Contre-Regards

par Michel SANTO

Brouillage de lignes.

Pierre-Antoine Delhommais dans « le Monde » du 11.10.09 : « …L’envolée des dettes publiques signifie que les grands pays industrialisés ont perdu, et pour longtemps, toute marge de manœuvre budgétaire. Les arbitrages des lois de finances des prochaines années, peut-être des décennies, se résumeront à ceci : savoir où faire des coupes, où dégager des économies, quelles catégories socioprofessionnelles sacrifier, quelles dépenses et quels avantages supprimer, où trouver des recettes. Plus de place pour des mesures de relance supplémentaires ou de nouveaux cadeaux fiscaux, plus de place pour des avancées sociales coûteuses. Trop de keynésianisme tue le keynésianisme et rend l’Etat impuissant » Et de nous expliquer que cette situation, qui, entre parenthèses rend ridicules les discours des oppositions au pouvoir en place, serait la conséquence du retour de  l’Etat et de sa culture des déficits publics dans la vie des affaires avec, pour  conséquences : hausses des d’impôts (comme en Espagne), gel ou baisse des salaires des fonctionnaires (comme en Grande-Bretagne et l’Irlande), allongement de l’âge du départ à la retraite (comme en Suède). Sauf en France, évidemment, où l’on invoque, à droite et à gauche, une sainte et miraculeuse croissance à des taux des « trente glorieuses » dans le même temps on nous explique qu’il ne peut (le taux de croissance) mesurer à lui seul le bien-être d’une société ! Allez donc y comprendre quelque chose… D’autant que le Delhommais en question, pour ajouter de la confusion à la confusion, regrette, après sa critique du trop d’Etat dans les économies, que les Etats ne soient pas « rester durablement au capital de ces établissements (financiers et bancaires) pour les contraindre à distribuer du crédit, pour contrôler les risques pris sur les marchés financiers ou encadrer étroitement les rémunérations des traders. » Bref le modèle France et sa réussite bien connue : le Crédit Lyonnais qui installe, au « cœur même de l’Etat central, caste et copinage » et  qui « déconsidère l’Etat, la politique et toute l’idéologie “socialiste” qui va avec ! »  Photo de Hengki Koentjoro

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    phthoreux

    |

    Parfait votre billet. Le “déboussolage” et l’art de dire tout et son contraire sont devenus la règle dans le monde contemporain. Où donc cela peut-il donc mener ? 

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :