Contre-Regards

par Michel SANTO

Nous sommes tous grecs!




Qu’est ce qui importe pour notre avenir et celui de nos enfants ? Les prochaines élections régionales en Languedoc-Roussillon et ses dernières péripéties politiciennes ou les décisions que prendront aujourd’hui les responsables de l’Union Européenne concernant une Grèce à la dérive ? La réponse est évidemment dans la question.
Ce n’est pas avec une richesse produite par habitant qui nous place en queue du peloton des régions françaises depuis des lustres et une institution régionale sans pouvoir réel sur les ” fondamentaux économiques et sociaux ” que son futur « patron » pourra modifier cette situation. A l’inverse, que l’Union Européenne laisse « tomber » la Grèce, que ses Etats et sa banque centrale ne prennent pas sa dette à des taux d’intérêts acceptables en contrepartie d’ajustements budgétaires sérieux, et c’est toute la zone euro qui en pâtira. Les marchés (c’est-à-dire les gestionnaires de notre épargne….) ne manqueront pas en effet d’aller demander des comptes à d’autres.Y compris à la France dont on ne peut pas dire que sa politique budgétaire et fiscale soit marquée du sceau de la responsabilité. Les marchés, mais aussi les pays vertueux comme l’Allemagne qui commencent à en avoir assez de « payer » l’incompétence et les mensonges de ceux qui pratiquent la plongée dans les dépenses publiques et dans la dette comme seuls leviers de leurs politiques économiques et sociales.
Ce que révèle la situation de la Grèce, c’est que le « pacte de stabilité » de Maastricht comme moyen de coordination des politiques budgétaires et fiscales de l’Union Européenne n’est plus suffisant. Si tant est qu’il ne l’ait jamais été! L’heure est donc venue d’une plus grande « intégration » de ces politiques. Ce qui signifie moins de « souveraineté nationale » et donc plus de contraintes sur les choix des «  peuples ». Les accepteront-ils ? Avec toutes leurs conséquences ?
Dans les dix ans qui viennent c’est à ces questions que nos dirigeants devront répondre. Quant à celle de savoir qui sera, dans ce contexte et dans les mois qui viennent, le prochain président du Languedoc-Roussillon, j’avoue ne lui accorder d’autre intérêt que celui que l’on peut allouer au dérisoire et à la bouffonnerie.
C’est à Bruxelles en effet que se joue aujourd’hui et pour demain notre avenir et celui de nos enfants.Pas à Montpellier!

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio