Contre-Regards

par Michel SANTO

Une certaine idée de l’Homme est en train de mourir…

     

Par la science et la technique, l’homme s’est donné les moyens  de dominer, exploiter, transformer la Nature. Désormais considéré lui même comme Nature, matière à dominer, exploiter, transformer, l’homme moderne  vit le rêve de s’affranchir des limites de son corps, de son sexe, de la génération sexuée.

Une tyrannie “bienveillante et éclairée” pour sauver la planète ?!

   

S’il fallait prouver que les plus conséquents des écologistes souhaitent imposer une « tyrannie bienveillante et éclairée » (selon l’expression de Hans Jonas), l’entretien accordé par la chercheuse Mathilde Szuda au journal libération, publié le mardi 30 juillet 2019, en serait la parfaite démonstration. Premier argument développé par cette chercheuse, celui du nécessaire rationnement individuel et collectif, afin que chacun puisse avoir la même quantité d’un produit ou d’un service vital, nécessaire.

Œnotourisme, la course mondiale à l’innovation

L’agence de voyage alsacienne LK Tours propose aux touristes de visiter les vignobles à bord d’un bus cabriolet. LK Tours

Coralie Haller, Université de Strasbourg

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Des vignobles vallonnés à perte de vue. Des propriétés de charme. Des caves fraîches où l’on déguste des nectars… le tourisme œnologique ne date pas d’hier. Nombreux sont les connaisseurs qui visitent régulièrement les caves afin de dénicher à bon prix les bouteilles qui, le temps venu, orneront leurs tables. Mais cet œnotourisme traditionnel est aujourd’hui en pleine révolution. Objectif : conquérir de nouveaux publics, plus jeunes, plus internationaux, susceptibles d’apporter aux régions viticoles des compléments de revenu particulièrement précieux dans un temps où la consommation de vin a tendance à stagner et où la concurrence s’exacerbe.

La défiance sociétale et démocratique des “jeunes” s’aggrave…

 

PHO0db77cd0-87b6-11e5-87a3-b1e86a6a0e98-660x455.jpg

   

L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, directeur de recherche au CNRS — en livre quelques résultats dans la revue Telos concernant plus particulièrement les « jeunes ».

D’emblée, l’auteur dément l’idée reçue selon laquelle chaque génération nouvelle serait porteuse d’une identité particulière radicalement différente de celles de leurs devancières. Une idée qui a sans doute une part de vérité s’agissant des modes culturelles, mais pas pour les valeurs qui sont des orientations beaucoup plus stables. Seconde illusion, sur le plan des valeurs, les jeunes seraient radicalement différents des adultes. Sur certains points, oui, mais pas de façon radicale.

Quels sont donc les traits saillants de cette édition 2018.

Tout d’abord, ce qui frappe et étonne, c’est que les jeunes se déclarent massivement plutôt satisfaits de la vie qu’ils mènent. Ceux qui se déclarent insatisfaits (en se plaçant en deçà de 5 sur une échelle de 1 à 10) ne représentent que 7% des 18-24 ans. « En réalité la jeunesse est de plus en plus polarisée entre les sortants sans diplôme dont la situation se dégrade d’année en année mais qui ne forment qu’une petite minorité de la jeunesse (13% des sortants avec le brevet des collèges au mieux selon le ministère sur les années 2013-2014-2015) et ceux qui parviennent à acquérir une qualification même d’un niveau modeste. »

Un relatif optimisme individuel de la majorité des jeunes qui se combine à une forte défiance à l’égard de la société et de ses institutions — comme pour les adultes ! Par exemple, seuls 30% des jeunes disent avoir confiance dans le Parlement (ils étaient 46% dans ce cas en 1981). Défiance qui s’exerce aussi à l’égard des individus : seuls 27% des jeunes (comme des adultes) disent « qu’on peut faire confiance à la plupart des gens », 72% déclarant « qu’on n’est jamais assez prudent quand on a affaire aux autres ». Un sentiment d’intégration sociale de longue date nettement plus faible que dans les pays de culture protestante, mais qui s’aggrave d’année en année.

Toutes les institutions ne sont pas néanmoins rejetées par les jeunes. En effet, parmi les institutions qui recueillent au moins 70% de confiance (une grande ou une certaine confiance), on trouve l’armée et la police ! Un résultat qui montre bien que l’image médiatico-politique de la jeunesse est complètement faussée.

À cette demande d’autorité s’ajoute une demande de protection. En effet, les autres institutions plébiscitées par les jeunes étant le système de santé, le système de sécurité sociale, le système éducatif. Une demande d’État qui ne signifie pas pour autant un rejet de l’économie de marché —l’idée de « concurrence » est plus acceptée que refusée…

Après les élections européennes, il est apparu que les jeunes politiquement mobilisés avaient indéniablement été attirés par le vote écologiste. Là encore, il convient d’être prudent, pour la simple et bonne raison que les jeunes politiquement mobilisés sont très peu nombreux.

De manière générale, sur le plan politique, les attitudes des jeunes suscitent de l’inquiétude. Seuls 43% des jeunes de 18-24 ans considèrent comme « absolument important » de vivre en démocratie. Et une forte minorité exprime un attrait certain pour les solutions politiques autoritaires. 8% des jeunes de 18-24 ans disaient en 1999 que « ce serait une bonne chose que l’armée dirige le pays », ils sont 20% à adhérer à cette idée en 2018 ; et 24% considèrent que ce serait une bonne chose (très bonne ou assez bonne) que « d’avoir à la tête du pays un homme fort qui n’a pas à se préoccuper du Parlement ni des élections ».

À l’évidence, les résultats de cette enquête mettent en évidence que la défiance sociétale chez de nombreux jeunes commence à atteindre le cœur même des valeurs démocratiques et républicaines. Il serait irresponsable de ne pas en prendre acte. Le temps presse pour tenter de l’enrayer…

*L’enquête est réalisée tous les neuf ans depuis 1981 (1990, 1999, 2008, 2018).

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

  74573225-9737-4312-ad86-2df24a0373cd.jpg

Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési).

Articles récents

Scènes de la vie narbonnaise :  et d'un certain état d'esprit bien français !

Scènes de la vie narbonnaise : et d'un certain état d'esprit bien français !

      Devant chez moi, un gros chantier de rénovation urbaine : réfection et embellissement des trottoirs, chaussées et places du quartier délimité par précisément la place des Q[Lire la suite]
Ces sinistres processions qui nous rappellent tant d'autres époques…

Ces sinistres processions qui nous rappellent tant d'autres époques…

        Des hommes et des femmes qui défilent sur une avenue, dans la nuit, flambeaux tendus vers le ciel. Au premier plan, certains portent des gilets marqués du sigle d[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Et si Bertrand Malquier n’était plus candidat à la présidence du Grand Narbonne ?

Narbonne ! Municipales2020 : Et si Bertrand Malquier n’était plus candidat à la présidence du Grand

    Et si Bertrand Malquier n’était plus candidat à la présidence du Grand Narbonne ? La question est rhétorique, évidemment, et la phrase faussement interrogative. Bertrand Malquier n’est [Lire la suite]
La démocratie peut-elle survivre à la haine?

La démocratie peut-elle survivre à la haine?

            Extraits de l'analyse de Dominique SCHNAPPER, publiée dans la revue en ligne TELOS. L'intégralité de texte est (ici) «Dans la démocratie,[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Que nous disent Aliot et Daraud ?

Narbonne ! Municipales2020 : Que nous disent Aliot et Daraud ?

  L'Indépendant. Cliquer sur l'image pour accéder au site du journal.    Le député du Rassemblement national, Louis Aliot, qui brigue la mairie de Perpignan, était avant-hier dans [Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Et de huit… Au fou !

Narbonne ! Municipales2020 : Et de huit… Au fou !

      Et de huit ! Qui ? Un nommé Perello ! Son programme : « le plus plus gros » de tous les temps. Avec, en tête de gondole, une faculté de médecine ; la création de 10 000[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio