Contre-Regards

par Michel SANTO

Languedoc Roussillon : la faillite du Sud !

 

 

 Unknown-copie-8.jpeg

 

La région Languedoc-Roussillon décroche dans la crise et l’inversion de la courbe du chômage ( cette absurdité statistique ! ) y paraît un lointain espoir. Depuis fin 2011, la région affiche ( restons sur les seuls chiffres qui comptent : ceux de l’INSEE ) le plus fort taux de France métropolitaine pour atteindre 14,8 % au deuxième trimestre 2013, devant le Nord – Pas-de-Calais. Avec cet accablant constat que cinq des dix zones d’emploi les plus touchées par le chômage en France se situent dans notre région (Alès, Sète, Narbonne, Béziers et Agde-Pézenas); et que trois de nos départements affichent les taux de chômage les plus élevés en France métropolitaine : les Pyrénées-Orientales (15,7 %), l’Hérault (15,2 %) et l’Aude (14,8 %), selon les données les plus récentes de l’Insee (la moyenne étant de 10,5 %). 

Pendant très longtemps, trop longtemps, le manque d’industrie et un emploi concentré dans les services à la personne ( fonctions publiques comprises )  le bâtiment, et dans des entreprises dont 95% d’entre elles ont au maximum 10 employés, ont été présentés comme des atouts dans une société en voie de tertiarisation avancée. Il y eût même des chercheurs de l’Université de Montpellier 1 : Berger, Fornairon, Catanzano et Rouzier ( Cf Rouzier et son ouvrage  « La Revanche du Sud » ), pour théoriser cela et nous expliquer que le sud explorait,  s’imposait … que les hommes, les activités, la culture mettaient le cap au Sud…

Des analyses et des thèmes opportunément repris par des élus qui en font toujours leur miel sous la forme de campagnes de communication. Un voile d’images et de slogans dont le seul but est de masquer un lourd conservatisme social qui assure la reproduction sur elle même d’une élite politique régionale vivant exclusivement ou presque de la redistribution de la rente publique.

Le problème, en ces temps de crise structurelle, est qu’il n’y a plus rien ou presque à préempter dans les budgets nationaux et européens pour en répartir ensuite la manne, par le biais des collectivités  locales, toujours aux mêmes clientèles économiques et sociales. Quant à la ressource fiscale régionale, il n’est pas besoin d’y compter pour, en compensation, tant elle est faible ( plus de 30% des ménages échappent à l’impôt ! ), y puiser les manques à gagner exogènes . C’est donc à une véritable « révolution » des mentalités, de sa culture,  et de ses pratiques sociales et politiques qu’est nécessairement conduit le Languedoc Roussillon pour sortir de la trappe du décrochage économique, du chômage endémique et de la pauvreté.

Son drame est que je n’aperçois rien dans les propositions de ceux qui « le pensent » et le « gèrent » aujourd’hui qui pourrait radicalement en changer le cours… 

 

4340195_6_78f1_taux-de-chomage-par-zone-d-emploi-au-deuxiem.png

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    Antoine

    |

    Avec quelques réalisations « pharaoniques », la mise en pratique permanente de l’expression satirique de Juvénal « Panem et circenses », par ses disciples encore au pouvoir, risque malheureusement de constituer
    l’essentiel de l’héritage du dernier et éphémère « prince de Septimanie » … 

     Georges Frêche déclare le 14 janvier 2010 à Midi-Libre, à propos du musée de la romanité à Narbonne, qu’il verrait bien  « un mélange ultra scientifique pour les spécialistes (comme
    lui) et un truc pour les touristes, du style arènes en carton-pâte avec des tournois de gladiateurs bidons ».

    Reply

  • Avatar

    sigismonde

    |

    par ce que vous voyez  des personnes qui pensent et qui gèrent ??? où???

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

    Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce so[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
Narbonne! Municipales2020 : Quoi de commun à "Narbonne En Commun" ?

Narbonne! Municipales2020 : Quoi de commun à "Narbonne En Commun" ?

  « Narbonne En Commun » (N.E.C) est donc la nouvelle enseigne d’un rassemblement des « forces de gauche » narbonnaises. Des forces qui se limitent, pour l’heure, si on e[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :