Contre-Regards

par Michel SANTO

Articles marqués avec ‘Café de la Paix’

Conversation d’après confinement avec mon ami Joseph au café de la Paix de Gruissan…

       

Nicolas de Staël 1953.

   

Bien que Joseph ai décidé de ne plus se laisser atteindre par les vagues d’infos qui nous tombent incessamment sur la tête et nous noient le cerveau, il ne pouvait échapper cependant à son petit bain quotidien dans cet océan de nouvelles terrifiantes et d’une abyssale niaiserie, où surnagent parfois de trop rares et stimulantes réflexions et quelques bonnes et saines vérités, me disait-il.

Deux “cartes postales” de Gruissan – été 2017 !

Tous les soirs d’été (ou presque), c’est apéritif (pas toujours) au Café de la Paix. Toujours à la même place, à sa terrasse (en réalité un trottoir) le dos au mur, qui offre une “vue” à 180 degrés sur la rue, piétonne dès 19 heures et envahie de tables et chaises entre lesquelles naviguent de petites flottilles de touristes, nombreuses quand un “chanteur” de rue anime le lieu jusqu’à tard dans la nuit.

Le Café de la Paix, à Gruissan, par Denis Carrière. | Contre-regard.com

Le croquis de la semaine de Denis Carrière:

Hier, Denis était avec des amis, au Café de la Paix¹ , à Gruissan. “Un bien bel endroit où quelques papets jettent l’ancre l’après-midi, dans le flot des touristes”, note-t-il ! Hasard (? !), ce même jour, mais en soirée, j’y étais aussi…

 
  denis-carriere-contreregards  

¹ Lire aussi, en cliquant sur ce lien: Chronique de Narbonne l’été. Le café de la Paix, à Gruissan.

Vous pouvez agrandir l’image en cliquant dessus. Tous les croquis et caricatures de Denis sont disponibles en cliquant sur: Denis Carrière, en rouge, en haut et à gauche.

Chronique de Narbonne l’été. Le café de la Paix, à Gruissan.

        café de la paix

C’est un café, un vrai : il en a l’air et la patine. Le temps ne semble pas avoir de prise sur ses murs. Il résiste aux paillettes et paillotes à la mode, leurs sonos abrutissantes et leurs tarifs ahurissants. Son intérieur est celui d’un bateau, sobre. Comme ceux qui naviguent loin. Sa terrasse, à angle droit, s’étend sur les trottoirs de la place du maréchal Joffre, qui ouvre sur la rue de la République, en face, et sur la Grande Rue, côté droit, qui mène d’un trait, à l’église du village. C’est dans son prolongement : rue Espert, à une dizaine de mètres environ, que l’on trouve son concurrent : le Joffre. Tout un programme. Un condensé symbolique de la grande histoire… Ce café de la Paix est une de mes querencias. Un de ces lieux sûrs où je me “sens” immédiatement bien. Serein, disponible, attentif et ouvert aux “mille bruits” de la vie. La querencia, pour celui qui l’ignore, est ce lieu dans l’arène où le “toro” est en confiance et sécurité ; celui, invisible, qu’il s’invente comme un refuge et dans les limites duquel le torero ne peut  l’affronter qu’au risque d’un coup de corne fatal. Pierre Veilletet a écrit un très joli livre, profond et sensible, sur les siennes.