Contre-Regards

par Michel SANTO

Narbonnaise : Quand des « dindons de la farce » posent un vrai problème de ménagement du territoire !

 

 

Un membre actif du collectif baptisé “les dindons de la farce” m’a adressé un courriel pour m’informer de leur opposition à l’implantation d’une prison et d’une aire réservée aux « gens du voyage » sur des terrains appartenant aux communes voisines de Narbonne et de Moussan, mais situées au pied de leur village de Marcorignan, à quelques centaines de mètres seulement de ses premières habitations.

Des projets soutenus, pour « l’aire réservée aux gens du voyage », par la communauté d’agglomération du Grand Narbonne, où les maires concernés par cet investissement siègent, et, pour la prison, par l’ancienne députée, le sénateur et tous les élus ou presque, à ma connaissance en tout cas, de la Narbonnaise – la création d’emplois motivant le zèle de nos élus à promouvoir un univers carcéral en même temps, sans rire, que la qualité de vie et l’environnement de ce même territoire. J’observe en passant que ce projet de pénitencier, bien qu’il ne soit pas pour demain (voir mes billets consacrés à ce sujet où j’analyse les raisons pour lesquelles il ne devrait jamais voir le jour), associée à « l’aire des gens du voyage », présente un aspect terriblement provocateur, qui, s’il était porté à la connaissance de ses futurs locataires, ne manquerait pas de les faire réagir, disons bruyamment – j’ironise à peine !

Si je relaye cette information, c’est aussi pour une raison de « fond » qui motive mon opposition à ces deux projets. Je m’explique !

De part et d’autre d’une route reliant Narbonne à Marcorignan, cette portion de territoire du Grand Narbonne, à partir du Château de Lebrette, jouit en effet d’un environnement naturel remarquable. Et y investir de lourds équipements, serait, évidemment, créer les premières conditions d’une urbanisation générale. Avec, pour conséquence, un étalement urbain joignant en un seul ensemble les cités de Narbonne et de Marcorignan.

Or, je le rappelle aux esprits oublieux, contrairement aux autres agglomérations de la côte languedocienne, celle de la Narbonnaise se caractérise justement par une discontinuité urbaine entre sa ville centre et les petites villes avoisinantes. Un atout, une « valeur ajoutée » environnementale (et sociale – je ne vais présenter ici tous les inconvénients bien connus de l’étalement urbain…), qu’il me semble devoir préserver.

Pour ce faire des outils juridiques existent, notamment les S.C.O.T (schéma de cohérence territoriale), qui relèvent de la compétence des communautés d’agglomération. Mais, sous réserve d’une étude plus approfondie, je constate, avec ces deux projets, que rien n’a été prévu dans ce document d’urbanisme pour empêcher, dans cette « zone verte tampon », d’y engager des programmes d’urbanisation – investissements publics, lotissements communaux etc. De sorte que l’on peut craindre que ce genre de scénario ne se reproduise ailleurs.

En ce sens, cette « affaire » ne concerne pas que les habitants de Marcorignan ! Une prison et une aire de grand passage ne sauraient justifier, en effet, le sacrifice d’une réflexion de fond sur le type de « liaisons » qu’il convient d’établir entre la ville centre et les « villes » de sa périphérie afin de préserver ce qui fait l’originalité de ce territoire et de sa configuration urbaine.

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (8)

  • Didier

    |

    La prison à côté de l’aire, ça facilitera les transferts 😎

    Reply

  • VIALLE Jean-Pierre

    |

    Il faut aussi tenir compte de la loi littoral qui concerne tout le territoire de la commune de Narbonne, même si le site en question est éloigné du littoral. Le territoire de la ville de Narbonne est soumis à d’autres contraintes : site classé de la Clape, site classé de Fontfroide, zones inondables. Même si cette commune fait partie des plus grandes communes de France en terme de superficie, les espaces constructibles sont réduits. La juxtaposition de ces contraintes génère impose donc cette discontinuité avec les villages voisins.
    Je ne sais pas (plus) ce que prévoit la loi littoral en matière d’équipements publics – la prison.

    Reply

  • baleine_radioactive

    |

    A quand un article étayé de Monsieur Santo sur une certaine population à Narbonne, moins visibles que les prisonniers et oh combien plus influente…les francs-maçons ?

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Oh ! Et pourquoi pas aussi sur les cathos, protestants, boudhistes et autres églises… Vous plaisantez j’espère !

      Reply

  • baleine_dubitative

    |

    Je ne savais pas que la franc-maçonnerie était une religion, grâce à vous j’en apprends des choses!
    Contre la prison, contre l’aire de grand passage, mais pour TDN décidément Monsieur Santo n’est plus à un paradoxe près…j’espère que vous avez vu l’émission VOX POP d’ARTE sur Malvesi, on sent bien que l’ASN et la DREAL sont bien embarrassés pour répondre aux journalistes sur le fait que TDN est un procédé sûr…sûr de rien surtout ! (Merci de ne pas faire une censure digne d’un régime autoritaire bolchévik)

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      😊 Je ne censure jamais que les insultes…

      Reply

  • KAISER Richard

    |

    Bonjour,
    Nouveau dans la région (habitant du Somail depuis fin 2017), je suis stupéfait que des élus de la Région puisse admettre, voire soutenir, tout autant la construction d’une prison près de Marcorignan, que d’une aire pour gens du voyage. A quelques kilomètres à peine d’un site classé par l’UNESCO et pour lequel des dizaines de millions d’euros vont être dépensés pour réaménager le Canal du Midi (et le Somail en particulier). Je ne doute pas que les réseaux sociaux (mondiaux donc) se feront un plaisir de diffuser cette information. Non seulement, les touristes l’apprendront très vite et chercheront bien évidemment d’autres points de chute que cette portion de territoire. Mais les investissements qui auront été faits (publicité pour le tourisme sur les chaînes publiques, argent dépensé pour réhabiliter les sites, …) seront à jamais perdus. A nos élus : réfléchissez bien à toutes les conséquences de vos décisions et actions et ne laissez pas associer votre nom à des décisions incongrues.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Municipales 2020 Narbonne ! Que penser après la mise au point de madame Granier…

Municipales 2020 Narbonne ! Que penser après la mise au point de madame Granier…

En faisant  savoir qu’il serait présent dans le combat des « municipales », en premier de cordée ou pas, Alain Perea, a fait aussi réagir Mesdames Bossis (vice-présidente Ps du cons[Lire la suite]
Baromètre des Territoires 2019 / #Occitanie : le moral en berne !

Baromètre des Territoires 2019 / #Occitanie : le moral en berne !

L'Institut Montaigne vient de livrer son dernier baromètre des territoires. Un coup de projecteur sur la région Occitanie y figure en bonne place. Et l'image qui apparaît, à mille lieux de la communi[Lire la suite]
"Il ne hait pas les Juifs, il est seulement antisioniste" !

"Il ne hait pas les Juifs, il est seulement antisioniste" !

#Antisémitisme #Antisionisme.  Ah ! les pudeurs sémantiques de ceux qui nous expliquent savamment, ou bêtement, la différence substantielle entre antisémitisme et antisionisme, et qui feignent d’i[Lire la suite]
Grand Narbonne : De la glisse, du vent et des trottinettes…

Grand Narbonne : De la glisse, du vent et des trottinettes…

  Le Grand Narbonne a entrepris la promotion des « sports de glisse » sur son territoire et a décidé de soutenir financièrement des projets susceptibles d'accroître son potentiel naturel [Lire la suite]
Municipales 2020 à Narbonne : c'est parti pour Alain Perea et LREM…

Municipales 2020 à Narbonne : c'est parti pour Alain Perea et LREM…

Place de l'Hôtel de Ville de Narbonne. (Office de Tourisme) Pour ceux qui doutaient de la candidature d’Alain Perea et de LREM aux prochaines municipales, à Narbonne, l’équivoque est levée. Une lis[Lire la suite]
La légende des périphéries urbaines abandonnées par l'État…

La légende des périphéries urbaines abandonnées par l'État…

Le géographe Jacques Lévy est l’anti-Christophe Guilluy. Il met en avant l’ouverture à l’autre qui serait la marque des cœurs d’agglomération et montre que ce sont les contribuables des grandes vi[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :