Contre-Regards

par Michel SANTO

Un crime symbolique.

Château de Peyrepertuse. C’était un après midi d’un mois d’août particulièrement venteux. La plage de Gruissan était presque déserte. À l’exception de deux couples qui s’occupaient à construire un château de sable. L’ouvrage achevé, une gamine se mit à sauter par-dessus tours, tourelles et murailles en criant « j’ai mon château cathare, j’ai mon…, j’ai mon… ». Cette scène édifiante me semble parfaitement résumer l’abêtissement généralisé dans lequel peut nous faire tomber la manipulation de l’histoire par quelques boutes- feux de la communication touristico-politique. Comme cette petite fille et ses parents, chaque été, des milliers de touristes sont persuadés en effet d’effectuer dans les ruines des châteaux de Lastours, Quéribus et Peyrepertuse … un pèlerinage aux sources du catharisme. La vérité voudrait pourtant qu’on rende à ces pierres leur identité de forteresses royales édifiées sur la frontière aragonaise par les architectes de Philippe le Hardi et Philippe le Bel. Elle serait honorée aussi si on situait l’épicentre de cette hérésie entre Toulouse, Albi et Carcassonne plutôt qu’en Corbières, Minervois et Pyrénées. Elle pardonnerait enfin si on précisait que les cathares ne mangeaient ni viandes, ni œufs… et si on mettait fin à une  distribution de label «  cathare » à tout animal du genre cochons, veaux …. Au train où va l’histoire dans nos contrées incultes, j’en doute. Bientôt viendra le temps, hélas, où même les vendeurs de fagots demanderont la marque « Cathare ». Après l’Inquisition, la Communication aura ainsi achevé le travail d’élimination du catharisme en terre d’Aude…Triste !

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Jean-Louis Gasc

    |

    Bien vu… Et le pire n est peut être pas dans l apparence mais dans ce qui fut mis en œuvre pour prétexter l histoire et faire du bizness avec l argent…public.
    Bien amicalement…
    JlG

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oubli !

Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oub

    Denis Carrière : café de la Paix. Capestang (34)    M. est un ami. Il me dit ne pas pouvoir rester assis à la terrasse d’un bistrot plus de 15 minutes ; et s’étonne toujours[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :