Grand Narbonne et Ville de Narbonne ! une solution à la biterroise pour sortir du conflit ?

Hier , mardi matin, le président de l’Agglomération Béziers Méditerranée Frédéric Lacas et le maire de Béziers Robert Ménard ont signé un protocole d’accord de sortie de crise. Un document qui met un terme à de longues semaines de conflit entre les deux hommes et qui met fin aussi à l’ambition de Robert Ménart de présider l’Agglomération , lequel prend enfin acte qu’il ne possède pas de majorité qui pourrait soutenir son ambition . Ce pacte de gouvernance lui attribue une deuxième vice-présidence et , pour le reste,  » habille  » de considérants inutiles ou  » politiques  » l’acceptation d’une situation de fait qui ne pouvait être remise en cause que par l’annulation par la justice de l’élection de l’actuel président .

Annulation qui aurait entrainé de nouvelles élections pour de toute façon un même résultat ! L’autre menace qui était brandie par R.Ménard : sortir Béziers de l’Agglomération , impossible en droit , n’avait que des raisons médiatiques et la raison politique et les logiques institutionnelles ont fini par prévaloir sur toutes les autres considérations de personne et de pouvoir . Ce scénario peut-il être envisagé sur Narbonne ? Pour l’heure, je dis bien pour l’heure , je ne le crois pas ! L’opposition entre la ville centre et le Grand Narbonne est frontale et je ne serais pas surpris si « demain » , pour la cristalliser encore un peu plus , des demandes en annulation des élections du président de l’ Agglo ou de certains de ses vices-présidents étaient annoncées par le maire de Narbonne Didier Mouly . Une tactique qui , quelque soit son résultat, ne changerait de toute façon rien du rapport des forces politiques en présence au sein de la communauté d’agglomération … En fait, le dénouement de ce conflit dépendra de ce que dira la justice des recours intentés par Jacques Bascou afin d’obtenir l’annulation de l’élection de Didier Mouly à la mairie de Narbonne . Si cette élection est validée , je prends le risque raisonné d’une négociation entre la Ville et l’Agglo . Leurs   relations actuelles ne peuvent pas s’installer en effet sur toute la durée de leur mandat : 6 ans ! Dans le cas où elle serait seulement invalidée , sans l’inégibilité des sortants , la victoire de Bascou sur le terrain juridique pourrait paradoxalement se transformer en défaite politique. Pourquoi ? pour la simple raison statistique que , dans tous ces cas de figure ou presque de ce genre , le maire invalidé est réélu avec un écart de voix encore plus important que lors de sa première élection ; ce qui pourrait se traduire pour Didier Mouly et ses colistiers par des conseillers communautaires supplémentaires . La possibilité lui serait ainsi offerte de pouvoir constituer une majorité à l »Agglo susceptible de faire tomber Jacques Bascou ! Aussi étrange que cela puisse paraître , Didier Mouly et ses amis devraient donc prier tous les matins et tous les soirs pour que le juge administratif donne suite à la demande de Jacques Bascou de les renvoyer tous les deux , notamment , devant les électeurs … Le climat national lui étant de surcroît favorable … Un jeu à quitte ou double pour les deux belligérants, dont l’arbitre est un juge . Et risqué ! Pour l’un comme pour l’autre …

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (4)

  • Avatar

    Elle

    |

    Petite demande d’information (pour me cultiver)
    Vous précisez que "sortir Béziers de l’agglomération, impossible en droit". Pourriez vous m’indiquer ou je pourrais m’informer sur cette impossibilité ? Il me semble qu’il est juridiquement possible à une ville de faire une demande de retrait d’une agglomération (demande qui doit être votée, qu’une majorité soit d’accord, etc…) bref, que le droit le permet. Me trompé je ? Pas de corrida en vue ? Dommage !
    1 lien ou 2 de sites feront l’affaire
    Merci

    Elle

    Reply

  • Avatar

    Michel Santo

    |

    Vous avez en partie raison . Mais ! Seulement pour des communes qui y aurait été contrainte par décision préfectorale malgré leur volonté de ne point y " adhérer ". Un arrêt récent du Conseil d’Etat ! Ou après accord de l’agglo intéressée et de la commune concernée et à condition que se retrait ne crée pas une enclave dans le périmètre de l’agglo et que la commune en question puisse être rattachée à une autre intercommunalité . Ce qui à Narbonne et à Béziers est impossible , en effet !

    Reply

  • Avatar

    Elle

    |

    Merci pour votre réponse. J’approfondirai donc le sujet. Il est de toute façon insupportable de penser que durant 6 ans nous devrions assister à une guerre larvée, déjà que les français en ont assez de leurs classes politiques. Bonne ascension

    Elle

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

  • Les Halles de Narbonne : « Plus beau marché de France ! »
                Je.6.2022 Les Halles sont à Narbonne ce que l’andouille est à Vire et la bêtise à Cambrai : sa carte d’identité hexagonale. Et l’été, nous […]
    Aucun commentaire
  • Parfois un cyprès pousse en toi…
      Me.29.6.2022   9h30, devant la petite porte de l’ancienne entrée du cimetière de l’Ouest, cet admirable cyprès qui toujours plus haut par delà tout oubli s’élance et s’étire jusqu’au […]
    Aucun commentaire
  • Un dimanche pas comme les autres…
    Di.26.6.2022 Quand je suis entré dans sa chambre, je l’ai trouvée assise sur son fauteuil lisant un de ces ouvrages à la reliure cartonnée d’une collection destinée aux enfants : « Le petit lion […]
    3 commentaires
  • Les Français au divan !…
          Ve.24.6.2022 Dans mon département, l’Aude, ses habitants se sont réveillés un lundi matin avec trois députés RN. Et depuis, comme partout ailleurs dans ce pays, sonne un même […]
    2 commentaires
  • Le jour du solstice d’été fut sans lumière…
        Entre le grau des Ayguades et la plage des Chalets, la mer grondait, l’air était poisseux et les nuages bas, noirs, bouchaient l’horizon et couvraient la Clape. Tout était gris. L’écume […]
    2 commentaires
%d blogueurs aiment cette page :