Contre-Regards

par Michel SANTO

Une pension dorée.


A quelques semaines d’une journée de mobilisation de l’ensemble des syndicats pour protester contre l’allongement de la durée de côtisation des retraites, il est bon de rappeler que le gouvernement avait voulu donner l’exemple en poussant les députés à amender leur propre régime en déficit chronique (577 cotisants pour 2 004 pensionnés) et qui a coûté à l’Etat 38 millions d’euros en 2006. Résultat du travail de nos parlementaires tous partis confondus: les députés ne pourront toucher leur retraite qu’à partir de 60 ans, contre 55 auparavant et ceux issus de la fonction publique ou du privé ne pourront plus continuer à cotiser à leur caisse d’origine. Parfait! mais, car il ya un hic, le principal avantage demeure. Pendant leurs trois premiers mandats, les députés peuvent cotiser double. Ils toucheront ensuite une pension confortable de 1 500 euros par mois pour un mandat de cinq ans, 3 000 euros pour deux mandats, et ainsi de suite. Une pension cumulable avec leurs revenus d’activité sans aucun plafond de ressources. Plus que spécial ce régime de retraite. Et sans aucun doute au rendement le plus élevé de la planète… Dans les circonstances présentes, on pourrait qualifier ce privilège de caste, allez, osons le mot, d’obscène…

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire