Contre-Regards

par Michel SANTO

La capacité de nuisance de l’individu fait des progrès considérables.

   

La capacité de nuisance de l’individu fait des progrès considérables. Sur le banc voisin du mien, hier, sur la promenade des Barques, une dame, son téléphone portable collé à l’oreille et son caniche jappant à ses pieds, m’imposait son interminable et sénile conversation.

J’ai reçu, ce matin, une lettre de Carole Delga !

   

ll fut un temps, pas si lointain quand j’y pense, où les facteurs effectuaient la plus grande part de leur carrière dans le même quartier. Ils étaient de ce fait les mieux informés du voisinage. Certains devenaient des amis, parfois des amants… C’était aussi un temps où nous recevions quantités de lettres, y compris d’anonymes.

« Chez Michèle » n’est plus ; ne sont plus aussi un peu de Cox et de notre histoire commune…

       

C’est fini ! « Chez Michèle », n’est plus. Michèle Sanchez et Jean Louis Santacruz ont cédé leur kiosque. Il était temps pour eux de « prendre leur retraite ». Je le savais depuis quelques jours et n’en pensais ni ne disais rien. Un peu nostalgique toutefois.Et puis hier après midi, j’ai vu les serveurs de la « Rotonde », le café situé de l’autre côté du boulevard, prendre possession du lieu. Ils allaient et venaient, agités, tout de noir vêtu. On aurait dit les employés d’une société de pompes funèbres pressés d’en finir avec l’histoire commerciale d’une famille, et, avec elle, d’un emblème cher à la mienne et à d’autres, nombreuses, aussi.

Articles récents