Ou plutôt, nous ne voulions pas l’admettre. La vie n’est pas sans épreuves, souffrances, douleurs. Personne, pas une société, n’y échappe. Prendre la vie à la légère, certes ! Sourire, aimer, relativiser ses blessures, mais sans jamais nier sa dimension tragique. L’épreuve collective que nous vivons, les drames personnels subit par de nombreuses familles, l’engagement de ceux qui sont sur les divers “fronts”, tous les jours nous le rappellent. Aucun “opium”ne devrait nous le faire oublier…

Pudeur. Cacher ses sentiments et ses larmes. S’épargner les fausses pitiés. Fuir les indignations pleurnichardes de Tartuffes déguisés en Saint-Just. Ces êtres aux mains molles et aux lèvres humides qui dénoncent avec arrogance l’immoralité… des autres. Pas de confidences racoleuses, d’exhibitions geignardes. Rideau !

Humour. Regarder le monde le sourire aux lèvres, avec l’ironie amusée de ceux qui ne sont dupes de personne –  ni d’eux-même, surtout. D’aucune posture, d’aucune idéologie… , aussi.

Distinction. C’est-à-dire choisir ses modèles et ses amis. Choisir ce qui nourrit l’esprit,  éliminer ce qui l’agresse – et l’engraisse.

Lenteur. Tout va trop vite : infos, émotions, images, idées. Tout glisse !  C’est à pied que l’on prend la mesure réelle du monde, c’est à pas lent qu’une pensée s’élabore, s’épanouit.

La Veuve Couderc ! Un film pour sortir de tous nos confinements…

         

Hier soir, j’ai regardé, devant ma télé, Delon et Signoret dans la Veuve Couderc. L’histoire se déroule dans un hameau rural d’une France des années 30 que traverse un canal. Jean, un vagabond, trouve refuge dans la ferme de la veuve Couderc, dite “Tati”. Un pont-levis écluse, unit, et sépare à la fois, cette maison des autres et rares habitations de ce lieu perdu au milieu des forêts et des champs.

Sur le cours Mirabeau, en revenant des Halles, j’ai croisé quelques ombres ; des masques aussi…

 

     

Il est 10h 45 ! Lavé, rasé, habillé et chaussé, je déplis mon attestation de déplacement dérogatoire, coche la deuxième case, la date, la signe ; prends la porte et descends l’escalier pour aller faire mes « achats de première nécessité ». Aux Halles, là tout près. La rue en bas est déserte, et le ciel très bleu. Un vent marin, un brin frisquet, pousse une canette de bière.

Des amis, du confinement et de la distanciation sociale selon Schopenhauer…

 

Ce matin, j’ai lu une heure ou deux, Schopenhauer. Ces « Aphorismes sur la sagesse » précisément ! Comme chez tous les grands sceptiques, l’ironie perce sous ses « considérations » morales. Et avec lui, on est gâté ! « Le monde ne devrait pas exister ». Boum ! Rien ne lui échappe. Il ponce, râpe à fleur de sentiments et de mots. Paradoxalement, ça me donne de l’énergie ; il m’aide à supporter les malaises, inquiétudes et hypocrisies sociales, qui font l’ordinaire de nos vies. Surtout en ce moment. Pour tout dire, je le trouve très réjouissant.

La nation française est assurément la moins faite pour recevoir des idées nouvelles […]

9781275699908.jpg  

Ce matin encore, deux heures passées en compagnie de Benjamin Constant à lire son journal intime – intime car il n’était pas destiné à la publication. Et à chacune de ses notations, observations et réflexions, où éclate son septicisme railleur, le même éblouissement.