La formation et l’emploi

Après la rentrée des élèves, c’est, à présent, celle du Président de la Région . C’était au lycée Clemenceau. Et il y aurait prononcé cette phrase (L’indépendant du 5 septembre) : « Au lieu de former des psychologues et des archéologues en masse…on ferait mieux d’orienter les jeunes vers…ou d’autres professions du tourisme où ils gagneront bien leur vie. »

Je ne suis pas certain que l’on gagne vraiment bien sa vie dans l’exercice de métier comme maître d’hôtel, cuisinier ou serveur dans les entreprises de notre région. A l’exception peut-être de certains établissements. Mais, ce dont je suis sur, c’est que les cohortes de sociologues, d’historiens, de géographes… fabriquées par nos universités régionales, et d’ailleurs sont, elles, condamnées à pointer à l’ANPE. Le temps est définitivement révolu, en effet, ou la possession d’une licence de philo permettait l’accès quasi assuré à un emploi de cadre. Aujourd’hui, sans finalisation professionnelle, l’enseignement supérieur ne peut produire que des chômeurs ou des frustrés. Sur ce point, nous sommes d’accord. Cela dit, peut-on et doit-on réorienter l’ensemble de notre système éducatif régional afin de l’adapter à la seule dynamique de l’emploi dans notre région. Je ne le pense pas. A ce compte, il ne faudrait former que pour les métiers du commerce, du bâtiment et du secteur social dont les niveaux de qualifications et de rémunération sont aujourd’hui,hélas, plutôt faibles.

Disons les choses encore plus nettement: le Languedoc-Roussillon ne produira jamais d’emplois suffisants, en nombre et en qualité, pour satisfaire la demande de tous ses lycéens et étudiants. Sauf à imposer à des licenciés en psycho, produits en abondance, ou a des personnes sans qualification, des emplois de maçons et de manœuvres, par exemple, qui ne trouvent pas preneurs. Ce qui éthiquement est inconcevable…

La recherche d’une parfaite adéquation entre formation et emploi relève donc du voeux pieux. Mais, par contre, et à la condition de réaliser un gros effort d’orientation et de professionnalisation ( c’est l’enjeux des vingt prochaines années) notre région pourrait donner à ses enfants le viatique nécessaire pour entrer avec le maximum d’atouts dans la vie professionnelle. Ici, ou ailleurs. En France et en Europe… Et l’Etat, comme la Région et les entreprises ont chacun leur part de responsabilités dans la réussite de ce chantier.

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles récents

  • Un dimanche pas comme les autres…
    Di.26.6.2022 Quand je suis entré dans sa chambre, je l’ai trouvée assise sur son fauteuil lisant un de ces ouvrages à la reliure cartonnée d’une collection destinée aux enfants : « Le petit lion […]
    2 commentaires
  • Les Français au divan !…
          Ve.24.6.2022 Dans mon département, l’Aude, ses habitants se sont réveillés un lundi matin avec trois députés RN. Et depuis, comme partout ailleurs dans ce pays, sonne un même […]
    2 commentaires
  • Le jour du solstice d’été fut sans lumière…
        Entre le grau des Ayguades et la plage des Chalets, la mer grondait, l’air était poisseux et les nuages bas, noirs, bouchaient l’horizon et couvraient la Clape. Tout était gris. L’écume […]
    2 commentaires
  • Deux, trois remarques sur les législatives 2022 dans l’Aude, et ailleurs…
      Lu.20.6.2022 Dans mon département : l’Aude, sur les trois députés sortant LREM, seul celui de la deuxième circonscription (celle où je vote) Alain Perea, était en lice au second tour face à un […]
    4 commentaires
  • Des chats et des hommes !…
        Sa. 6..6.2022 Quand j’ai été interpellé par cette dame d’un âge moyen fraîchement permanentée et bourgeoisement mise dans ce hall d’entrée d’un magasin alimentaire, j’ai tout d’abord […]
    2 commentaires