Contre-Regards

par Michel SANTO

Les mantecaos au goût plein et riche de ma tante Dolorès ne se font oublier…

 

Narbonne. 32, rue Rabelais.

 

C’est dans ces jours du mois de décembre que le souvenir de ma tante Dolorès s’insinue dans le vague de mes pensées et finit par imposer sa lumineuse présence. Je la revois préparer et confectionner ses mantecaos dans cette pièce étroite au plancher branlant qui servait de cuisine et de salle à tout faire : manger, laver les corps et le linge ; de chambre aussi à l’occasion quand s’installait chez elle un cousin venu du village de mon grand-père, Cox.

Scène de la vie narbonnaise : J’ai rencontré le videur de la boîte à livres du jardin de la Révolution…

   

Lundi dernier, je me suis arrêté comme je le fais habituellement lors de mes longues promenades urbaines, devant la boîte à livres du Jardin de la Révolution. Une bonne âme l’avait heureusement débarrassée des nombreuses brochures et des traités de droit qu’y déposent régulièrement les membres de diverses sectes évangélistes et, sans doute, un clerc de notaire zélé à présent bourgeoisement installé, pour la garnir, dans sa totalité, d’ouvrages de différents formats, en bons états, et, de plus, correctement rangés.

Narbonne. Municipales2020 ! À cette adresse : “Narbonne En Commun”, le Père Fouettard a déjà frappé….

         

J’avais annoncé dans un de mes premiers billets que la plate-forme “En Commun” (PS, PCF, EELV…) ne pouvait rester en l’état ; que les contradictions politiques et idéologiques profondes entre ses trois principales composantes ne pouvaient être résolues positivement dans un cadre programmatique municipal ; que les Verts arrivés en tête des dernières élections, en s’enfermant dans une alliance “vieille gauche” coiffée par un PS qui ne  peut plus imposer son hégémonie intellectuelle et politique au reste de la gauche, risquaient de perdre tout leur “capital” politique et de ne plus jouer qu’un rôle de figurant lors des prochaines régionales — ces dernières repésentent un enjeu décisif : la première grande bataille électorale, avant celle des sénatoriales et de la présidentielle… Bref, les Verts ne sont plus “En Commun”. C’est fait, c’est dit par leur référente : madame Viviane Thivent. La question à présent posée est : où iront-ils ? à Narbonne XXI, conduite par David Granel et soutenue par la REM ? Je ne le pense pas : l’ancienne EELV Sabine Flautre est déjà dans l’équipe de campagne de Granel et figurera certainement en deuxième position sur sa liste. Chez madame Granier-Calvet ? probablement !  Bien que cette dernière se refuse jusqu’à ce jour à toute compromission partisane. Soutien sans participation alors ! À suivre ! Autre annonce du jour : le message de Noël que m’a adressé ce matin (1h40 !) madame Delvallez, la chef de file des Hamonistes locaux : “Notre liste municipale s’appelle Narbonne, Impulsion Citoyenne.” Logique, et expliqué ici aussi en son temps : il manquait en effet une offre à la gauche de la gauche dans cette campagne des municipales (Gilets jaunes, LFI etc.). Cette offre aura-t-elle les moyens d’aller jusqu’au bout ? Suspense ! Le noyau porteur est, lui,  en tous cas, très déterminé, même sans l’onction officielle de leur mouvement national. Aujourd’hui est un très mauvais jour pour monsieur Sainte Cluque, le PS et ses alliés de la plate-forme “En Commun”… Le père Noël ne passera pas à cette adresse !

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

     

C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à même la chaussée étaient trop bruyantes pour que je passe mon chemin sans que j’en puisse connaître les raisons. L’agitation joyeuse des deux enfants en particulier étaient à son comble, tandis que leurs parents, silencieux, émus, les couvraient affectueusement de tendres et doux sourires.

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j’ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

 

   

Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandises, le même fond “musical” de centre commercial. Les mêmes gens !  Il est installé sur les Barques. Depuis hier, il y a foule. Elle monte et descend ; descend et monte, redescend, remonte… Le vin  chaud est imbuvable et le café infect ; les gâteaux gras et le reste aussi… Des “fééries” pourtant placées sous le signe de la gourmandise.

Articles récents

Quelques notes prises au fil des jours (du 21 au 27 février 2020)…

Quelques notes prises au fil des jours (du 21 au 27 février 2020)…

    Le 27 de ce mois. Il écrit sur sa page Facebook : "départ pour les Seychelles", et reçoit des brouettées de "J'aime". Sitôt arrivé, il nous montre ses photos, qui suscitent une flopé[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales 2020 : Quelques remarques sur la polémique entre Bertrand Malquier et Nicolas Sainte Cluque

Narbonne ! Municipales 2020 : Quelques remarques sur la polémique entre Bertrand Malquier et Nicolas

  Narbonne. Hôtel de ville.  Bertrand Malquier accuse Nicolas Sainte Cluque de plagiat, le second prétendant le contraire. Le sujet de la polémique étant « l’aménagement des berges de la Ro[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

  Narbonne. Hôtel de ville.  Nous n’aurons jamais vu autant de « transferts » politiques croisés que dans cette dernière « campagne » des municipales. Impossible ici d’en dresser la liste c[Lire la suite]
Quelques notes prises  au fil des jours…

Quelques notes prises au fil des jours…

    Ai noté ceci : Le 4 février : Toujours du grand Jules Renard, dans son journal : «Il y a des gens qui, toute leur vie, se contentent de dire : « Évidemment ! Parfaitement ! C'est ho[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio