Contre-Regards

par Michel SANTO

La Une que nos journaux ont zappée à propos des émeutes de Trappes.

 

 

 

 

france2_1684476.jpg

 

Trappes : dernier billet et je la ferme ! A la Une du Monde.fr   » A aucun moment je n’ai porté atteinte à un des policiers  »  et en première page d’écran de Libération.fr :  » Les actions et menaces islamophobes en hausse  » . Et ces deux quotidiens de zapper cette phrase sans équivoque d’ Abdallah Zekri , le président de l’Observatoire de l ‘islamophobie, sur le cas des femmes portant le niqab et notamment celle dont le compagnon s’est rebellé lors d’un contrôle à Trappes (Yvelines), entraînant de violentes émeutes le week-end dernier:  » un intégrisme qui en nourrit un autre. Un fondamentalisme qui en nourrit un autre, celui de l’extrême-droite « . Une question et une seule: pourquoi ces deux grands journaux n’ont pas titré sur cette déclaration, pourquoi donc laisser ainsi penser qu’un silence approbateur règnerait chez ceux qui jouissent d’une incontestable autorité morale dans la communauté musulmane ? Ces deux quotidiens trouveraient-ils déplacée et injurieuse cette parole sensée ? J’y vois plutôt un parti pris éditorial et politique : cultiver le terreau nauséabond sur lequel prospère les pires violences : physiques , idéologiques et politiques. Et à supposer même que leur bonne foi ne saurait être mise en doute, qu’il serait encore démontré que les bons sentiments journalistiques finissent toujours  par paver l’enfer de tous les extrémismes…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • LOUANCHI

    |

    lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news

    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de
    Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du
    village. A l’époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l’Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions
    hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l’ isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un
    seul aujourd’hui se décide à parler.

    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser
    le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.

    Sur radio-alpes.net – Audio -France-Algérie : Le combat de
    ma vie (2012-03-26 17:55:13) – Ecoutez: Hocine Louanchi
    joint au téléphone…émotions et voile de censure levé ! Les Accords d’Evian n’effacent pas le passé, mais l’avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)
    Interview du 26 mars 2012
    sur radio-alpes.net

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]