Contre-Regards

par Michel SANTO

L’actualité politique narbonnaise… à droite !

images-copie-8.jpeg

Le maire de ma cité , qui la veut grande, a bien de la chance. Son opposition, qui se croit forte, semble en effet perdre la boule. On croyait que les soldats perdus du parti Oxygéné de Patrice Millet ( au fait , on ne le voit plus ! ) retrouveraient leur raison et leurs drapeaux originels, ils s’éparpillent au contraire ou ruminent ressentiment et rancoeur envers les partis qui furent les leurs. D’autres, de cette troupe en déroute, ont changé de cible et verraient bien, pour se venger de ceux qui , à leur dire, firent tomber leur regretté poulain, Jacques Bascou et le PS  l’emporter au mois de mars prochain. Et un certain Barsanti, passé depuis à l’UDI, tricoterait et retricoterait, me dit-on, une liste qu’il voudrait opposer à celle de l’UMP – d’où il vient – pour la faire tomber !!! Comprenne qui pourra.  Devant cet affligeant spectacle – qui ne l’est point, bien au contraire, pour Jacques Bascou – de ” militants ” à la ramasse, et,  à l’évidence, manipulés, on regrette le temps où le ridicule tuait : on y verrait plus clair ! Pendant ce temps , toujours à droite et au centre, mais du côté des partis constitués, Didier Mouly regarde l’avenir en collectant des fonds pour son ” Huberton ” , Frédéric Pinet, pour l’UMP, prend son premier élan pour, dans des boîtes de chocolats tomber – ces deux dernières informations ne pouvant être comprises que par d’authentiques narbonnais – tandis que les gars de la Marine , en embusquadage, se préparent à l’abordage d’un électorat un brin déboussolé… Si l’Orient est très compliqué – la preuve encore aujourd’hui avec la dernière initiative diplomatique russe sur le front syrien – ,  la politique narbonnaise, à droite, ne l’est pas moins pour autant. Car, à tout cela, il faut en outre préciser – je n’y puis rien, c’est ainsi ! – que, dans ce champ de bataille miné, se jouent en réalité deux ou trois autres élections pour le moment masquées … et l’ hégémonie d’une UMP longtemps phagocitée par ses propres alliés ; et qui en a assez ! On la comprend et on n’ a pas fini d’en parler…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraites » s’est faite sans que[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio