Contre-Regards

par Michel SANTO

La formation et l’emploi

Après la rentrée des élèves, c’est, à présent, celle du Président de la Région . C’était au lycée Clemenceau. Et il y aurait prononcé cette phrase (L’indépendant du 5 septembre) : « Au lieu de former des psychologues et des archéologues en masse…on ferait mieux d’orienter les jeunes vers…ou d’autres professions du tourisme où ils gagneront bien leur vie. »

Je ne suis pas certain que l’on gagne vraiment bien sa vie dans l’exercice de métier comme maître d’hôtel, cuisinier ou serveur dans les entreprises de notre région. A l’exception peut-être de certains établissements. Mais, ce dont je suis sur, c’est que les cohortes de sociologues, d’historiens, de géographes… fabriquées par nos universités régionales, et d’ailleurs sont, elles, condamnées à pointer à l’ANPE. Le temps est définitivement révolu, en effet, ou la possession d’une licence de philo permettait l’accès quasi assuré à un emploi de cadre. Aujourd’hui, sans finalisation professionnelle, l’enseignement supérieur ne peut produire que des chômeurs ou des frustrés. Sur ce point, nous sommes d’accord. Cela dit, peut-on et doit-on réorienter l’ensemble de notre système éducatif régional afin de l’adapter à la seule dynamique de l’emploi dans notre région. Je ne le pense pas. A ce compte, il ne faudrait former que pour les métiers du commerce, du bâtiment et du secteur social dont les niveaux de qualifications et de rémunération sont aujourd’hui,hélas, plutôt faibles.

Disons les choses encore plus nettement: le Languedoc-Roussillon ne produira jamais d’emplois suffisants, en nombre et en qualité, pour satisfaire la demande de tous ses lycéens et étudiants. Sauf à imposer à des licenciés en psycho, produits en abondance, ou a des personnes sans qualification, des emplois de maçons et de manœuvres, par exemple, qui ne trouvent pas preneurs. Ce qui éthiquement est inconcevable…

La recherche d’une parfaite adéquation entre formation et emploi relève donc du voeux pieux. Mais, par contre, et à la condition de réaliser un gros effort d’orientation et de professionnalisation ( c’est l’enjeux des vingt prochaines années) notre région pourrait donner à ses enfants le viatique nécessaire pour entrer avec le maximum d’atouts dans la vie professionnelle. Ici, ou ailleurs. En France et en Europe… Et l’Etat, comme la Région et les entreprises ont chacun leur part de responsabilités dans la réussite de ce chantier.

 

 

 

 

 

 

 

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraite » s’est faite sans[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio