Contre-Regards

par Michel SANTO

Intouchables!Un film qui fait du bien.

 

Je vais rarement au cinéma. La seule idée de devoir prendre ma voiture pour me retrouver dans un CGR situé dans une zone industrielle m’en dissuade souvent. Et puis, autant l’avouer, je préfère le plaisir égoïste de la lecture. Mais je ne sais pour quelles raisons, la pression de mes proches sans doute, j’ai fini par aller voir « Intouchables », ce film au succès « fou » et aux caractéristiques apparentes qui me tiennent en général à distance critique des grands comme des petits écrans.Eh bien, autant le dire tout de suite, ce film m’a ému par sa profonde sensibilité, sa grande humanité. Et la réflexion d’une amie croisée à  la sortie : «  Il vaut mieux être riche quand on est handicapé » n’a pas réussi à éteindre en moi ce premier sentiment. Certes j’aurais pu jouer le cuistre bien-pensant en digressant sur le registre Intouchables-Touchés par l’amour, la reconnaissance, le respect… Ou par le classique film métaphore de la société française opposant la vieille France bourgeoise, blanche et paralysée à celle de demain, jeune, banlieusarde et sans complexe. A la manière d’un Pascal Riché qui nous sort par exemple ceci : « En réalité, si ce film plaît tant, c’est parce qu’il présente une histoire aussi éloignée que possible de notre réalité concrète. Elle se passe dans un univers parallèle : un monde qui n’existe pas. (…) Il y a certes une crise, qui ressemble à la nôtre, mais elle est simplifiée, caricaturée, sublimée. Il y a certes des classes (avec des très-très riches et des très-très pauvres), mais ne cherchez pas de lutte les confrontant. » Ou encore « C’est une France à l’image de Philippe, le tétraplégique du film : immobile, impuissante, vieillissante. Et accrochée au rêve improbable qu’un jour, quelqu’un ou quelque chose viendra sans brutalité la réveiller. » Des bêtises, pour ne pas dire plus, qui n’auront pas réussies à gâcher mon plaisir. Celui de goûter une histoire simple qui nous raconte comment par le soin et l’attention portée à l’autre, le dialogue, la patience et le respect, deux être que tout oppose trouvent le chemin de l’amitié et de l’amour. Un film qui touche le cœur sans passer par la case cerveau…Un film qui fait du bien !

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Acte 2 de "mon" programme municipal…

Narbonne ! Municipales2020 : Acte 2 de "mon" programme municipal…

        Après un premier billet : "Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !" (ici), poursuivons donc notre réflexion sur les grandes options d’a[Lire la suite]
Des combats de pets sur les réseaux sociaux...

Des combats de pets sur les réseaux sociaux...

    Nicolas Bouvier, dans « Les chemins de Halla San », note que « les trois divinité de l'île de Chedju (Corée du Sud) s’appellent Ko, Yang, et Puh. Puh, comme on le devine à l’oreill[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !

Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !

    Laissons de côté, pour le moment, le nombre d’arbres ou de trottinettes par habitant (je plaisante), pour nous intéresser à ce qui me semble, s’agissant des politiques environnem[Lire la suite]
Dimanche : Quelques notes prises à la volée, et en passant…

Dimanche : Quelques notes prises à la volée, et en passant…

    Novembre ! Dimanche 17. Je déteste cette expression : "A ne manquer sous aucun prétexte". Elle clot toujours une invite à voir une expo, un film ; lire un livre, goûter un vin ;[Lire la suite]
L'ogre médiatique a besoin de sa dose quotidienne de "scandales" moraux, intellectuels ou politiques…

L'ogre médiatique a besoin de sa dose quotidienne de "scandales" moraux, intellectuels ou politiques

          L'ogre médiatique a besoin de sa dose quotidienne de "scandales" moraux, intellectuels ou politiques — au mieux les trois à la fois — pour persévérer dans son [Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : les métamorphoses d'Alphonse !

Narbonne ! Municipales2020 : les métamorphoses d'Alphonse !

      Jeudi dernier, notre Alphonse, qui se présente modestement, à lui tout seul, sous l'étiquette "Je suis Narbonne", nous invitait à trinquer "en toute convivialité" dans [Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio