Contre-Regards

par Michel SANTO

Dans quelques heures, le vent va se lever.

 

Image : @LaCroix

 
 
 
7h30. Il fait encore nuit. Des entrées maritimes, basses, lourdes, menaçantes, rasent les toits, couvrent les arbres. Tout est gris. Les rues sont désertes. Pas un bruit. Une dame en noir apparaît. Elle est masquée ; s’aide d’une cane. Un coup de vent lui fait perdre l’équilibre. Elle s’arrête, se redresse, teste ses appuis et repart. Pour disparaître derrière le mur sale d’un immeuble voisin. Dans un ciel à portée de main, on devine aussi le vol lent des goélands. Dans quelques heures, le vent va se lever. Puissant. Violent. Éclateront alors ces masses sombres. Destructrices. Sur la côte et dans l’arrière pays, des hommes s’y préparent. Dans l’angoisse.

Les Verts d’Occitanie en autonome pour le premier tour des élections régionales.

     

L’ancien candidat à la mairie de Toulouse Antoine Maurice a été désigné samedi par les militants d’Europe Ecologie-Les Verts face à Guillaume Cros. Il formera un binôme avec la candidate écologiste de Montpellier Jacqueline Markovic. Les deux candidats investis seront départagés par la direction nationale du parti en fonction de la parité à l’échelle nationale.

On n’accompagne plus nos morts : ils sont trop encombrants, trop lourds à porter…

Dispersion de cendres funéraires par avion.
  C’est un bâtiment ordinaire d’aspect dans lequel nous avons rendez-vous. Il est situé dans une petite zone d’activités réservée à la crémation, à moins d’un kilomètre de la sortie 24 de l’autoroute. Au 5 de la rue du Commerce, précisément ; rue qui voisine celles de l’Industrie et de l’Artisanat ! Il est 11 Heures, et nous sommes en avance.

Dialogue humaniste…

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bonjour Monsieur ! Je cherche un refuge.
 
— Je ne suis pas agent immobilier, Monsieur.
 
— Vous m’avez mal compris, c’est d’une retraite dont j’ai besoin.
 
— Adressez-vous donc à une Maison ou une Caisse.
 
— Monsieur, vous vous moquez…
 
— Non, voyons…
 
— C’est de bienveillance, d’écoute, d’amour, à défaut d’amitié que d’urgence il me faut.
 
— Vous croyez en moi, mon ami ?
 
— Mais je vous aime, Monsieur !
 
— Alors prenez donc, mon brave ! (Et notre Homme de lui tendre un pistolet)
 
 
 

Sur deux petits “évènements” politiques d’après municipales rapportés par la presse locale…

     

Dans ma petite ville, j’ai lu, dans la presse locale, qu’un “membre du cabinet” du maire (Didier Mouly) dont le contrat n’avait pas été renouvelé, était complaisamment et faussement présenté comme celui qui aurait fait tomber à lui tout seul son prédécesseur (Jacques Bascou) en 2014, quand, sous la casquette départementale d’ANTICOR, il occupait tout son temps, non point à dénoncer des actes de corruption avérés, mais à flinguer tout ce qui politiquement ne lui convenait pas.

Articles récents