Contre-Regards

par Michel SANTO

Festival Charles Trenet de Narbonne ! De biens embarrassantes questions…

 images-copie-10.jpeg

 

Dimanche 15 décembre 2014.

 

Dans son édition du 11 décembre, le Midi Libre a consacré sa troisième page à la bataille que se livrent l’ayant droit de l’oeuvre et du patrimoine du « Fou Chantant », la société Nest et son héritier Georges El Assidi. De l’excellent travail signé Marie Pintado ! L’enjeu de cette affaire ? L’interdiction par la mairie de Narbonne d’utiliser la marque et l’image de Charles Trenet sans l’autorisation et l’encadrement de la société Nest en question. Mais le plus intéressant, dans ce long article, est dans une toute petite phrase figurant dans un petit encart au titre d’une banale innocence : ” Autorisation. Lettre de Trénet … ” , passée à l’évidence totalement inaperçue par nos commentateurs locaux. Une petite phrase qui nous révèle le nom du véritable propriétaire de la marque « Festival Trenet Y a d’la joie » . Que je  pensais être dans les ” actifs ” du patrimoine municipal : ce festival étant organisé, financé et promu par la ville de Narbonne . Eh bien non ! Cette marque, qui, comme toute marque déposée à l’INPI est une « marchandise », un produit commercial dont la valeur peut se négocier sur un marché, cette marque est la propriété privée de … l’adjointe au maire en charge de l’organisation de ce même festival ! L’information, après vérification auprès de l’INPI, vendredi 13 Décembre, ne souffre d’aucune contestation, et le maire lui même la confirme au Midi Libre. Une situation ubuesque où action publique, financements publics et intérêts privés se mélangent dans un cocktail, disons inédit  … Comme on est jamais assez prudent dans ce genre d’affaire,  je laisse le soin aux spécialistes du droit  d’en préciser  la qualification juridique, même si j’ai ma petite idée sur le sujet … L’étonnant est que personne ou presque n’ait relevé cette information… À l’exception cependant d’anticor 11 , mais qui me semble passer à côté du véritable problème posé en la circonstance, à savoir l’imbrication des intérêts privés d’une élue dans la gestion publique d’un évènement dont elle assure elle même la coordination et l’organisation… Sans vouloir dresser un quelconque procès d’intention,  il me semble tout de même légitime d’exiger d’autres explications que celles fournies dans l’article du Midi Libre – explications qu’on pourrait résumer par un désinvolte et expéditif  : « Passez donc, y’a rien à voir ! ». Ne serait ce aussi que pour s’interroger sur les conséquences d’un telle situation dans un proche avenir. Par exemple, qu’adviendrait-il de ce festival, et de sa marque, si , par hypothèse, l’équipe en place était battue aux prochaines municipales et que la nouvelle municipalité souhaitait les maintenir ( le festival et sa marque ) ? Imagine-t-on la propriétaire de cette marque « Festival Trenet Y a d’la joie », ex-adjointe, en interdire l’utilisation par les nouveaux « entrants », ce qui juridiquement lui serait possible, alors même que ce festival et , de fait, sa marque ont été financés par la Ville et les contribuables narbonnais ? Une marque qui, de plus, depuis trois ou quatre ans, a objectivement pris de la « valeur » du fait d’un important et quasi exclusif financement public … Notons que le raisonnement vaut aussi si monsieur Bascou était réélu sans son actuelle adjointe … On n’ira pas plus loin pour l’heure, mais voilà des faits et des questions qui devraient être relevés et un peu plus discutés par nos commentateurs locaux ! … Non ?

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    Antoine

    |

    Très satisfait par ce billet car j’avais été, en effet, assez surpris par votre réponse à mon premier commentaire sur votre billet du 11/12/13, dans lequel je
    vous incitais de vous pencher sur cette nouvelle « affaire Trenet » (mais votre réponse à mon second commentaire m’avait déjà rassuré !). J’ai donc, en partie, pris pour moi le
    « ou presque » de votre phrase « L’étonnant est que personne ou presque n’ait relevé cette information » !

    Ce qui est extraordinaire dans cette affaire, c’est que l’information sur le dépôt « à titre personnel »  à l’INPI de la marque « Festival Trenet
    Y’a d’ la joie », par l’adjointe en cause, a été donnée à la presse par le maire de Narbonne en personne : Naïveté ? Inconscience ? Défaussement anticipatif ?
    … ?

    Reply

  • Avatar

    Antoine

    |

    Ce que je viens de lire sur le site d’ANTICOR-11, me conforte dans l’idée que le « nouveau scandale Trenet » dont je vous parlais le 11/12/13 fait
    plus que  « pointer son nez » … et semble bien se confirmer avec une certaine ampleur !

    A noter, outre l’histoire de la lettre de Charles Trenet qui s’y trouve bien expliquée, et sous réserve de confirmation, le constat d’absence d’appel d’offres
    de la mairie pour sous-traiter la maîtrise d’œuvre de ce « festival » à la société « Coll Organisation » ! Au prétexte,
    probablement, que le dit « festival » serait la « propriété » commune de cette société et de l’adjointe au maire de Narbonne impliquée dans cette affaire (cet
    affairisme ?) ! A suivre …

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques notes prises  au fil des jours…

Quelques notes prises au fil des jours…

    Ai noté ceci : Le 4 février : Toujours du grand Jules Renard, dans son journal : «Il y a des gens qui, toute leur vie, se contentent de dire : « Évidemment ! Parfaitement ! C'est ho[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :