Contre-Regards

par Michel SANTO

Salle multimodale de Narbonne ! Premier match (et nul) devant le Tribunal Administratif !

     

Bien ! disons les choses simplement : le tribunal administratif de Montpellier considère qu’il n’y a pas lieu de suspendre la décision d’attribution du marché de la salle multimodale au motif que, selon la commune de Narbonne et la société Fayat, les travaux ne commenceront pas avant 8 mois et, qu’en conséquence, elle pourra être jugée sur le fond dans le courant du mois de mai, en 2018, par le même tribunal. De sorte que l’assurance est ainsi donnée aux parties contestant ce projet que tout travaux engagés par la société Fayat avant le jugement sur le fond du marché qui lui a été attribué seraient constitutifs d’un défaut d’information manifeste susceptible de sanction judiciaire. Ce qui, avec cette garantie apportée par le juge administratif, s’apparente, de fait, à une suspension de travaux avant jugement sur le fond. Aussi, les opposants (de tous horizons politiques) à ce projet, pourront aisément défendre l’idée que leur défaite formelle, paradoxalement, masque le principal considérant d’une ordonnance (13 novembre 2017) qui, en pratique, leur donne, pour l’heure, satisfaction sur le fond (la suspension des travaux). Mach nul !

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    Jean Pierre

    |

    Bonsoir Michel…
    Salle multimodale, Muréna, l’Aspirateur… Le parc expo en ruine, le théâtre pas très en forme…
    Cette avenue H. Mouly ne donne la nausée.
    Le bon sens ne pourrait-il pas prendre le relais sur le guerre des egos ?
    Que de budgets gâchés ou mal employés :
    Juste un constat : fallait il obligatoirement 50 000 000 € pour un musée lapidaire ?
    Le père Norman Foster ne se serait-il pas un peu gavé au passage ?
    Imaginons une équipe de “gestionnaires” uniquement soucieuse du respect des deniers
    public… et l’avenir de la cité… L’avenue H. Mouly, n’aurait surement pas ce visage !

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Comment vous donner tort ? Ajouter à ça un parking et un parvis du théâtre à l’abandon, l’absence ou plutôt la coupure urbaine entre Barques et ensemble Théatre/Murena, des ronds points décorés d’objets ridicules (rouleau compresseur, amphores et et autres références romaines de pacotilles …) le tout accolé à une zone commerciale et un nouveau quartier coincé entre Musée et bloc affreux de cases commerciales … C’est à désespérer de nos élites politiques locales, en effet…

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

  Narbonne. Hôtel de ville.  Nous n’aurons jamais vu autant de « transferts » politiques croisés que dans cette dernière « campagne » des municipales. Impossible ici d’en dresser la liste c[Lire la suite]
Quelques notes prises  au fil des jours…

Quelques notes prises au fil des jours…

    Ai noté ceci : Le 4 février : Toujours du grand Jules Renard, dans son journal : «Il y a des gens qui, toute leur vie, se contentent de dire : « Évidemment ! Parfaitement ! C'est ho[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :