Contre-Regards

par Michel SANTO

Bonne et heureuse année 2018 !

       

Un peu plus de dix ans déjà que ce blog existe. Sans votre fidélité, je n’aurai pas l’occasion de vous souhaiter encore une fois une bonne et heureuse année. Pour vous et vos proches, je l’espère ouverte aux joies de l’amitié et de la famille comme aux petits et grands plaisirs de la vie. Que 2018 vous apporte enfin du bonheur en illimité et de l’amour à l’infini… À très bientôt !

Adelyne, ma boulangère, mon amie, à l’heure où blanchit la campagne, partira…

 

   

Dimanche, 24 décembre, à 15 : 09, dans ma boîte de réception, je reçois ce message : « Demain dès l’aube, à l’heure ou blanchit la campagne, je partirai… C’était ce matin du 24 décembre, éreintée par la maladie qui me ronge, j’ai décidé de vous dire au revoir. Je vous embrasse tous très fort. Adelyne ».

Salut les copains !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : « Salut les copains ! »

 
     
 

Vous pouvez agrandir l’image en cliquant dessus. Tous les croquis et caricatures de Denis sont disponibles en cliquant sur Denis Carrière, en rouge, en haut et à gauche.

 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés ci-dessous !

Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du rebelle »…

     

Propos recueillis dans « Le Figaro » du jeudi 7 décembre par Vincent Trémolet De Villers. Extraits :

La mort de Johnny Hallyday a déclenché une très forte émotion collective. Comment expliquer une telle popularité ? Est-il devenu une mythologie nationale ?

Jean-Pierre LE GOFF. – Oui, sans nul doute, et il y a plusieurs raisons à cela. Cette mythologie combine une forte nostalgie pour les années de sa folle jeunesse pour une partie de la population mais aussi pour la France d’avant la crise, celle des années 1960 et de la dynamique des Trente Glorieuses, à laquelle s’ajoute l’image du rockeur, perpétuel rebelle, qui est devenu l’un des traits marquants de la culture des sociétés démocratiques. Johnny Hallyday est l’incarnation nationale d’une culture rock qui transcende les âges et les catégories sociales. En ce sens, on pourrait dire qu’il est un facteur d’unité nationale, que l’on apprécie ou non ses interprétations. Il n’en a pas toujours été ainsi. Quand Johnny Hallyday est apparu sur scène à la fin des années 1950 et au début des années 1960, il a suscité critiques et indignation d’une partie de la population, des journalistes et des intellectuels…

Articles récents

L'indépendant était avec la Région en direct de las Vegas !

L'indépendant était avec la Région en direct de las Vegas !

    Samedi 13 janvier, page 19 de l'Indépendant : "Interview de la Vice-Présidente de la Région Occitanie, chargée de l’économie", madame Nadia Pellefigue (article complet en cliquant[Lire la suite]
Narbonne la romaine ! Silence, on creuse !

Narbonne la romaine ! Silence, on creuse !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière :       Voir le billet consacré à ce sujet en cliquant sur (ici)   Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus.[Lire la suite]
« Territoires d’innovation de grande ambition (TIGA) » : Littoral +, de la Région Occitanie, dans la liste des 24 lauréats

« Territoires d’innovation de grande ambition (TIGA) » : Littoral +, de la Région Occitanie, dans la

  Le Premier ministre a annoncé le 04/01/2018 la liste des 24 lauréats de l’appel à manifestation d’intérêts de l’action « Territoires d’innovation de grande ambition (TIGA) » du Programme d[Lire la suite]