Contre-Regards

par Michel SANTO

L’actualité politique narbonnaise… à droite !

images-copie-8.jpeg

Le maire de ma cité , qui la veut grande, a bien de la chance. Son opposition, qui se croit forte, semble en effet perdre la boule. On croyait que les soldats perdus du parti Oxygéné de Patrice Millet ( au fait , on ne le voit plus ! ) retrouveraient leur raison et leurs drapeaux originels, ils s’éparpillent au contraire ou ruminent ressentiment et rancoeur envers les partis qui furent les leurs. D’autres, de cette troupe en déroute, ont changé de cible et verraient bien, pour se venger de ceux qui , à leur dire, firent tomber leur regretté poulain, Jacques Bascou et le PS  l’emporter au mois de mars prochain. Et un certain Barsanti, passé depuis à l’UDI, tricoterait et retricoterait, me dit-on, une liste qu’il voudrait opposer à celle de l’UMP – d’où il vient – pour la faire tomber !!! Comprenne qui pourra.  Devant cet affligeant spectacle – qui ne l’est point, bien au contraire, pour Jacques Bascou – de ” militants ” à la ramasse, et,  à l’évidence, manipulés, on regrette le temps où le ridicule tuait : on y verrait plus clair ! Pendant ce temps , toujours à droite et au centre, mais du côté des partis constitués, Didier Mouly regarde l’avenir en collectant des fonds pour son ” Huberton ” , Frédéric Pinet, pour l’UMP, prend son premier élan pour, dans des boîtes de chocolats tomber – ces deux dernières informations ne pouvant être comprises que par d’authentiques narbonnais – tandis que les gars de la Marine , en embusquadage, se préparent à l’abordage d’un électorat un brin déboussolé… Si l’Orient est très compliqué – la preuve encore aujourd’hui avec la dernière initiative diplomatique russe sur le front syrien – ,  la politique narbonnaise, à droite, ne l’est pas moins pour autant. Car, à tout cela, il faut en outre préciser – je n’y puis rien, c’est ainsi ! – que, dans ce champ de bataille miné, se jouent en réalité deux ou trois autres élections pour le moment masquées … et l’ hégémonie d’une UMP longtemps phagocitée par ses propres alliés ; et qui en a assez ! On la comprend et on n’ a pas fini d’en parler…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio