« Chez Michèle » n’est plus ; ne sont plus aussi un peu de Cox et de notre histoire commune…

       

C’est fini ! « Chez Michèle », n’est plus. Michèle Sanchez et Jean Louis Santacruz ont cédé leur kiosque. Il était temps pour eux de « prendre leur retraite ». Je le savais depuis quelques jours et n’en pensais ni ne disais rien. Un peu nostalgique toutefois.Et puis hier après midi, j’ai vu les serveurs de la « Rotonde », le café situé de l’autre côté du boulevard, prendre possession du lieu. Ils allaient et venaient, agités, tout de noir vêtu. On aurait dit les employés d’une société de pompes funèbres pressés d’en finir avec l’histoire commerciale d’une famille, et, avec elle, d’un emblème cher à la mienne et à d’autres, nombreuses, aussi.

En langage « sympa », syntaxe et vocabulaire n’ont pas de sens…

 
 
 
 
État de la langue : syntaxe et vocabulaire. Relevé dans l’édition dominicale du « Midi Libre », ceci, au hasard, parmi tant et tant d’autres perles :
 
Alain Robert, l’homme araignée : « Ma carrière est fondée sur la capacité de dealer avec ma peur. » ; « je grimpe sans corde, donc la mort, c’est mon paysage » ; « en matière de vêtements, notre espace de liberté diminue tous les jours »
Luis Fernandez, consultant sportif : « Quand je vois l’évolution de ce club, qui vit depuis 47 ans, je ressens un certain ADN »
Lionel Jospin, qu’il est inutile de présenter, dans un « Spécial Mitterand » : « Pour moi toute action au pouvoir est un ensemble »…
 
Dans une société où tout le monde est bachelier, ou peu s’en faut, c’est à dire où tout bachelier ne peut pas écrire une page sans faire une dizaine de fautes d’orthographe et cinq ou six fautes de syntaxe, qu’un quotidien en truffe ses pages, après tout, n’a rien (hélas !) de surprenant…
 
Illustration  Gabriela Manzoni dont les « comics retournés » (éditions Séguier) sont des » bijoux » d’humour noir. Tous les jours, sur sa page Facebook , elle en expose des échantillons assortis ou pas de commentaires tout aussi acides. Un plaisir de lecture quotidien (ils sont si rares sur ce réseau social, notamment)

La navrante leçon d’histoire-géographie de Maïa !

       

La charmante Maïa, 10 ans, que je vois souvent à l’occasion de repas familiaux, a reçu, lors de son dernier contrôle de géographie, dans sa classe de CM2, un enseignement moral de sa jeune maîtresse où l’ignorance, la bêtise et la vanité lui ont été présentés sous les traits d’une incontestable et désolante autorité pédagogique.

Articles récents