Contre-Regards

par Michel SANTO

Turpitudes frêchistes !

 

P1040949.jpg

 

George Frêche s’est toujours présenté comme le sauveur d’une région en perdition sur le plan économique et social. Pendant sa première campagne pour conquérir la présidence du Conseil Régional, il voulait  faire du Languedoc Roussillon la Floride française. Comme à son habitude, chez ce personnage jamais en reste de comparaisons historiques audacieuses ( il se prenait pour Laurent le magnifique ) ces propositions n’étaient que la projection, sur le plan politique, d’un ego sur-dimensionné et d’une volonté de puissance quasi pathologique. Il n’est pas besoin d’insister ici , tant les médias, qui le chérissaient, et pour cause: « c’était un bon client! », se sont régalées de ses sorties toujours empreintes de ce mélange d’intelligence et de vulgarité, d’érudition et de bêtise. Il partait d’un principe simple: les électeurs sont des cons et les journalistes régionaux, qui le sont tout autant, d’insatiables  » mangeurs de soupe « . Reconnaissons le: ça lui a parfaitement réussi! Enfin, non: son rêve de ministre de la République, celui qu’il caressait jour et nuit, lui a échappé ! C’est en président de la Région la plus pauvre de France, juste avant la Corse, qu’il restera dans l’histoire…du Languedoc Roussillon. Pas glorieux! Une histoire qui restera marquée d’une nouvelle pierre noire: le rapport de 130 pages de la Chambre Régionale des Comptes sur sa gestion (il sera rendu public vendredi 24 mai.); rapport qui relève des pratiques et des dépenses aux mêmes dimensions tartarinesques que celui qui les engageait sans compter. C’est ainsi qu’on apprend qu’en 2004 et 2005, plus de 2,5 millions ont été engagés pour promouvoir la Septimanie : c’était une de ses lubies: il voulait, arrivant au pouvoir, changer le nom de sa région; son an 01 à lui, une bagatelle à 2,5 millions… pour rien ! que 130 000 euros ont été consacrés à l’achat de boissons alcoolisées, soit 75 bouteilles vidées quotidiennement: un rythme  constaté dans d’autres hôtels que celui de la Région! qu’en 2010, il s’en fut en Chine à la tête d’une imposante colonne d’invités, chefs d’entreprises, élus de tout bords et journalistes de la place régionale pour la misérable somme de 103 000 euros. Des journalistes qui, dès leur retour, en guise de remerciements, n’ont pas tari d’éloges sur cette ruineuse et pittoresque escapade asiatique ( voir le Midi Libre  ); et qui, à présent, s’empressent de commenter, sans trop de virulence tout de même ( un reste de pudeur sans doute! ), ces abracadrabesques gabegies frêchiennes. Tout cela évidemment nié par Christian Bourquin, l’actuel président du Conseil régional du Languedoc-Roussillon ( il élève, à son dire, des ânes! ) qui dit de l’honorable Chambre  » qu’elle fait preuve d’une insoutenable légèreté en voulant -à tort- absolument stigmatiser la Région ». Venant de la part d’un clone de George Frêche, de surcroît condamné pour délit de favoritisme et champion de France du cumul des mandats, cette hypocrite saillie est en réalité un paradoxal hommage rendu à la vertu outragée de nos juges régionaux. Le piquant, dans cette affaire, est de voir nos élus , adeptes de la transparence et de l’ éthique, s’étrangler ainsi au moindre énoncé de leurs turpitudes. Il est vrai que dans ces esprits, un peu gauche, elles ne peuvent hanter que les seuls cerveaux de droite qui, comme tout le monde le sait, sont originellement pervers…..

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • pibouleau

    |

    Je rappèlerai a mon ami Santo que son pote (de comptoir!) Depardieu a appelé a voter Sarko. L’Hotel de région consommait beaucoup d’alcool par devoir pour aider a regler la surproduction
    viticole.

    et au fait sous le règne de Blanc le brun, aucun excès ? Droite oui gauche ça magouille a l’égal et puis si on nettoyait d’abord devant notre porte ?

    laissons Jojo le GRAND ESPRIT BIENFAITEUR DE SEPTIMANIE reposer en paix. AMEN !

    Reply

  • Michel Santo

    |

    Ce n’est pas par hasard si cette photo illustre ce billet Pierre! Outre la correspondance physique ( de beaux volumes! ), que GF soit encadré par deux hommes notoirement de droite me semblaient
    pertinent pour montrer toute l’ambigüité du personnage. Quant à ces  » voyages d’études  » ou de  » coopération « , j’ai déjà eu l’occasion , dans un billet précédent, dans dire tout le bien que j’en
    pensais en prenant comme exemple ceux notamment auquels j’ai participé sous la présidence de Jacques Blanc. J’ai pu vérifier de près que leurs véritables raisons d’être étaient l’organisation et
    l’entretien de réseaux de connivence entre élus de la majorité et de l’opposition, dans le monde de l’économie, tous secteurs confondus, et la presse , jusqu’aux plus microscopiques  » feuilles « 
    régionales… Le lendemain de nos retours: articles complaisants assurés; et pour cause, on ne pas avoir voyagé, et accepté l’invitation, ( le gite et le couvert assurés ) pour ensuite faire la
    fine mouche, n’est ce pas…

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]